LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ACTUALITÉS DES ADHÉRENTS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (259 personnes aiment cet article)
Publié le 29/01/2014.


Pierre-Benoist VAROCLIER
ORESTE, d'Euripide, au Théâtre National de Nice, du 5 au 8 février 2014
Vos commentaires
Réagir à cet article

ORESTE, d'Euripide

Quelques jours après l'assassinat de leur mère, Électre et son frère Oreste attendent le jugement de la cité. Oreste, harcelé par la culpabilité d'un matricide pourtant ordonné par Apollon, décide néanmoins d'accepter sa responsabilité. Coupable idéal, autant bourreau que victime, il souhaite que justice soit rendue à son égard ainsi qu'à l'égard de ceux qui sont à l'origine de son malheur : sa sœur Électre, le couple maudit Ménélas et Hélène, et les citoyens eux-mêmes qui refusent de prendre leur part de responsabilité dans le meurtre de Clytemnestre découlant pourtant de la Guerre de Troie. Soutenu par le fidèle Pylade, qui le pousse à la vengeance, Oreste doit se résoudre à porter seul la responsabilité des crimes commis ou, à défaut d'un soutien divin, à venger son sort par le sang.

Oscillant sans cesse entre tragédie sanglante et comédie satirique, nous avons choisi d'adapter le texte original d'Euripide en privilégiant la dimension tragique de la pièce. Oreste ressemble à une parodie de justice où tous les accusés rejetteraient leur faute sur les épaules d'un bouc émissaire. Au regard de figures familiales, politiques et religieuses, nous assistons à un procès de l'humanité où le coupable désigné tenterait, à quelques heures de mourir, de montrer que les crimes sont davantage les conséquences d'une société qui pousse à les commettre que l'apanage d'un seul homme qualifié de délinquant. En appelant aux dernières lueurs de l'humanité qui sommeille en nous, Oreste espère un sursaut, une prise de conscience de l'homme qui entrerait enfin en résistance face à sa lâcheté primaire. À défaut, la voie de l'extinction de la race des hommes s'ouvrirait comme un chaos duquel personne ne pourrait réchapper. Mais la punition ultime n'est peut-être pas celle que tout le monde attend.    Cyril Cotinaut

mise en scène

Cyril Cotinaut

avec
Julien Aubrun (Pylade)
Marie-Laure Communal (Le Choeur)
Catherine Hargreaves (Tyndare)
Yann Lheureux (Oreste)
Julie Palmier (Hélène)
Pierre-Benoist Varoclier (Ménélas)
Cyrielle Voguet (Electre)

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud