LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

FACE À L'ACTUALITÉ
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (290 personnes aiment cet article)
Publié le 19/02/2014.


Intermittents face au MEDEF, comme en 2003 ? MANIFESTATION À PARIS JEUDI 27 FEVRIER 2014
Vos commentaires
Manifestation octobre 2003 - AFP Joël Saget

Lors de l'AG qui a eu lieu lundi 17 février au Théâtre du Rond-Point, les intermittents, artistes et techniciens du spectacle, ont montré leur détermination

Le 18 février LE MONDE Culture titrait
Des intermittents prêts à agir
comme en 2003
"Il flottait un petit parfum de 2003 au Théâtre du Rond-Point, à Paris, ce lundi 17 février. De nombreux comédiens, danseurs, techniciens du spectacle, etc., ont répondu présents à l'assemblée générale initiée, entre autres, par la CGT-Spectacle, guettant les dernières nouvelles, échafaudant des ripostes, comme lorsque, il y a onze ans, le Medef voulait en finir avec le régime spécifique d'assurance-chômage des artistes et des techniciens du spectacle – les annexes 8 et 10 de l'Unedic. D'AG en occupations, le mouvement avait fini par aboutir à l'annulation du Festival d'Avignon…
On n'en est pas encore là, mais des feuilles circulaient, lundi soir, dans la grande salle, afin que chacun puisse donner ses coordonnées, en vue « des prochaines actions à mener ». « On est 900 ! Etre 900 au bout d'une semaine, c'est simplement hallucinant ! », a constaté Samuel Churin, comédien et membre de la Coordination des intermittents et précaires (CIP) d'Ile-de-France, qui était déjà en première ligne en 2003-2004.
"
Cliquer ici pour lire la suite de l'article signé Clarisse Fabre

Voilà plusieurs années que la Coordination des intermittents avec la CGT-Spectacle,
et d'autres., auxquels s'est joint que le Syndeac, le puissant syndicat des « patrons » du spectacle, ont élaboré un socle commun de revendications : le retour aux 507 heures réalisées sur douze mois, avec ouverture des droits à date fixe, et l'instauration d'un plafond du cumul salaires/indemnités.

Sur le site du Syndeac, deux chercheurs indépendants, Mathieu Grégoire et Olivier Pilmis, ont rendu public un rapport, dans lequel ils testent différents modèles d'indemnisation : l'une de leurs conclusions est que la proposition alternative des 507 heures en douze mois ne serait pas plus coûteuse que le dispositif actuel.
Lire le communiqué du Syndeac
Lire le rapport de Mathieu Grégoire et Olivier Pilmis

Les intermittents et toute la coordination nationale pour la défense de la culture* appellent à une nouvelle manifestation à Paris, le jeudi 27 février prochain à 14 heures,
qui ira du Palais-Royal à l'avenue Bosquet, dans le septième arrondissement, soit du ministère de la culture au siège du Medef.
* Voir l'article "Marchons pour la culture" sur rueduconservatoire.fr

Un appel à la grève est par ailleurs lancé, pour le 12 mars,
sachant que les négociations pourraient s'achever le 31 mars. Le compte-à-rebours commence. Il faut répliquer avec des chiffres, et « arrêter de courber l'échine », a déclaré Samuel Churin.
 
Une réplique avec des chiffres
Dans des vidéos intitulées Ripostes n°1, n°2, et n°3, visibles sur notre site (
cliquer ici), Samuel Churin fait de la pédagogie et démontre « l'ineptie » du raisonnement selon lequel les annexes 8 et 10 accuseraient un déficit d'un milliard d'euros (le rapport cotisations perçues et prestations versées).

Les sites utiles :
www.cip-idf.org

www.syndeac.org


par Marie-Luce BONFANTI,

Membre du Conseil d'Administration - Administratrice du Site Internet.

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Commentaire laissé le 26/02/2014 à 17:56
Ne rêvons pas notre vie, vivons nos rêves avec la culture, les spectacles et tous ces acteurs.
Tous concernés et ensemble contre le Medef qui font de nos vies un cauchemar.
Martine SERRANO
Professeur de Boxe Française




Commentaire laissé le 21/02/2014 à 14:37
On ne nous encourage pas à travailler plus de toute façon. Maintenant la devise est de travailler plus pour gagner moins. On voit notre salaire baisser du jour au lendemain... Toujours avec de bonnes excuses pour soi-disant redresser la France !!! On s'en prend à nouveau aux intermittents du spectacle. (...) Vous dépassez de 3 euros on vous interrompt votre allocation de 300 euros et on vous laisse vivre avec vos 840 euros !!! Alors oui je soutiens nos intermittents du spectacle. Des métiers pas faciles qui nous font rêver et passer des moments qui nous font oublier nos tracas du quotidien. Bon courage à tous et ne vous laissez pas faire.
Fanfan


Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud