LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ARCHIVES
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (145 personnes aiment cet article)
Publié le 28/02/2018.


BOURRASQUE Théâtre de la Tempête
Du 16 mars au 15 avril 2018 variation sur L'Ombre de la vallée de J.M. Synge de Nathalie Bécue mise en scène Félix Prader Soirée Spéciale Adhérents le 23 mars à 20H30
Vos commentaires

Soirée Spéciale Adhérents le 23 mars à 20H30 au Th.de La Tempête, avec « un bord plateau » à la suite de la représentation pour le spectacle label RdC :

    BOURRASQUE

 variation sur L’Ombre de la vallée de J.M. Synge de Nathalie Bécue  mise en scène Félix Prader

avec Nathalie Bécue, Théo Chedeville, Pierre-Alain Chapuis, Philippe Smith scénographie et costumes Cécilia Galli création sonore Estelle Lembert collaboration artistique Aurélia Guillet 

production En Votre Compagnie coproduction Théâtre Montansier- Versailles, ACB Scène Nationale Bar-Le-Duc, Centre culturel Jacques Duhamel, Ville de Vitré avec le soutien de l’ADAMI, la SPEDIDAM, le Jeune Théâtre National et l’ENSATT en coréalisation avec Le Théâtre de La Tempête, spectacle labellisé Rue du Conservtoire ( Association des élèves et des anciens élèves du Conservatoire National Superieur d’Art Dramatique).

 

 

 Du 16 mars 15 avril 2018 au Théâtre de La Tempête

Salle Copi • Durée : 1h40 

du mardi au samedi à 20h30, 

le dimanche à 16h30 

Tarif réduit 10€ pour les adhérents Rue du Conservatoire

Relâches et représentations exceptionnelles: horaires exceptionnel le samedi 17 mars 2018 à 17 h30 (pour vous permettre d'assister à Quai ouest à 20h). 

Réservations par téléphone: 0143283636

Lorsque Synge se rend en 1898 dans les îles d’Aran, au large de l’Irlande, c’est pour vivre « entouré de gens simples et passionnés comme son cœur ». Il découvre le caractère primitif de leur vie sociale, leur faculté poétique qui se déploie en chansons et légendes, leur familiarité avec le surnaturel. Librement adapté de la pièce L’Ombre de la vallée, Bourrasque en reprend l’argument mais en modifie les enjeux et la portée. Par un soir de violente tempête, dans une contrée reculée, Alice Burke veille son mari défunt, l’âpre et ombrageux fermier Dan Burke. Silence dans la chaumière isolée quand à la porte frappe un inconnu, nomade des collines, cueilleur d’histoires qui ravive dans l’âme d'Alice la soif d’un ailleurs. Les intérêts primant, cédera-t-elle aux avances de Michaël Dara, le marin devenu berger qui vit à quelques lieues et convoite à la fois les biens et la femme ? Mais c’est méconnaître la malignité du vieux Burke. Et si la mort n’était qu’une ruse ? Si, soudain, s’éveillait le défunt, chahutant les vivants, que ferait Alice ? Nathalie Bécue, dans une langue rocailleuse, fait d’une pièce féroce et drôle une parabole sur le destin. Passé la bourrasque, Alice va dérouler « ses rêves sous ses pas ».

 

 

 

 


Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud