LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

ACTUALITÉS DES ADHÉRENTS
TOUS LES ARTICLES IMPRIMER             J'AIME  (7 personnes aiment cet article)
Publié le 19/11/2019.


Lucia BENSASSON - ARTA CARTOUCHERIE
Émotion - Vitesse - Fragment Stage dirigé par Georges Lavaudant
Vos commentaires





précédente
2 photos
suivante


Du 17 au 28 février 2020


En 1980, Félix Guattari et Gilles Deleuze publient un ouvrage : Mille plateaux. Ce livre, je ne l'ai jamais lu entièrement. Je l'ai feuilleté régulièrement comme d'autres le font avec À la recherche du temps perdu de Proust ou Ulysse de Joyce. Pourtant ce texte m'a accompagné dans toute ma recherche sur le « fragment ». Comme m'y ont aidé Michel Deutsch, Jean-Christophe Bailly et bien d'autres. Cet ouvrage est un catalogue de l'infini des possibles, de la variété infinie du monde – même si celle-ci a de plus en plus tendance à se réduire.

Je ne suis toujours pas convaincu qu'une accumulation de fragments, d'extraits de textes très éloignés dans l'espace et le temps, si habile soit-elle, constitue un tout lisible et producteur de sens. L'époque est aux donneurs de leçons, et un « théâtre de l'Inutile » comme je le rêve est probablement voué à l'échec. Ces fragments mis bout à bout, ou agencés ou emboîtés comme un puzzle dont il manquerait toujours une pièce, un tableau d'Arcimboldo auquel il manquerait toujours un fruit ou un légume pour achever un visage, ne peuvent nous conduire qu'à la frustration de l'inachevé. Ratage de la perfection et impossibilité du mot « fin ».
 

« Essayer. Rater. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux » : Beckett le dit en peu de mots avec une précision chirurgicale. Raconter une histoire inachevée, avec la passion de l'évasif et de l'ellipse.

Un voyage incertain, où nous côtoierions Kafka, Coetzee, Sebald, Racine, Sade, Edgar Allan Poe, les peintres Hopper, Monory, Bacon. Les musiciens Charlie Haden et Billie Holiday. Les cinéastes Fellini, Ozu et Godard.

J'espère que vous serez quelques-uns à vouloir me rejoindre dans cette aventure singulière et ludique – un peu improbable, mais que j'espère passionnante.

— Georges Lavaudant

Après vingt années de théâtre à Grenoble avec la troupe du Théâtre Partisan, Georges Lavaudant est nommé co-directeur du Centre Dramatique National des Alpes en 1976.

En 1979, il monte La Rose et la Hache d'après Carmelo Bene et William Shakespeare, pièce dans laquelle Ariel Garcia Valdès et lui sont seuls sur scène. En 1981, il devient directeur de la Maison de la Culture de Grenoble et en 1986 co-directeur du TNP de Villeurbanne. Il monte alternativement des auteurs contemporains et classiques, en France et à l'étranger.

De 1996 à 2007, il est directeur de l'Odéon – Théâtre de l'Europe.

En novembre 2007, il crée sa compagnie LG théâtre. Parmi ses dernières mises en scène figurent Cyrano de Bergerac (2013) avec Patrick Pineau dans le rôle-titre, Te craindre en ton absence de Marie NDiaye avec l'Ensemble Intercontemporain, Vu du Pont d'Arthur Miller, en catalan puis en castillan, en tournée en Espagne, et Le Rosaire des voluptés épineuses de Stanislas Rodanski. En janvier 2017, il retrouve l'Odéon pour la création d'Hôtel Feydeau, montage des pièces courtes de Georges Feydeau. En janvier 2018, il met en scène Faust à l'Opéra des Nations à Genève. Sa dernière création, l'Orestie d'Eschyle, avec Anne Alvaro (Clytemnestre) et Pascal Rénéric (Oreste) est actuellement en tournée.

@Photo Thierry Depagne

 

 


Lire les commentaires

Réagir à cet article
Votre adresse e-mail
(ne sera pas visible par les utilisateurs)
Commentaire
VÉRIFICATION CONTRE LE SPAM


Votre commentaire sera affiché après validation par le webmaster


© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud