LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

DÉCÈS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (104 personnes aiment cet article)
Publié le 25/02/2018.


Dominique Hubin (Promo 85)
Comédienne aimée et remarquable (elle fut une exceptionnelle Titania dans Le Parc monté par Claude Régy dont elle fut l'élève et qui la mit en scène dans 4 de ses spectacles) elle était aussi auteur. Sa pièce "Aucun Regard" présentée à Toulouse en 1999 avait reçu l'aide à la création et fut dotée d'une préface très élogieuse de Claude Régy. Dominique Hubin nous a quittés le 18 février 2018, laissant pour toutes celles et ceux qui l'ont croisée le souvenir d'une personne extraordinaire. Vos témoignages sont bienvenus sur ce site....
Vos commentaires
2002: Roméo et Juliette de William Shakespeare mise en scène Isabelle Janier
1999: Aucun Regard de Dominique Hubin mise en scène d'Arnaud Rykner
1995: Voyage au pays sonore de Peter Handke mise en scène Jean-Claude Fall
1993: Léonce et Léna de Georg Büchner mise en scène Étienne Pommeret
1991: Le Tartuffe de Moliere mise en scène Jean-Marc Brisset
1986: Le Parc d'après William Shakespeare… mise en scène Claude Régy
1985: Intérieur de Maurice Maeterlinck mise en scène Claude Régy
  Les Soldats de Jacob Lenz mise en scène Claude Régy
1984: Ivanov d’Anton Tchekhov mise en scène Claude Régy
1982: Carine ou la jeune fille folle de son âme de Fernand Crommelynck mise en scène Isabelle Janier
1980: Zazie dans le métro d'après Raymond Queneau mise en scène Dominique Ferrier
Elle a également joué au cinéma dans Un Dimanche à Paris en 1994
Et à la télévision dans la série Caméra Une Première en 1982
Elle a aussi adapté et mis en scène Paulina 1880 de Pierre-Jean Jouve.

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Commentaire laissé le 23/03/2018 à 12:10
Bonjour
Dominique était ma sœur, ma petite sœur
Et je l'aimais.
Mais elle était dans un tel état de souffrance
J'espère qu'elle a trouvé la paix.
Bien sûr je garde en moi sa beauté, son talent, ses talents.
Mais aussi cette maladie, cette souffrance qui a tout détruit.
Merci à vous tous pour ce site, pour vos témoignages.
Catherine




Commentaire laissé le 20/03/2018 à 13:21
Dominique, ombre et lumière... Tendresse.



Commentaire laissé le 13/03/2018 à 12:28
Dominique était étonnante! Étonnante de beauté et de tristesse dans son regard, presque dérangeante dans son besoin d'amour, comme nous tous... mais elle, beaucoup plus que nous tous. Quelle nouvelle. Quelle tristesse. Thierry.



Commentaire laissé le 28/02/2018 à 16:43
Le souvenir de Dominique c'est la rue Rébeval et des escapades nocturnes comme dans "Les Enfants du Paradis".
Le souvenir de Dominique c'est une sauvage indépendance qui pouvait la mener jusqu'à l'isolement le plus absolu, et, dans ce creux secret, l'irruption d'une poésie déchirée qui se mesurerait toujours à l'humour le plus farouche.
Le souvenir de Dominique c'est l'immense amitié qu'elle savait prodiguer dans ce palpable engagement habituellement réservé à l'amour.
Je n'oublierai jamais Dominique.
Charles-Henri Bradier




Commentaire laissé le 28/02/2018 à 10:36
Dominique Hubin, incandescente, torturée. J’ai été dans sa classe et u début. J’ai énormément de souvenirs . Son « Mars » (Zorn) halluciné aux journées de juin. Un journaliste avait écrit « ce n’est pas sorcier de parier sur elle... » Hélas elle a peu travaillé, par rapport à l’attente qu’elle avait suscitée. Elle brûlait le plateau. Elle faisait peur parfois. Elle était tellement sensible, tellement à fleur de peau. Elle disait qu’elle dormait si peu....et la beauté du diable. Repose en paix, Dominique .



Commentaire laissé le 28/02/2018 à 05:41
Dominique qui pourra dire ta beauté ta grâce ton élégance ...
Qui pourras dire le grain de ta voix si particulier
Ma belle Dominique mon petit chat écorché qui pourra dire aussi ta difficulté de vivre ton désir d aimer et d'être aimée
J'ai attrapé tout à l'heure ce livre de chansons de Maeterlinck
Que tu m'as offert il y a si longtemps
Quand je l'ai ouvert une lettre que tu m'avais écrite est tombée
Incroyable non après toutes ces années elle était toujours là cette lettre de toi
Elle marquait cette page :

Sous l'eau du songe qui se lève
Mon âme a peur mon àme a peur
Et la lune luit dans mon cœur
Plongé dans les sources du rêve
Sous l'ennui morne des roseaux
Seuls les reflets profonds des choses
Des lys des palmes et des roses
Pleurent encore au fond des eaux

J'ai compris le message :
Je vais faire la musique et cette chanson sera pour toi
Dors tranquille ma belle jolie dors tranquille
C Galiana



Commentaire laissé le 28/02/2018 à 05:40
Dominique qui pourra dire ta beauté ta grâce ton élégance ...
Qui pourras dire le grain de ta voix si particulier
Ma belle Dominique mon petit chat écorché qui pourra dire aussi ta difficulté de vivre ton désir d aimer et d'être aimée
J'ai attrapé tout à l'heure ce livre de chansons de Maeterlinck
Que tu m'as offert il y a si longtemps
Quand je l'ai ouvert une lettre que tu m'avais écrite est tombée
Incroyable non après toutes ces années elle était toujours là cette lettre de toi
Elle marquait cette page :

Sous l'eau du songe qui se lève
Mon âme a peur mon àme a peur
Et la lune luit dans mon cœur
Plongé dans les sources du rêve
Sous l'ennui morne des roseaux
Seuls les reflets profonds des choses
Des lys des palmes et des roses
Pleurent encore au fond des eaux

J'ai compris le message :
Je vais faire la musique et cette chanson sera pour toi
Dors tranquille ma belle jolie dors tranquille
C Galiana



Commentaire laissé le 27/02/2018 à 11:23
Petit souvenir pour la pauvre Dominique Hubin.
Lorsque j'ai passé le second tour du concours d' entrée au Conservatoire dans la salle de théâtre, une grande et belle jeune fille était dans les coulisses pour aider les concurrents. C'était elle. Elle m'a demandé gentiment : " de quoi as-tu besoin?". Moi : " d'une chaise au centre plateau s'il vous plait." Elle m'a souri et dit MERDE.
Ensuite, je crois qu'elle était là plus tard lors de mon concert et encore gentiment elle m'a dit " c'est vraiment très bien ce que tu fais". Nous n'étions pas de la même classe. Elle était chez Régy. Pas moi. Je m'estimais être une personne trop fragile, pour suivre ce parcours et avais plutôt opté pour les disciples de DEBAUCHE. Je trouvais cette actrice non seulement très belle mais de surcroit EXCELLENTE. Elle a peu travaillé ensuite. Quel dommage.



Commentaire laissé le 27/02/2018 à 09:45
Souvenirs inoubliable dans Le Parc avec Eric Doye ! Un spectateur de l'époque :( tristesse



Commentaire laissé le 27/02/2018 à 08:54
Bouleversé par la nouvelle de la disparition de Dominique Hubin que j'ai connu sur Zazie dans le méto en 1980...Il était déja impossible de ne pas être touché par sa présence en jeu, sa présence en vie...
Toutes mes condoléances à ses proches ,à sa famille, a son frère...
Claude Plet





Commentaire laissé le 25/02/2018 à 19:40
1982 Carine de Fernand Crommelynck mise en scène Isabelle Janier

Et elle avait adapté et mis en scène Paulina 1880 avec Nathalie Ancelin
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud