LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ACTUALITÉS DES ADHÉRENTS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (280 personnes aiment cet article)
Publié le 22/11/2012.


Pierre-Benoist VAROCLIER
LES RACES, de Ferdinand Bruckner, au Goethe-Institut de Paris le 29/11 à 20h30, dans le cadre des Journées du Théâtre Autrichien 2012.
Vos commentaires
 
Réagir à cet article


LES RACES

de Ferdinand Bruckner
mis en espace par Pierre-Benoist Varoclier

avec
David Botbol
Philippe Canales
Paul De Launoy
Maika Louakairim
Matthieu Sampeur
Pierre-Benoist Varoclier

Le milieu des étudiants en médecine, à peine dix ans après Maladie de la Jeunesse, est à nouveau le creuset à travers lequel Bruckner observe tout un peuple. Le mal du siècle a fini par s’avérer : il a nom national-socialisme, antisémitisme. Nous assistons à la descente en enfer d’un étudiant qui va adhérer aux idées et pratiques du parti nazi, au moment où celui-ci, en mars 1933, accède au pouvoir.

En mars 1934, Irène Némirovsky, critique dramatique pour le quotidien Aujourd’hui de Paul Lévy, assiste à la pièce antifasciste du réfugié autrichien Ferdinand Bruckner. Elle a ce commentaire horrifié : « Ces "instantanés de la guerre antijuive en Allemagne" peuvent paraître singuliers et même invraisemblables au public français. Mais, hélas ! cette folie est réelle et contagieuse. De plus, elle révèle un état d’esprit terriblement inquiétant pour les voisins d’un peuple où le sadisme, l’orgueil et la cruauté sont ainsi glorifiés. » (Aujourd’hui, 10 mars 1934.)

 

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud