LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ACTUALITÉS DES ADHÉRENTS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (25 personnes aiment cet article)
Publié le 19/04/2019.


Stéphane VALENSI
FORMATION / STAGES
Vos commentaires





précédente
2 photos
suivante
Bonjour,
J'ai le plaisir de vous communiquer les informations sur le prochain stage que je dirigerai du 6 au 24 mai. Parlez-en autour de vous !
Amicalement,
Stéphane
 

UTOPIE ET DYSTOPIE SUR LA SCÈNE ANGLAISE CONTEMPORAINE
stage conventionné Afdas dirigé par Stéphane Valensi
du 6 au 24 mai 2019  -  lieu : LE CENTQUATRE
durée : 105 h - 12 stagiaires

CANDIDATURES
Adresser une lettre de motivation, un C.V. et une photo (par mail), à Stéphane Valensi
stephanevalensi@free.fr / 06 62 04 56 22  

Dossier à retirer parallèlement à l'Afdas 
66, rue Stendhal - 75020 Paris - 01 44 78 34 23
ou aller sur le site de l'Afdas  -   www.afdas.com

PRESENTATION par Stéphane Valensi 
La scène anglaise s'alarme : que devient le monde ? L'idée de progrès, à l'heure de l'hyper-capitalisme et de la mondialisation, fait-elle encore sens ? Pourra-t-on échapper à la post-humanité qui se profile ? Comment vit-on spirituellement dans un monde envahi par la science et la technique ?
Caryl Churchill, figure de proue du théâtre politique anglais, s'empare de ces questions et fait advenir un théâtre d'un genre nouveau, à la fois ludique et tragique, qui invite à réfléchir à la manière dont l'humain s'inscrit dans l'histoire et à l'avenir de la langue qui le porte. Toujours à l'affût de nouvelles formes théâtrales, elle ouvre un champ dramaturgique qui fait du saugrenu et de l'insolite le lieu du tragique. Dans son sillage, Nick Gill pense la scène aux confins de la politique-fiction et persiste à cerner l'humain dans un monde où tout conspire à l'éradiquer. Depuis la Théorie du Chaos, la science est à penser sous la forme d'un paradoxe irréductible : si, comme les œuvres de Tom Stoppard et Lucie Kirkwood le prouvent, elle demeure une des métaphores les plus efficaces pour penser l'humain, n'est-elle pas également le signe d'un renversement de la philosophie des Lumières ? Ces auteurs s'inscrivent dans l'héritage de Beckett et font de son théâtre de la dérision le terreau de leurs investigations nouvelles à l'heure du numérique et de l'intelligence artificielle. Ce théâtre de l'indécidable, induit chez l'acteur une réversibilité fondatrice entre drame et comédie. Et c'est sur ce fil ténu entre deux tonalités que les stagiaires seront invités à évoluer. Nous parcourrons l'œuvre de quatre dramaturges dont les voix, puissantes et singulières, laissent à l'acteur le soin de prendre la parole et d'affirmer son autonomie et sa liberté fondamentale. Laissant de côté les enjeux de mise en scène et de représentation, nous nous attacherons à créer les conditions de la rencontre entre la dramaturgie de l'acteur et la dramaturgie du personnage. J'invite l'acteur à se défaire de l'idée au profit de la pensée. Un acteur démuni, faisant feu de tout bois... prêt à atteindre ce moment essentiel où il vient augmenter notre connaissance de l'œuvre, soumettant pour ainsi dire l'auteur et le metteur en scène à son savoir. 
Élisabeth Angel-Perez, professeur de littérature anglaise à Paris-IV Sorbonne, traductrice de Caryl Churchill, Nick Gill et Lucy Kirkwood, interviendra au cours du stage, pour apporter un éclairage sur les spécificités de ces écritures contemporaines et en penser les enjeux esthétiques et poétiques.

CORPUS
Caryl CHURCHILL, née en 1938   Love and Information - Far away - Pas pas pas pas assez d'oxygène
Nick GILL, né en1982   Dents miroir – Sand
Lucy KIRKWOOD, née en 1984    Mosquitoes
Tom STOPPARD, né en 1937    Arcadia


Stéphane Valensi s'est formé aux cours Jean-Laurent Cochet, Véra Gregh et à l'Atelier Andréas Voutsinas. Comédien, il travaille notamment avec Laurent Terzieff (Dernières Lettres de Stalingrad), Patrick Haggiag (Le Chant des chants de Henri Meschonnic, Trilogie du revoir de Botho Strauss, Le Canard sauvage d'Ibsen), Alain Ollivier (Le Cid de Corneille), Jean Gillibert (Les Frères Karamazov de Dostoïevski, Athalie de Racine), Henri Ronse (Les Hauts territoires de René Zahnd, Comédie de Beckett), Michel Guyard (La Poche Parmentier de Georges Perec, Andromaque de Racine), Philippe Ferran (Fragments de Murray Schisgal), Nathalie Grauwin (Le Bourgeon de Feydeau), Luc Clémentin (D'un retournement l'autre de Frédéric Lordon), Victoire Berger-Perrin (Les Listes de Julio Wallovits), Graziella Delerm et Sophie Gubri (Le Shaga, de Marguerite Duras), Benjamin Lazar (Le Dibbouk de Sholem An-Ski), Georges Werler (Alma Mahler de Marc Delaruelle).
En 2007, il crée sa compagnie et met en scène 74 Georgia Avenue précédé de Les Marchands ambulants et Le Vieux juif, trois pièces inédites de Murray Schisgal, qu'il a traduites. Il a également mis en scène Maman revient pauvre orphelin de Jean-Claude Grumberg, Le Ministre Japonais du commerce extérieur de Murray Schisgal, Le 20 Novembre de Lars Norèn, Glissades de Jean-Claude Bonnifait.
 


 

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud