LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

DÉCÈS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (478 personnes aiment cet article)
Publié le 28/02/2011.


Annie GIRARDOT (promo 1954)
Annie Girardot, ancienne élève du Conservatoire (1er prix de comédie classique et moderne) est décédée le 28 février 2011, à l'âge de 79 ans. Ses obsèques ont eu lieu, vendredi 4 mars, à 10h30, en l'église Saint Roch, Paris 1er. Elle est inhumée au cimetière du Père Lachaise. (Vidéo)
Vos commentaires
Réagir à cet article

PARIS (AP) — "Une gigantesque actrice": Annie Girardot s'est éteinte lundi à Paris à l'âge de 79 ans. L'une des comédiennes françaises les plus populaires, elle était à la fois saluée par ses pairs et appréciée du grand public, qui avait été ému par son retour au cinéma après sa traversée du désert dans les années 1990.

Annie Girardot souffrait depuis plusieurs années de la maladie d'Alzheimer.

 Extrait de "Docteur Françoise Gailland" de Jean-Louis Bertucelli (1975), avec Annie Girardot et Pascal Greggory.

Elle avait obtenu le César de la meilleure actrice pour "Docteur Françoise Gailland" (1976) de Jean-Louis Bertuccelli, et deux fois celui du meilleur second rôle féminin pour "Les Misérables" (1995) puis "La Pianiste" (2001).

Au théâtre, elle avait reçu le Molière de la Meilleure comédienne dans "Madame Marguerite" en 2002. Elle avait commencé à la Comédie française -où elle avait été pensionnaire de 1954 à 1957.

Née le 25 octobre 1931 à Paris, Annie Girardot fait le conservatoire où elle obtient un premier prix de comédie en 1954. Elle débute au cinéma dans des films noirs, en donnant notamment la réplique à Jean Gabin dans "Le rouge est mis" (1957). Puis elle est la partenaire d'Alain Delon dans "Rocco et ses frères" (1960) de Luchino Visconti. Sur le plateau, elle rencontre le comédien Renato Salvatori (1934-88), qu'elle épouse et à qui elle donne une fille, Julia.

Elle poursuit sa carrière parallèlement en Italie, jouant par exemple pour Marco Ferreri, et en France. Elle tourne sous la direction de Michel Audiard dans "Elle parle pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause!" (1969) ou encore "Elle cause plus, elle flingue" (1972). A l'écran, elle forme un couple récurrent avec Philippe Noiret, dans "La vieille fille" (1971) et "La mandarine" (1972) notamment. Dans "Mourir d'aimer" (1971) d'André Cayatte, elle incarne une enseignante amoureuse de l'un de ses élèves et acculée au suicide, un drame inspiré d'un véritable fait divers

Dans les années 1970, Annie Girardot devient une figure du cinéma populaire. Elle passe devant les caméras de Philippe de Broca (pour "Tendre poulet" en 1978 et pour "On a volé la cuisse de Jupiter" en 1980), de Claude Zidi ("La zizanie", 1978) et d'Edouard Molinaro ("Cause toujours... tu m'intéresses!" 1979).

Avec sa voix de fumeuse, ses cheveux courts et son franc-parler, elle incarne à l'écran une femme moderne. "Elle a marqué son époque, symbolisant de façon éclatante la femme des années 70", souligne Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, en saluant "une actrice profondément moderne, parce que féministe, n'hésitant pas à endosser le rôle de médecin (...) et de tant de professions autrefois exclusivement réservées à la gent masculine".

"C'était une gigantesque actrice", a déclaré le réalisateur Bertrand Blier sur LCI. Annie Girardot, "c'est la voix, la vitesse, l'insolence du propos, la gouaille qui remonte à Arletty", a-t-il résumé. "Toutes les jeunes actrices pensent à elle aujourd'hui".

"Elle est dans le cinéma l'équivalent de Piaf dans la chanson", a renchéri sur la même chaîne Claude Lelouch, qui l'avait dirigée dans six films, dont "Vivre pour vivre" (1967) et "Un homme qui me plaît" avec Jean-Paul Belmondo (1969).

C'est Claude Lelouch qui, alors qu'elle est boudée par d'autres réalisateurs, lui offre son retour au grand écran, dans "Les Misérables".

Le film lui vaut en 1996 le César de la meilleure actrice dans un second rôle, qu'elle vient chercher, en larmes, lors de la cérémonie. "Je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais à moi le cinéma français a manqué... follement, éperdument, douloureusement", avouera-t-elle devant une salle bouleversée. "Votre témoignage, votre amour, me font penser que peut-être, je dis bien peut-être, je suis pas encore tout à fait morte".

Elle remportera encore un César pour son second rôle dans "La Pianiste" de Michael Haneke, où elle joue la vieille mère possessive de la musicienne incarnée par Isabelle Huppert.

Thierry ARDISSON reçoit Annie GIRARDOT pour évoquer sa vie à travers son livre "Partir, revenir : les passions vives " paru au Cherche Midi. (10/01/04)


Ensuite, elle se fait plus rare. En 2006, sa fille annonce à "Paris-Match" qu'elle souffre de la maladie d'Alzheimer depuis trois ans.

Annie Girardot est décédée lundi matin à l'hôpital Lariboisière, dans le Xe arrondissement de Paris, selon une source hospitalière.

Le maire de la capitale Bertrand Delanoë a salué "une grande Parisienne". "Sa gouaille, sa personnalité bien tranchée, son sourire, sa voix inimitable ont traversé les décennies pour marquer profondément la culture de notre pays", rappelle-t-il.

"Elle avait mis l'alliage étonnant de force et de sensibilité qui caractérisait son immense talent au service d'oeuvres qui mettaient en valeur l'héroïsme ordinaire des classes populaires, ou celui des femmes confrontées aux défis quotidiens de la vie familiale et professionnelle", a souligné le président Nicolas Sarkozy. "Le dernier témoignage de cette générosité qui faisait d'Annie Girardot une des actrices les plus populaires de notre pays, elle l'a donné en acceptant d'être filmée pour un documentaire portant sur la maladie d'Alzheimer dont elle souffrait". AP


Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud

ESPACE ADHERENTS


IDENTIFIEZ-VOUS :



Mot de passe oublié ?


ACTUALITÉS

CNSAD / JTN :

JOURNAL DU CONSERVATOIRE N° 2

Camille JACOULET

PSL ALUMNI :

PSL Alumni

Inscription en ligne pour les activités sportives PSL et PSL Alumni

CARTES BLANCHES :

Sorour KASMAÏ

Jean-Pierre SIMÉON

FACE À L'ACTUALITÉ :

Quelques chiffres pour comprendre le combat des intermittents

Des nouvelles de la Parole Errante

DES NOUVELLES DU FRONT :

PÉTITION À SIGNER POUR DÉFENDRE NOS MÉTIERS

25, 26, 28 AVRIL - NE LÂCHEZ RIEN ! - APPEL DE SAMUEL CHURIN

JUSTE AVANT QUE TU OUVRES LES YEUX

VIE CULTURELLE :

FESTIVAL PRINTEMPS DE LA CRÉATION 2016

Wajdi Mouawad, nommé à la direction du Théâtre national de la Colline à Paris

FORMATION / STAGES :

Dans toute la France, des stages AFDAS

Urszula MIKOS vous propose des stages à la Mc11 de Montreuil

Christine BOISSON vous invite à travailler avec elle

LIVRES / CD / DVD :

Maximilien DECROUX, au-delà du mime

La Grâce de Saint-Roch

DÉCÈS :

Ceux qui nous ont quittés...

PETITES ANNONCES :

SALLE DE SPECTACLE À LOUER POUR VOS RÉPÉTITIONS EN JUILLET ET AOUT

Geneviève Mallarmé, professeur de danse au CNSAD avant 1969 : recherche de documents et de témoignages

Association La rue Blanche - ENSATT

Emmanuelle LEPOUTRE (promo 1994)

SOUVENIRS :

Bruno SACHEL

L'ASSOCIATION

ADHÉRENTS :

Adhésion et réglement des cotisations

Nos adhérents à ce jour

MANIFESTE :

Solidarité, partage et transmission

LES MOTS DE LA PRÉSIDENTE :

LES VOEUX DE LA PRÉSIDENTE CHRISTIANE MILLET

ORGANIGRAMME :

Organigramme