LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

DÉCÈS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (10 personnes aiment cet article)
Publié le 17/08/2019.


Étienne OUMEDJKANE promotion 1986
Les funérailles d'Étienne auront lieu le 19 Septembre à 10h30 à la Chapelle du Père Lachaise.
Vos commentaires

Nous sommes très tristes d'apprendre qu'Étienne Oumedjkane est décédé le 7 Juillet.

Etienne Oumedjkane est né en Alsace. Au collège il crée et dirige une petite troupe jusqu’au baccalauréat. A 18 ans il monte et joue en tournée sur les routes d’Alsace pendant deux ans Le Journal d’un Fou de N. Gogol. Parallèlement il chante dans les chœurs de l’opéra de H. Purcell Didon et Enée

A 22 ans il entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris et suit pendant trois ans les classes de Michel Bouquet et Gérard Desarthe. Après son concours de sortie (Beckett, Racine, Brecht) Etienne Oumedjkane rejoint Silvia Monfort qui dirige Le Carré Silvia Monfort. Ils jouent ensemble La Tour De Nesle d’Alexandre Dumas sous la direction de C. Santelli. Il travaille pendant six mois au Cirque d’Hiver dans On achève bien les chevaux sous la direction de Barney Willen et de Micheline Kahn. Il exécute un numéro de claquettes très remarqué. 

Il retrouve Gérard Desarthe metteur en scène pour Le Cid de Pierre Corneille qu’il joue 250 fois à travers le monde.

Il rencontre le chorégraphe François Verret et danse et joue pendant deux ans en Europe les créations Faustus et Où commencer ?. Il poursuit son travail en danse contemporaine en France et à l’étranger avec de nombreux chorégraphes. Il travaille avec la marionnettiste Karina Chérres pour une adaptation de Hernani de Victor Hugo sous la direction de Jean-Michel Vanson.

Il travaille pendant une année avec la troupe palestino-israèlienne, El Hakawati, pour Le Centro Teatro di Figura et Festival Santarcangelo l’Eté dans le spectacle A la recherche d’Omar Khayyam en passant par les croisades. Il anime le montage financier et administratif de la tournée européenne. En tant qu’acteur il est salué par la critique et le prix Nobel Dario Fo. Il est salué par la profession londonienne pour la qualité de son interprétation à la fois classique et moderne.

Il découvre avec le metteur en scène Jean-Marie Lejude, après les lectures faites à la Comédie Française, l’auteur russe Mouza Pavlova et pour la première fois en France il interprète ses premiers textes avec Jean-Pierre Lorit : L’IdiotLes espionsBeethovenLa Bellotte, Hamlet. Il joue également de nombreux textes d’auteurs contemporains aux côtés de jeunes metteurs en scène. (F.Andrau, F.Maragnani, J.Ozinski…)

Il travaille pendant 8 mois, à Jérusalem-Est, avec la Compagnie palestino-israélienne de Georg Ibrahim directeur du Théâtre Al Kasaba à Ramallah : Œdipe, Sacco et Vanzetti d’après Armand Gatti et Sophocle sous la direction de N. Ghallale.

Il travaille pendant sept ans avec le metteur en scène Michel Cerda en résidence dans différentes villes de France où il joue dans les pièces : Nuit Bleue au cœur de l’Ouest de J. Stock, Les méfaits du tabac de Tchékhov, La douce Léna de G. Stein, Le dépit amoureux de Marivaux, Le Passeur (ou récit de naissance) d'E. Durif, Il débusque un démon de B. Brecht, Maison du Peuple d'E. Durif. Il joue plus de 50 fois Les méfaits du tabac dans des lieux "hors les murs" en France et en Suisse.

Il travaille au Théâtre des Champs-Elysées le rôle de Papageno sous la direction scénique et musicale de Ruth Orthmann et de Olivier Holt. 

Il joue au Guichet Montparnasse Feu La Mère de Madame de Georges Feydeau.

Il joue Le Cas de Sophie K. au Théâtre National de Chaillot sous la direction de Jean-François Peyret dans une production du Festival d’Avignon.

Il est distribué dans Mais ne te promène donc pas toute nue ! de Georges Feydeau au Guichet Montparnasse

Il crée à Valenciennes d’après le roman de Kiyoshi Kurosawa, Kairo un opéra parlé composé par Gérard Hourbette avec le groupe ArtZoyd dans une mise en scène de Edouard Reichenbach et sur un livret de Witold Bayer Quest. 

Il joue au cinéma sous la direction de P. Chéreau, C. Santelli, N. Companeez, S.Grall , S. Degoin, Marc Dugain…

Source: https://www.theatreonline.com/Artiste/Etienne-Oumedjkane/16169 

Merci à cet article de THEATREonline.com qui nous permet de rappeler son parcours professionnel

 

Chers tous,

Comme vous l’avez certainement déjà appris, pour la plupart d’entre vous, notre cher Étienne nous a quittés. Brutalement. Tristement. Le 8 juillet au matin.Il vivait alors dans le dénuement le plus total, luttant avec toutes les peines du monde contre une dépression profonde, pour laquelle il était écrasé de chimies diverses qui l’avaient complètement transformé, ôtant de son regard cette lumière, ce pétillement, si caractéristiques... Ses deux frères, Michel et Philippe, sont sous le choc de l’immense chagrin provoqué par sa disparition brutale. Et, à la douleur de sa perte, vient s’ajouter le désespoir, pour cause de moyens financiers largement insuffisants, de ne pouvoir lui offrir une sépulture à la hauteur de leur amour pour lui.C’est pourquoi nous prenons, avec Louis Teran, un ami d’Étienne resté proche dans la tourmente des dernières années (et qui, inquiet d’être sans nouvelle de lui, a découvert la triste vérité), l’initiative de cette quête. Fort de la réactivité pleine d’affection de tous ceux d’entre vous que j’ai pu joindre et qui est, je crois, représentative du sentiment qu’inspirait Étienne à la plupart de ceux qui l’ont croisé à un moment ou à un autre de son parcours, et sachant qu’il avait multiplié, lors de ses nombreuses activités, nombre de relations et d’amitiés, sans qu’elles n’aient forcément de lien entre elles, je crois pouvoir fixer le montant de la cagnotte à 6000€. Renseignement pris auprès des organismes spécialisés, cela devrait suffire pour une cérémonie de crémation au Père Lachaise et le dépôt, ensuite, de ses cendres dans la tombe de sa Mère adorée, à Sainte Marie aux Mines, dont il était originaire. Cela lui éviterait, par ailleurs, un séjour plus ou moins long au cimetière de Thiais, dans le carré des indigents, en attendant que ses frères aient réuni l’argent nécessaire à une inhumation et à un rapatriement de sa dépouille dans les années à venir; avec tout ce que cela comporte d’épouvantable pour eux, et de nouvelle confrontation au Chagrin... Ayant bien conscience que la conjoncture actuelle peut rendre difficile pour certains d’entre nous, la contribution à ce projet, sachez que le fait de recevoir cet e-mail n’engage, bien évidemment à rien. Agissons simplement, en fonction de nos moyens respectifs.

J’embrasse affectueusement tous ceux que je connais déjà. Quant aux autres, et je sais qu’ils seront nombreux, soyez certains de ma plus grande sympathie.

Jean Pierre Lorit

PS: Je ne suis pas un habitué de ce genre de processus, mais je crois savoir que, si vous connaissez des personnes désireuses de participer, au nom de l’amitié qu’ils avaient pour Étienne, ou pour Michel et Philippe, il est possible de rajouter leur adresse e-mail sur ce site, afin qu’ils reçoivent ce courrier et aient accès à la « Cagnotte »

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte:
https://www.leetchi.com/c/etienne-578b60br

Chacun participe du montant qu'il souhaite.

Tous les paiements sont sécurisés
Merci à tous

ci-joint, un mot de la part de Michel et Philippe, frères d’Etienne, qui vous est adressé.

chaleureusement,
Louis Teran. 
 Bonsoir à tous,Il n'y a aucun mot aucune phrase pour écrire ce que nous ressentons à l'heure actuelle notre frère est parti et grâce à vous tous, il reposera en paix auprès de Maman et de Fabienne ( sa sœur) .
Merci à vous tous pour ce merveilleux élan de générosité.

Philippe et Michel Oumedjkane










I

Lire les commentaires

Réagir à cet article
Commentaire laissé le 14/09/2019 à 20:31
oh bonjour, j'apprends cela bien tardivement, je pensais à etienne il y a peu, je pensai regulierement lui. quelqu'un d'extrement rare aujourd hui, et qui révèle, rappelle nos quètes interieures si étouffées...bref, en voilà un, dommage qu'il ne soit plus là, mais il aurait fallu l'exprimer davantage, quand il souriait encore (il souriait toujours) Dommage dommage, bien à vous tous
ail
Dominique Frot



Commentaire laissé le 01/09/2019 à 13:08
J'apprends seulement aujourd'hui 1er septembre cette nouvelle bouleversante. Je n'étais pas en contact avec Etienne, mais évidemment il est impossible de l'oublier. Sa singularité n'a échappé à personne je pense. Je me souviens de ses improvisations poétiques et déjantées. Savoir qu'il a été confronté à une telle détresse me touche et m'inquiète encore davantage sur ce monde moderne auquel on est censé prendre part. J'aimerais participer à cette cagnotte, mais est-ce trop tard?Je vous embrasse, ses frères et ses amis




Commentaire laissé le 19/08/2019 à 17:18
Mais quelle tristesse d'apprendre qu'Etienne n'est plus là. Je ne pourrais donc plus espérer le croiser ici ou là, nous avons travaillé ensemble à Troie avec Michel Cerda, il me faisait penser à Salvador Dali... un grand échalas plein d'idées géniales, et un éclatement de sensibilité .
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud