LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ARCHIVES
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (60 personnes aiment cet article)
Publié le 28/06/2017.


CLOUÉE AU SOL, présenté par Gilles David
Du 7 au 28 juillet 2017, Pauline Bayle (promo 2013) seule en scène dans une mise en scène de Gilles David (promo 1983), Avignon Off. Le Nouveau Ring.
Vos commentaires

Clouée au sol
de George Brant

Mise en scène : Gilles David
  (Promo 1983)
Sociétaire de la Comédie Française

Interprétation : Pauline Bayle
(Promo 2013)


Du 7 au 28 juillet 2017 à 16h20
Relâche le 10 juillet
Le Nouveau Ring - Tél. : 06 58 21 34 36
Impasse Privée, 84000 Avignon


Dirigée par Gilles David, Pauline Bayle interprète le monologue d’une femme pilote reléguée dans la manipulation des drones et dont l’espace mental bascule à force de guerre à distance.

Voilà qui j’étais devenue
grâce à ma sueur, à mon cerveau, à mes tripes

Une femme pilote qui n’a pas de nom, qui s’est construite à force de courage et de volonté avec pour seul objectif : devenir pilote de chasse pour l’US Air Force. Une rencontre de hasard, une grossesse accidentelle, mais acceptée avec joie. Puis l’appel du ciel qui se fait de plus en plus irrésistible. Quand elle se présente pour reprendre du service, c’est un drone quelle devra désormais piloter depuis une base militaire située à Las Vegas. La réalité de la guerre est bien là et malgré le danger de mort écarté, la frontière qui sépare sa vie de famille et la guerre devient de plus en plus poreuse. Enfermée dans une prison pour désobéissance, elle redécouvrira son humanité.

Prix Lucille Lortel du Seul en scène pour Grounded (Clouée su sol) de Georges Brant, interprété par Anne Hathaway

Traduction : Dominique Hollier - Musique : Julien Fezans Lumières : Marie-Christine Soma - Décors : Olivier Brichet
Assistante mise en scène : Dominique Hollier - Costumes : Bernadette Villard

La presse en parle

" Clouée au sol » de George Brant: une performance à voir absolument!
(...) Debout, les pieds « cloués au sol » sur un petit carré immaculé, fragile dans sa combinaison de vol, elle [Pauline Bayle] met les gaz très progressivement. On sent le regard du metteur en scène qui la tient et la lâche à volonté. C’est un Stradivarius, ou plutôt un Tiger. En évacuant l’imagerie militaire et les comportements qui s’y rattachent, Gilles David est en accord parfait avec  l’auteur dont l’art est aux antipodes d’ American Snipper, film de Clint Eastwood dont le propos est parallèle. La langue, le rythme et les battements du coeur de la comédienne suffisent à recréer un monde et une tragédie. C’est fascinant !
 Laurence Liban - L'Express

(...) Seule face au public, Bayle se montre d’abord puissante et convaincue d’être du côté du bien, avant de découvrir la nuance et de voir naître des sentiments jusque là inconnus après avoir elle-même donné la vie. (...)

Par une mise en scène presque uniquement axée sur la force de la comédienne, Gilles David nous fait suivre ce « combat d’une actrice face au texte » qu’il revendique au plus près de l’action. (...) Belle performance de Pauline Bayle qui tient le rôle avec poigne jusqu’au bout et qui arrive, par son jeu, à nous faire voir ces couleurs qui la marquent tant : on la suit du vert au blanc, du bleu au gris, de la liberté à la prison…

Hadrien Volle – ► www.sceneweb.fr

(...)  Le spectacle est sans doute un des meilleurs d’une rentrée théâtrale par ailleurs assez terne. Grâce d’abord à une remarquable scénographie, signée Olivier Brichet, (...). Bien éclairé (Marie-Christine Soma) et bel accompagnement sonore (Julien Fezans). (...) Grâce surtout à l’exemplaire rigueur de la direction d’acteurs de Gilles David. Et au jeu de Pauline Bayle, cette jeune comédienne (...) qui, à vingt-six ans, a déjà monté plusieurs spectacles dont cette année une Iliade d’après Homère, unanimement saluée.
(...) Un beau travail d’actrice, au service d’un beau texte.

Philippe du Vignal – ► Théâtre du Blog

(...) 
Pauline Bayle, en uniforme kaki (et en maillot blanc, presque masculin, sous l’uniforme), exprime l’innocence, la confiance, le marcher droit, jusqu’à ce que les certitudes explosent, puis termine ce parcours vers la compréhension par une magnifique violence douloureuse. C’est l’interprétation de Pauline Bayle que l’on applaudit ici avant tout, éclatante dans cet intelligent brûlot lancé contre la guerre moderne.
Gilles Costaz  – ►
webtheatre



Lire les commentaires

Réagir à cet article
Commentaire laissé le 01/07/2017 à 11:52
En cette époque de frilosité où la plupart des spectacles nous annoncent des « sujets contemporains » tout en soulignant qu' « attention, on rit, quand même ! », cela fait du bien de voir aborder un sujet difficile avec autant de rigueur et d'intelligence (et, c'est vrai, même ici, il est permis de rire...). Un grand bravo à l'auteur donc, ainsi qu'à la précision de la mise en scène et la justesse de la direction d'acteur assurées par Gilles David et à l'étonnante performance de Pauline Bayle, qui, dans rythme effréné, nous présente le parcours fragile d'une femme soldat en chute libre...
Un travail remarquable qui sort des sentiers battus.
Courez-y !
Crista Mittelsteiner
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud