LA LETTRE D'INFORMATION

S'inscrire
Voir les dernières lettres
 

PROFIL DE ...
RETOUR IMPRIMER             CONTACTER
 


faute d'impression - répétition juin 2014 (photo thérèse Gacon)


Née à Paris, Laurence Sendrowicz quitte la France après son bac et s’installe à Tel-Aviv en 1975. Là, elle entre à l’école supérieure de théâtre de Nissan Nativ. De 1979 à 1988, elle travaille comme comédienne au théâtre et au cinéma en Israël. En 1982, elle commence à écrire pour le théâtre (Tirez pas, je suis pacifiste, cabaret, th Beith-Lessin, Tel-Aviv). En 1984, elle rencontre Nafi Salah et intègre sa compagnie, Le Théâtre haNoded, basée à Jérusalem. En 1988, elle rentre en France, passe un an au CNSAD et, tout en poursuivant son travail d’écriture dramatique, elle commence à traduire des auteurs de littérature (Yoram Kaniuk, Alona Kimhi, Zeruya Shalev, etc.) et de théâtre israéliens contemporains. À partir de 1991, elle entreprend la traduction du théâtre de Hanokh Levin, qu’elle a grandement contribué à faire connaître et à diffuser dans les pays francophones. En 2005, elle met en scène au théâtre de la Tempête (Paris) Que d’Espoir !, un spectacle de cabaret qu’elle a adapté à partir de textes courts et de chansons de Hanokh Levin. ; en 2011, elle remonte sur scène pour interprêter Les Cerises au Kirsch (Th de La Vieille Grille, Paris)

En 2012, elle est la lauréate du Grand Prix de la Traduction SGDL.


PROMOTION 1989

LAURENCE SENDROWICZ

Elève étrangère



PROFESSEURS

Philippe
ADRIEN
Georges
WERLER

ACTUALITÉS

Laurence SENDROWICZ Du 10 janvier au 5 février, VIE ET MORT DE H. pique-assiette et souffre-douleur, de Hanokh Levin, mise en scène Clément Poirée, Théâtre de la Tempête   Lire la suite

Laurence SENDROWICZ a traduit SCHITZ de Hanokh Levin, qui se joue au Théâtre de la Bastille jusqu'au 16 avril 2015, dans une mise en scène de David Strosberg   Lire la suite

© Rue du Conservatoire, 2 bis rue du conservatoire, 75009 ParisNous écrireMentions légales

conception : Emmanuel de Sabletdesign : Vattiksréalisation : ReMember Systemphoto du théâtre : Max Armengaud