CASINO D’HIVER de Dominique Besnehard et Jean-Pierre Lavoignat


 

 

CASINO D’HIVER

de Dominique Besnehard et Jean-Pierre Lavoignat



“Le parcours atypique d’un boulimique qui vit, depuis toujours, avec ces êtres étranges et fascinants qui hantent le monde du spectacle…
Personnage haut en couleurs, homme de cœur, de passion et de fidélité, Dominique a accepté de se confier sans langue de bois, sans rien cacher de ses interrogations les plus intimes, avec enthousiasme, sincérité et lucidité. À la fois dans les coulisses et sur le devant de la scène, voici le récit du parcours atypique d’un boulimique qui vit, depuis toujours, avec ces êtres étranges et fascinants qui hantent le monde du spectacle, et notre imaginaire.”  France Culture

Casino d’hiver

Dominique Besnehard, Jean-Pierre Lavoignat
Editions Plon

C’est au casino d’Houlgate, en Normandie, dans les années 60, que tout a commencé. C’est là que Dominique Besnehard a découvert le cinéma et les actrices. C’est là qu’il est tombé fou d’amour, et pour toujours, pour Sylvie Vartan dont il est devenu plus tard l’ami et l’agent. C’est lui qui a découvert quelques belles inconnues nommées Juliette Binoche ou Béatrice Dalle, et défendu les intérêts de nombreuses stars : Jeanne Moreau, Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg, Sophie Marceau, Nathalie Baye ou Christophe Lambert.
C’est lui encore, par son improbable « incursion en politique », qui fut le soutien inconditionnel de Ségolène Royal. Une affaire douloureuse dont il parle avec une grande franchise et beaucoup d’émotion.

Dominique Besnehard a été l’un des plus médiatiques directeurs de casting des années 80. Il a également été l’un des agents les plus influents d’Artmedia, la plus prestigieuse agence artistique d’Europe. Il a créé en 2006 sa propre société de production : “Mon voisin Production”.
Jean-Pierre Lavoignat est l’ancien rédacteur en chef de Première, co-fondateur et ex-directeur de Studio magazine. Il a déjà écrit Portraits choisis avec Catherine Deneuve (Éditions Des femmes, 1993), Histoire de désirs avec Pierre Lescure (Seuil, 2001), Studio. La légende du cinéma (Albin Michel, 2007), Mesrine, 30 ans de cavale dans le cinéma (Sonatine, 2008) co-écrit avec Christophe d’Yvoire.

Pour se le procurer

https://www.babelio.com/livres/Besnehard-Casino-dhiver/429859

https://www.amazon.fr/Casino-dhiver-Dominique-Besnehard/dp/2290108154

https://livre.fnac.com/a4776342/Dominique-Besnehard-Casino-d-hiver

 

Critiques

https://www.franceculture.fr/oeuvre-casino-d-hiver-de-dominique-besnehard

“Casino d’hiver”, dans les coulisses du cinéma de Dominique Besnéhard

Royal Casino

Si quelqu’un connait admirablement les coulisses du cinéma français c’est bien Dominique Besnéhard. Il fut tout à tour assistant, directeur de casting, agent (on ne dit plus imprésario) et producteur, tout en exerçant avec une belle constance des activités d’acteur (dans le récent Casse-tête chinois, il joue un éditeur exigeant !). Bien que toujours débordant d’activités, il a décidé à son tour de coucher ses mémoires sur le papier.
Contrairement à beaucoup d’autres, il ne se contente pas de bâcler une centaine de pages narrant à la va vite les grandes heures d’un riche parcours. Lui raconte tout par le menu. Il fait plus que se confier, il se confesse. Parlant un peu de lui, de ses joies et de ses erreurs, et beaucoup des autres qui lui apportèrent tant sur bien des plans. Or ces autres ce sont des gens de cinéma et du spectacle qui ont fait un sacré chemin. Beaucoup de femmes (Nathalie Baye, Sophie Marceau, Béatrice Dalle….) et quelques hommes (Claude Berri, Jacques Doillon…).Cela donne un livre copieux (475 pages) et parfaitement digeste. Car Dominique Besnéhard n’a pas la langue de bois. Il parle avec franchise et sincérité sans vouloir régler de comptes, à l’exception de Ségolène Royal qui occupe l’un des derniers chapitres. Comme elle n’œuvre pas dans le cinéma, même s’il en fait beaucoup, sa participation reste secondaire.Donc Besnéhard dit tout. Plus exactement raconte tout. Il n’est jamais ni dans l’analyse ni dans des considérations esthético-philosophiques ni dans le jugement. Jamais pédant toujours passionnant. Il présente les faits c’est-à-dire films, les acteurs, les réalisateurs tels qu’il les a connus. Par exemple, lorsqu’il évoque Maurice Pialat, qu’il a beaucoup fréquenté (il joua pour lui dans A nos amours) c’est pour expliquer comment il montait ses films, comment il se comportait.Conséquence : cet ouvrage pullule d’anecdotes, d’informations inédites. Tout amateur de cinéma découvrira avec suavité des centaines de détails et de faits majeurs oubliés ou passés sous silence. Pour ma modeste part, j’avoue que je ne connaissais pas mille et un détails qui éclairent certaines productions sous un autre jour.

Par cette succession de faits avérés (Besnéhard a une mémoire d’éléphant et a vérifié chaque détail dans ses archives), la lecture coule de source. On est dans le vécu, dans le vivant. On rencontre les gens, les côtoie. On comprend mieux le comportement des comédiens, êtres complexes et fragiles (certains mériteraient une bonne paire de claques pour revenir sur Terre) autant que des producteurs, personnages louvoyants et insaisissables.

Oui, vraiment aucune fausse note dans cette partition en la majeur qui résonne parfois comme une sonate jouée avec mélancolie par un petit orchestre participant à la fermeture hivernale d’un casino. Un petit air de Mort à Venise ?

Aimant traquer la petite bête, j’ai cherché l’erreur, la confusion, la bourde impitoyable. Rien ! Besnéhard ne commet aucun impair. Il connaît vraiment le cinéma sur le bout des ongles et, même si l’on devine qu’il pourrait encore en dire beaucoup plus (à quand un tome 2 ?), il ne se trompe jamais. Sa seule approximation – et elle est minime – se situe page 124 quand il affirme que, dans les années 60, la blonde starlette Françoise Deldick entra « à cheval et à demi nue dans le hall du Carlton » en plein festival de Cannes. L’anecdote est exacte à cette petite différence près que Deldick n’était pas Lady Godiva et ne se promena pas à moitié nue. Pantalon moulant et chemise entrouverte. Le fait d’entrer dans le Carlton (qui, prévenu, avait démonté une partie de la porte d’entrée !) fit suffisamment sensation. Mais ne relança pas la carrière de la Deldick. Je tiens une photo à la disposition de M. Besnéhard. Aucun autre (léger) écart, c’est dire la qualité des informations.

Au final, je hisse cet ouvrage pas très loin du Ruisseau des singes de Jean-Claude Brialy (que Besnéhard à bien connu) par son ton, sa franchise et la qualité de son propos.

Mon seul bémol est que le texte sent, parfois, un peu trop le langage parlé. Certaines phrases ne sont pas à la hauteur du talent de son auteur. Mais, pris par le flot du texte, cela n’entrave en rien la lecture.

Philippe Durant

Dominique Besnéhard, avec Jean-Pierre Lavoignat, Casino d’hiver, Plon, 475 pages, mars 2014, 21 eur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *