LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

PROFIL DE ...
RETOUR IMPRIMER      
 




Né le 6 mars mars 1942, décédé le 13 mars 2014 à Paris, Gérard Lartigau est mort quelques jours après avoir fêté son 72ème anniversaire. l faisait partie de ces comédiens au nom connu depuis des décennies, dont le visage évoque quelqu’un de familier mais sans que l’on sache où, réellement, le situer. Cet iconoclaste inclassable circulait encore il y a peu en vélo dans les rues de Paris. Libre, sûrement, pour une dernière échappée.

Né en 1942, entré au Conservatoire sur dérogation à 15 ans et demi, il foule, peu après, les planches de la Comédie-Française et entame une belle carrière théâtrale. Auprès d’un Pierre Brasseur qui en fait son complice en ivrognerie et pense le convertir aux femmes en l’emmenant aux putes… Puis au côté du couple infernal Yvonne Printemps-Pierre Fresnay, dont il est le témoin des scènes ritualisant l’amour-vache. Enfin, il est de la reprise d’Oscar, avec Louis De Funès, en 1972.

Il est curieux que Lartigau suive de si peu, dans la mort, son mentor en cinéma, Alain Resnais. Ce dernier le fit quasiment débuter sur grand écran en 1966 avec La guerre est finie. Lartigau lui doit aussi ses derniers rôles dans Vous n’avez encore rien vu et Aimer, boire et chanter. Entre temps, l’acteur aura joué chez Yves Robert (Clérembard), prêté sa voix légèrement blanche au Claude Sautet des Choses de la vie -où il joue le fils de Michel Piccoli- et rejoint, en 1992, l’Indochine de Régis Wargnier. Une ellipse l’aura, toutefois, éloigné de sa vie de comédien, Lartigau ayant été, en off, décorateur d’appartements et, par amour, cuisinier dans un restaurant, au mitan des années 80. Grand ami de Micheline Presle, de Françoise Fabian, cinéphile jusqu’au bout, il aura aussi illustré de son talent des épisodes de séries populaires, depuis Julie Lescaut jusqu’aux Cordier, en passant par Joséphine, ange gardien, Louis la brocante et Boulevard du Palais.

Gérard Lartigau fut un artisan discret mais incontournable des planches et de l’écran, petit ou grand.



Gérard Lartigau, dans Le grand Charles (2005), téléfilm de Bernard Stora. (c) France 2

© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud