LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

LECTURES VAGABONDES
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (410 personnes aiment cet article)
Publié le 10/10/2015.


Lecture Vagabonde TESTICULATIONS - Vos témoignages
Ce lundi 5 octobre, en présence de l'auteur, Paul Spera nous proposait la mise en voix de la très intéressante pièce de Geoffrey Paul Gordon...
Vos commentaires
 
Testiculations
  Geoffrey Paul Gordon
Pièce traduite de l'américain par

Stéphane Valensi et Ian Fénelon


Mise en voix : Paul Spera
 
 Avec
deux élèves de la promo 2017
James Borniche
et Sélim Zahrani,
Frédéric Kontogom (promo 1999)
Yumi Fujimori (promo 1982) et Paul Spera (promo 2009)

Merci, Françoise, de m’avoir fait découvrir l’écriture de Geoffrey Paul Gordon et ses « Testiculations ». Ce texte ancré dans une réalité dure et violente distille une tension croissante au fil de la pièce. Elle met en lumière subtilement le racisme sous-jacent envers les noirs aux USA, notamment en matière de justice et illustre parfaitement la difficulté de communication et de transmission entre deux univers sociaux radicalement différents et qui malheureusement n’arrivent pas à se rejoindre. Merci aux excellents acteurs qui ont donné voix et corps à ce texte fort et touchant.
Au plaisir de venir découvrir à nouveau d’autres belles pièces prochainement,
Cordialement,
Véronique Picciotto

 
Merci à vous, Françoise et Rue du Conservatoire !
A magical evening that I hope will inspire a full French production!
I am becoming ever more interested in European possibilities for my work because I am contemplating a move to Berlin next month...
Here's to the spirit of artistic collaboration and excellence!
Best always,
Geoffrey Paul Gordon

Quel beau moment de Théâtre et de Vie
Grâce à cinq acteurs très remarquables dans cette lecture
Avec une économie de moyens poussée à l’extrême ils réussissent à nous tenir en haleine jusqu’à la violence de la liberté qui tue
La peur de la bêtise atteint un paroxysme irréversible
Ça parle juste dans chacun des caractères superbement distribués
Sans psychologies ni images superflues
C’est bien cela que j’avais ressenti en donnant des cours de FIL au Centre des Jeunes Détenus de Fleury Mérogis
Tous isolés de nos administrations par le fossé verbal, ne sachant plus reconstruire de ponts ni de liens entre les délinquances et les travailleurs, acteurs ou directeurs, auteurs ou spectateurs . . .
Bravo pour avoir traduit si fortement cette tragédie
Bonne chance à ce spectacle intelligent qui peut réconcilier tant,
il est encore temps
Merci à l’organisation impeccable de cette soirée si agréable et forte en émotions théâtrales, et qui à permis des retrouvailles et rencontres pour beaucoup d’entre nous
Jean Mermet

Des mots, des vibrations de l'âme, la perspective d'un milieu carcéral si rude... cette lecture a été pour moi une fenêtre sur un monde inconnu. Ce monde se colore d'un univers très cinématographique, d'un cinéma asiatique où le réalisme se conjugue facilement à une expression drôle et souvent exacerbée de l'existence.
Heureux d'avoir découvert la chaleur de ce lieu.
Claudy Corvo

C'est avec un grand bonheur que j'ai pu assister à l'incarnation de ce texte que j'avais lu et en anglais et en français : casting parfait, excellents comédiens, c'était déjà plus qu'une simple lecture.
Elle résonnait d'ailleurs tout à fait avec l'actualité de notre pays et on pouvait facilement en faire la transposition.
J'espère donc qu'un directeur de théâtre pourra s'en emparer, car en outre, elle peut donner lieu à des actions pédagogiques adaptées à certains publics.
Merci à vous donc et au reste de l'équipe pour l'organisation parfaite et pour votre accueil chaleureux. 
Aline Carasso
 
J’ai beaucoup apprécié cette lecture pour son langage très particulier, elle y aurait gagné en osant parler de l’essentiel  c'est-à-dire du fossé entre ces deux générations  ! En effet ni le professeur ni les prisonniers arrivent à s’émouvoir l’un par l’autre  et par ce fait, nous non plus, on apprécie seulement le langage et les reparties très originales des personnages . J’aurais rêvé qu’un des prisonniers puisse déstabiliser le professeur dans une émotion et inversement que le professeur arrive à toucher l’un ou l’autre dans leur vie personnelle ! C’est bien la seule possibilité d’établir une communication entre deux personnages qui ne veulent pas être déstabilisés et l’émotion aurait surgi et le théâtre y aurait gagné !
Voilà une première réaction… j’imagine que la pièce  pourrait  gagner à être terminée dans ce sens !!
Pierre Londiche

Voilà une belle lecture qui parle de notre époque sans brouillard et de notre civilisation, chose plus rare en Europe.
Merci à SPERA et à ses camarades, mise à part de leur jeunesse pour certains.
J'ai parlé à tous et les ai encouragés à suivre une voie qui nous touche.

Pierre Mégemont


 

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud