LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ARCHIVES
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (55 personnes aiment cet article)
Publié le 28/12/2017.


LE 20 NOVEMBRE
La première Soirée Label de l’an 2018 « Le 20 Novembre » de Lars Norén mise en scène Élodie Chanut avec Nathan Gabily le mercredi 10 janvier à 20h au Théâtre du Hublot à Colombes (15 mn de la gare St Lazare arrêt Les Vallées ). 6€ pour les adhérents RdC ( ce tarif sera appliqué pour toutes les représentations ).
Vos commentaires









précédente
4 photos
suivante
 "Il me fallait monter cette pièce,
donner à voir les mécanismes
psychologiques qui conduisent à
cet enchainement fou d’isolement
dont l’extrémité est le suicide
accompagné de tuerie collective,
pour Re-convoquer
le dialogue
et
chercher la parole réparatrice."

Elodie Chanut

Le 20 novembre est l'unique texte dramatique qui aborde frontalement la radicalisation d'une jeunesse qui n'a plus aucun repère. Cette réalité est au cœur de notre société. Élodie Chanut consciente du rôle fondamental de la culture dans l'approche des problématiques sociétales, décide d'investir cette œuvre. Le 20 novembre est une pièce de Lars Noren qui s’appuie sur le témoignage vidéo laissé par Sebastian Bosse, un jeune homme de 18 ans, qui ouvre le feu en 2006 sur ses camarades de lycée à Emsdetten. Si dans les nombreuses mises en scène du texte, il était souvent question de mettre à mal le public en ne lui donnant aucun choix dans la réception de cette parole ; pour la metteure en scène il n'est plus question ici de « prendre en otage » mais bien de créer les conditions d'une réflexion collective autour des mécanismes de la violence.  

Élodie Chanut joue avec les différents effets de distanciation déjà présents dans le texte et crée des variations en multipliant la mise en abyme. Elle utilise la distanciation poétique du texte et axe sa direction d'acteur sur la partition théâtrale, sans jamais créer de psychologie de personnage ou de pathos. Nathan Gabily est « dans les mots » et il nous permet de les entendre. Il donne rythme et vie au texte en s'appuyant sur ses silences, des silences nécessaires à la réception du texte. Ces temps permettant aux mots de résonner en nous, nous les intégrons sans être constamment dans l’effroi. Élodie Chanut met également en scène Nathan Gabily dans des compositions à la guitare basse, réalisées en live grâce à plusieurs pédales d'effets et de loop. Cette bande-son hypnotique et répétitive composée par le personnage, offre un temps suspendu et une représentation sensible de la spirale dans laquelle se trouve le personnage. 

La scénographie replace elle aussi Le 20 novembre dans ses temporalités. En effet, ce que nous voyons est le moment exact où la parole est énoncée et cela se passe devant une caméra, dans la chambre du jeune homme. La caméra est l'objet central de la scénographie, elle crée un « 5ème mur » qui donne un nouveau degré de distanciation aux spectateurs. Sebastian Bosse se met en

scène avant son passage à l'acte, Il contrôle son image. Ici, nous voyons la mise en place de cette représentation à l'intérieur de la représentation. L'acteur contrôle les lumières en direct, multiplie les adresses à la caméra et porte le costume noir que portait Sebastian au moment des enregistrements.

Cette approche en relief et en douceur du texte, tend à ouvrir le dialogue et à travailler avec le public dans le cadre d'un atelier/débat autour des questions de radicalisation et d'isolement social afin de créer des ressources communes à la prévention de l'exclusion qui mène à la violence.

Natacha Thaon Santini, chargée de diffusion pour L'Œil des Cariatides

 

« Ce spectacle me tient au coeur et au ventre, 
Nathan Gabily y est formidable et le travail que 
nous faisons autour avec les jeunes d’une 
puissance rare.
Le samedi 13 janvier  la représentation sera suivie de la réponse au personnage et à Lars Norén , réponse écrite et jouée par les jeunes du lycée Joliot Curie de Nanterre
C'est un spectacle pour les adultes et les jeunes .Trop rares sont les occasions de croiser nos regards autour d’œuvres qui nous réunissent jeunes et adultes. Aussi nos amis adhérents peuvent venir seul ou accompagné de leurs enfants neveux (à partir de 14 ans). » 
Élodie Chanut.





Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud