LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ACTUALITÉS DES ADHÉRENTS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (18 personnes aiment cet article)
Publié le 26/02/2019.


Ludovic MICHEL
Re-création de La Révolte de Villiers de l'Isle-Adam, mise en scène de Salomé Broussky avec Timothée Lepeltier et Sarah-Jane Sauvegrain (promotion 2014)
Vos commentaires



Affiche

précédente
2 photos
suivante

12
 mars au 6 avril, mardi au samedi à 19h30
Texte Villiers de l'Isle-Adam
Mise en scène Salomé Broussky
Jeu Timothée Lepeltier, Sarah-Jane Sauvegrain

Élisabeth, femme du banquier Félix, tient les comptes depuis plus de quatre ans. Un soir, celle qui a triplé dans l’ombre la fortune de son mari lui crie sa révolte, pour la première et la dernière fois. Elle quitte son mari, le laissant stupéfait d’être abandonné. Elle part vivre enfin selon ses principes. Pourtant, quatre heures plus tard, elle revient, anéantie par l’impossibilité de suivre l’idéal auquel elle croyait.

Note de la metteure en scène
La Révolte. Deuxième. Ce n’est pas la reprise d’un spectacle créé en 2017, c’est une nouvelle version. L’essentiel a changé : les acteurs. Il était impossible pour moi de leur demander de s’engager sur un chemin balisé et parcouru par d’autres. Commencer ailleurs. Décaler la vision. Il fallait aller plus loin. Dévoiler de nouvelles perspectives à partir de contraintes, conserver la scénographie. Quoi de plus exaltant pour mettre en lumière de nouvelles facettes et résonnances du texte de Villiers de l’Isle-Adam ? Faire une traversée neuve, avec une certaine innocence. Et toujours faire entendre forte et haute la voix dérangeante et poétique, acérée et humaniste, désenchantée et candide, de ce couple aux prises avec la réalité à 365 jours par an.

Dénonçant l'esprit bourgeois et le conformisme libéral, La Révolte demeure une pièce violente, grinçante, féministe au propos toujours contemporain : n’oublions pas que jusque récemment les femmes n’avaient pas le droit d’avoir de compte en banque… et, aujourd’hui combien restent dans un mariage désastreux pour des raisons économiques ?

Salomé Broussky


Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud