LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

DES NOUVELLES DU FRONT
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (101 personnes aiment cet article)
Publié le 18/06/2016.


NÉGOCIATION ASSURANCE CHÔMAGE
Lundi 20 juin à 19h, AG : après l'échec des négociations du 16 juin, qu'en est-il de l'accord « historique » du 28 avril sur le régime des intermittents ?
Vos commentaires
20 Juin 2016 à 19h

Suite à l'échec des négociations du régime général d'assurance chômage, nous vous donnons RDV pour une AG :

Assemblée générale
le lundi 20 juin à 19h
Bourse du Travail - salle Grande Croizat
3 rue du Château d'Eau (M° République)



lu sur le site du SFA


NÉGOCIATION ASSURANCE CHÔMAGE : LE MEDEF MIS EN ÉCHEC PAR LES LUTTES … ELLES CONTINUENT !

16 Juin 2016


Le jeudi 16 juin, la huitième et dernière séance de négociations sur l'assurance chômage s'est conclue par un échec du Medef à imposer des baisses de droits aux allocataires. Le patronat, amené par le Medef, a refusé depuis le début d'augmenter les recettes.

La Cgt a refusé de porter toute co-responsabilité et n'a pas signé le procès-verbal de désaccord.

Le Medef a continué de torpiller l'accord du 28 avril ouvrant des droits nouveaux aux artistes et aux techniciens intermittents du spectacle, y compris en continuant d'exiger la participation de l'Etat au financement des annexes 8 et 10, ce que nous refusons catégoriquement !

Le patronat a y compris refusé de proroger la convention actuelle, prenant le risque de suspendre le versement des allocations au 1er juillet. Son intransigeance oblige l'État à reprendre la main à travers plusieurs décrets : la ministre du Travail a annoncé un décret prorogeant les droits à partir du 1er juillet pour l'ensemble des allocataires, et un décret à la mi-juillet transposant l'accord pour les artistes et les techniciens intermittents du spectacle.

La Cgt sera très vigilante sur le contenu des décrets, n'acceptera aucun recul des droits pour les allocataires et exige que le gouvernement intègre des augmentations de recettes au régime général en rappelant ses propositions :
surcotisations sur les contrats courts   
contributions sur les ruptures conventionnelles des seniors  
déplafonnement des cotisations sur les salaires supérieurs à 12 000 €/mois
égalité salariale entre femmes et hommes
Ces mesures résorberaient le déficit de l'Unedic et permettraient d'améliorer les droits des demandeurs d'emploi.

Augmenter simplement les cotisations patronales de 1 %, comme nous l'avons fait dans l'accord du 28 avril, rapporterait au régime général 5 milliards d'euros, alors que le déficit annuel est de 4 milliards !

Bien évidemment nous allons être extrêmement vigilants sur la transposition de l'accord du 28 avril dans le deuxième décret. Le gouvernement serait bien inspiré de sortir ce décret le plus tôt possible, en plein Avignon en particulier, plutôt que d'insulter les manifestants et la Cgt en particulier.

La lutte unitaire paye : elle continue plus que jamais, autant sur l'assurance chômage que contre le travail gratuit des artistes et contre la loi Travail.

Allons enfin vers la construction de nouveaux droits et une véritable sécurité sociale professionnelle !

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud