Pina BAUSCH


La chorégraphe et danseuse allemande Pina Bausch, l’une des plus importantes artistes de la danse contemporaine, est décédée mardi 30 juin 2009, à l’âge de 68 ans. (Vidéo)

“Pina Bausch est décédée mardi matin (à l’hôpital), d’une mort inattendue et rapide, cinq jours après qu’on lui a diagnostiqué un cancer”, a indiqué la porte-parole du Tanztheater, Ursula Popp.

“Elle était encore dimanche dernier sur scène avec sa compagnie, à l’opéra de Wuppertal”, a-t-elle souligné.

Selon Mme Popp, elle avait été admise à l’hôpital pour des examens qui devait expliquer un état de fatigue intense, et “elle n’en est pas ressortie”.

Pina Bausch était l’une des plus illustres chorégraphes contemporaines, mondialement connue pour son style expressionniste unique, qui fut controversé à ses débuts avant d’être salué.

Passée par le Metropolitan Opera de New York, la chorégraphe à l’allure toujours sombre avait introduit le concept de “danse-théâtre” en Allemagne et dans le monde entier. Elle a ainsi imposé dans le champ du théâtre un style de danse très personnel, sur le mode de l’exagération et de la contradiction, en mélangeant l’immense au dérisoire, tant dans les gestes des danseurs que dans les décors.

Certains saluaient en elle une chorégraphe unique et inégalée dans la mise en scène de ses thèmes de prédilection, comme la peur ou la guerre des sexes, et soulignaient la vitalité artistique de ses oeuvres.

Pina Bausch a changé le rôle du danseur et donné aux objets un autre usage, introduisant sur scène des skis, des vélos, des murs ou des falaises reconstituées.

Certains saluaient en elle une chorégraphe unique et inégalée dans la mise en scène de ses thèmes de prédilection, comme la peur ou la guerre des sexes, et soulignaient la vitalité artistique de ses oeuvres.

Mais elle en agaçait aussi plus d’un avec ses problématiques extrémistes et ses archétypes (l’hystérique, l’esclave…).

“Ce qui m’intéresse, ce n’est pas tant (de savoir) comment les gens se meuvent, que ce qui les émeut”, avait-elle déclaré un jour dans une interview.

Des danseurs venus du monde entier fréquentent son Tanztheater à Wuppertal, en Rhénanie, devenu au fil du temps l’un des temples de la danse moderne mondiale.

Pina Bausch était attendue à la mi-juillet à Moscou où elle devait présenter son spectacle “Les sept péchés capitaux” au Festival international Tchekhov. L’avenir de cette tournée n’était pas décidé dans l’immédiat. En revanche, le Tanztheater devait se produire à Wroclaw (Pologne) ce mardi soir, selon sa porte-parole.

Pina Bausch avait présenté à la mi-juin à Wuppertal sa dernière création, “Tanzabend” (soirée dansante), tout en mélancolie avec une scène noire et vide et des rythmes lents.

Des danseurs venus du monde entier fréquentent son Tanztheater à Wuppertal, en Rhénanie, devenu au fil du temps l’un des temples de la danse moderne mondiale.

Elle se produisait avec sa compagnie dans le monde entier, et notamment chaque année, à guichets fermés, au Théâtre de la Ville à Paris.

Pour les 25 ans de son Tanztheater en 1998, elle s’était offert un festival de trois semaines à Wuppertal, berceau de ses créations expressionnistes et fleuron du ballet allemand.

Elle y avait présenté un éventail de ses ballets, des plus anciens aux plus récents, d'”Iphigénie en Tauride” (1974) au “Laveur de vitres” (1997), créé à Hong Kong à l’occasion de la rétrocession de la colonie britannique à la Chine.

L’Asie l’avait inspirée. En 2006, elle était encore en Inde avec une partie de sa compagnie et avait présenté par la suite “Bamboo Blues”, une création aux couleurs de l’Inde.

En Europe, ses voyages l’avaient aussi conduite à Palerme, Lisbonne, Budapest, Istanbul… et de Paris à Rome ou Londres, elle se produisait en général à guichet fermé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *