LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

FACE À L'ACTUALITÉ
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (384 personnes aiment cet article)
Publié le 10/06/2016.


LES ARTISTES ET LES MIGRANTS (1)
Migrants, sans-papiers, sans-logis... un peu partout dans notre pays comme ailleurs, des artistes leur apportent un soutien actif. Voici un premier constat exemplaire
Vos commentaires

Au moment où certains traitent les intermittents du spectacle de "privilégiés", ceux-ci - bien qu'engagés dans la lutte pour défendre leur survie - se démènent pour entourer et soutenir ceux qui n'ont ni papiers, ni logis, ni pays, ces migrants qui fuient la guerre et/ou la misère.

Communiqué du collectif "A mots découverts" - A diffuser largement

Nos voisins, les migrants
des jardins d'Eole


Chers amis,
 
La seconde édition des Hauts Parleurs s’est terminée ce dimanche 5 juin, après avoir cohabité toute la semaine avec le camp de migrants installé dans la partie en libre accès des jardins d’Eole, rue d’Aubervilliers.
 
Né avec l’installation d’une quarantaine de personnes il y a de cela un mois, ce camp comptait quelques 1800 personnes ce même dimanche 5 juin, regroupées là dans des conditions sanitaires plus précaires encore, selon les observateurs, qu’à la “jungle” de Calais, et ce dans le déni quasi total des autorités compétentes et des médias.... jusqu’à ce lundi 6 juin qui aux premières lueurs du jour a vu l’évacuation du camp par les forces de police et les services de la voirie.
 
La réalité que nous avons côtoyée, nous collectif A Mots Découverts, est à ce point choquante et “questionnante” qu’il nous paraît aujourd’hui impossible de reprendre le cours normal de nos vies sans témoigner de ce que nous avons vu et vécu.
 
Nous tenons par ce message à relayer auprès de vous - et peut-être par votre intermédiaire auprès de réseaux plus larges encore - les informations que nous ont fournies le Collectif Parisien de Soutien aux Exilés, mouvement citoyen que nous avons eu la chance de rencontrer et qui nous a accompagné toute la semaine dans l’organisation au Grand Parquet d’une collecte de vêtements, de produits d’hygiène et d’argent.
 
Vous trouverez ICI le communiqué du CPSE lu avant chaque programme, communiqué qui nous a permis de mieux comprendre l’invraisemblable.
Vous trouverez également toutes les informations utiles pour agir, informer à votre tour et témoigner de votre solidarité sur :

Le site du CPSE
Les contacts utiles pour agir avec le CPSE

La page facebook du CPSE :
 
A consulter également le site de la Brigade d’Auteures à l’usage des migrants, intervenue dans le cadre du festival :
labrigadedauteures.wordpress.com
 
Par ailleurs :

- Nous nous portons témoins de l’incroyable dignité des personnes exilées que nous avons côtoyées et rencontrées durant ces cinq jours, prenant leur sort en main, s’organisant, n’attendant rien de personne, ce malgré des conditions d’accueil indignes, malgré la pluie, malgré la proximité des commerces (dont les commerces de nourriture), de la circulation de la rue d’Aubervilliers, des véhicules garés au pied de leur tente, et de nous, au coeur de leur campement, occupant un lieu de théâtre que nous voulions dédié à la fête : agressions de leur part = 0 / agressivité de leur part = nulle / respect de leur part = 100 % / courage et force de vie = 1000 %...


- Nous nous portons témoins du dévouement de tous les citoyens militants, regroupés pour la plupart au sein du CPSE et d’autres collectifs (citons “Chorba pour tous”), qui ont spontanément offert leur assistance, leur temps et leur argent, sans habilitation ni légitimation officielle... qui ont fourni et préparé eux-mêmes dans leurs propres cuisines la seule nourriture qui ait été distribuée (jusqu’au relais très tardif et partiel de la Croix Rouge et du Secours Populaire), qui ont acheté eux-mêmes (parfois pour des sommes considérables) les tentes et le matériel de campement nécessaires à l’installation du camp et au respect d’un minimum d’hygiène... matériel qui ce lundi 6 au matin aurait été jeté à la benne par les services de la voierie si les mêmes militants ne s’étaient levés suffisamment tôt pour le récupérer, le nettoyer et le désinfecter (des cas de tuberculose s’étant notamment déclarés) toujours par leurs propres moyens, avec l’assistance du Grand Parque

- Nous nous portons témoins de l’esprit de solidarité de tout un quartier qui a su accueillir et aider les migrants, en prêtant leurs prises d’électricité pour recharger les portables, en fournissant denrées, soutiens, secours et bienveillance...

- Nous nous portons témoins de l’absence sur ces cinq jours de visites officielles, ni élus, ni représentants des pouvoirs publics (hormis une délégation d’Europe Ecologie les Verts amenée là par une militante de terrain)...
 
- Nous nous portons témoins de la désertion, voire de la politique d’obstruction des services municipaux (allant jusqu’à des coupures d’eau)...

- Nous nous portons témoins de l’absence de caméras de télévision et d’équipes journalistiques (hormis quelques journalistes indépendants dont Radio Debout), ce jusqu’au jour de l’annonce par Madame Hidalgo d’une possible évacuation et de l’aménagement d’un nouveau camp d’accueil... En d’autres mots, tant qu’aucun communiqué n’a été diffusé par les voies officielles, personne ne s’est déplacé, les Parisiens et les Français sont donc restés jusqu’au week end du 5 juin dans l’ignorance totale de la présence de centaines, voire de milliers de migrants livrés à leur sort en plein coeur de la capitale, et ce depuis des mois si l’on compte les multiples installations sauvages et évacuations qui ont précédé l’installation du camp d’Eole... 

- Nous remercions enfin le public, les auteurs invités et le CPSE de leur présence et de leur solidarité. En fin de cette semaine dernière, 30 sacs de 100 litres de vêtements et de produits d’hygiène ont pu ainsi être distribués et une cagnotte de quelques centaines d’euros constituée.
 
- Tout comme nous remercions la direction du Grand Parquet et du Théâtre Paris-Villette d’avoir été à nos côtés et d’avoir participé à l’organisation de ces quelques gestes solidaires.

En vous remerciant pour votre attention
bien cordialement
le collectif A Mots Découverts

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud