Jean-Pierre Marielle s’est éteint ce mercredi 24 avril 2019. Il était souffrant depuis plusieurs années. Mais il avait fait front, s’était battu, avait joué encore, et notamment avec sa femme, la comédienne Agathe Natanson, qui veillait sur lui avec amour. En plus de soixante ans de carrière, Jean-Pierre Marielle aura tourné soixante-dix films de cinéma, une bonne quarantaine de «dramatiques», comme on disait autrefois à la télévision, joué dans plus de quarante pièces. Bref une vie très bien remplie. Et sans jamais se lasser ni lasser le public qui avait pour lui de l’admiration.

» LIRE AUSSI – Jean-Pierre Marielle, les films mémorables du grand duc

Il en imposait, Monsieur de Sainte-Colombe, dans le film d’Alain Corneau inspiré du livre de Pascal Quignard, Tous les matins du monde. C’était en 1991, l’un de ses très grands rôles. Mais si on se met à qualifier les uns plutôt que les autres, on sera dans l’embarras: Jean-Pierre Marielle était de ces artistes qui apportent un supplément d’âme au moindre personnage et on ne l’a jamais vu décevant. Il y avait de l’aristocrate en lui. Une haute silhouette déliée, un visage au bel ovale, mangé par une barbe grisonnante à la fin de sa vie, un regard franc et aussi profond que souvent malicieux, une voix extraordinaire. Superbement timbrée et se faisant métal ou velours, selon les rôles et les circonstances.

Jean-Pierre Marielle était de ces artistes qui apportent un supplément d’âme au moindre personnage et on ne l’a jamais vu décevant

Né le 12 avril 1932 à Dijon, il venait d’une famille originale. Un grand-père vigneron, un père qui aimait la musique et accompagnait au piano des films muets, une mère fantasque et charmante qui dirigeait une fabrique de lingerie. Jean-Pierre Marielle avait une grande sœur de douze ans son aînée. Lorsque ses parents divorcèrent, elle était une jeune femme. Lui, à douze ans, demanda d’aller en pension. Son professeur de français l’initie au théâtre et lui conseille de tenter le conservatoire. Il en sortira en 1954 avec un deuxième prix. Il s’est forgé là des amitiés à la vie à la mort: Jean-Paul Belmondo, Pierre Vernier, Michel Beaune, Françoise Fabian, Claude Rich, Guy Bedos, Bruno Cremer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *