LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ACTUALITÉS DES ADHÉRENTS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (69 personnes aiment cet article)
Publié le 07/03/2017.


Yveline HAMON
dans DIALOGUES DES CARMÉLITES de Georges Bernanos, m. en sc. Hervé Van der Meulen au Studio d'Asnières du 9 au 26 mars 2017
Vos commentaires



© Olena Kachurovska

précédente
2 photos
suivante
Du 7 au 26 mars 2017
Studio-Théâtre d'Asnières

Dialogues des Carmélites
de Georges Bernanos

Mise en scène Hervé Van der Meulen
Assisté de Sébastien Dalloni et Jérémy Torres

Avec
Agathe Alexis, Lucie Brandsma, Pauline Chalamet, Sébastien Dalloni, Juliette Damy, Maylis de Poncins, Chantal Déruaz, Timothée Doucet, Hiba El Aflahi, Délia Espinat-Dief, Steffy Glissant, Yveline Hamon, Pauline Huriet,  Mélissa Irma, Théo Kerfridin, Lia Khizioua, Ulysse Mengue, Jérémy Torres et Hervé Van der Meulen
 
D’après une nouvelle de Gertrud von Le Fort
et un scénario du R.P. Brückberger et de Philippe Agostini

Chorégraphie Jean-Marc Hoolbecq
Décors Claire Belloc
Costumes Isabelle Pasquier
Lumières Stéphane Deschamps
Vidéo et son Charles Leplomb
Musique originale et chef de chant Guilhaume Bernard*

Durée : 3h – À partir de 15 ans

Dans Dialogues des Carmélites, Bernanos relate un fait historique, brutal, atroce : l’exécution de 16 carmélites de Compiègne par la guillotine en juillet 1794 sur la place de la Nation à Paris.
En nous relatant cette histoire, l’écrivain refuse, d’une part un monde sanguinaire et brutal, et conteste toute forme de totalitarisme. D’autre part, il partage avec nous l’angoisse de la mort qui est la sienne à l’aube d’une cruelle maladie qui va bientôt l’emporter.
Il pose une question profondément chrétienne : le mystère de la grâce qui habite ces religieuses. A travers cette interrogation fondamentale, il sonde le plus ancestral des mystères de l’être humain : la foi et la croyance en un monde après le passage sur la terre. Il met en scène la religion, la sienne, et donc, bien au-delà, les religions en général. Il traite du rapport de chacun de nous à son propre Dieu et à son angoisse face à la mort et à la disparition du corps.
La foi, comme souvent dans les périodes tourmentées de l’Histoire, est ici en crise ; et cette crise s’accompagne également d’une totale exigence, d’une recherche de l’absolu.
Hervé Van der Meulen

Coproduction Le Studio d’Asnières et le Théâtre Montansier de Versailles
Avec la participation artistique du Studio – ESCA

* en collaboration avec le Pôle d’enseignement supérieur de la musique Seine Saint-Denis Ile-de-France dit Pôle Sup’93

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud