Alain OLLIVIER


Alain Ollivier, directeur du Studio-Théâtre de Vitry puis du Théâtre G. Philipe de St Denis, est décédé le 21 mai 2010, à l’âge de 72 ans. Une cérémonie religieuse a eu lieu, vendredi 28 mai, en l’Église Saint-Roch à 10h30.

Réagir à cet article

(…) Un jour
Un jour je m’attendais moi-même
Je me disais Guillaume il est temps que tu viennes
Pour que je sache enfin celui-là que je suis
Moi qui connais les autres
Je les connais par les cinq sens et quelques autres
Il me suffit de voir leur pieds pour pouvoir refaire ces gens à milliers
De voir leurs pieds paniques un seul de leurs cheveux
De voir leur langue quand il me plaît de faire le médecin
Ou leurs enfants quand il me plaît de faire le prophète
Les vaisseaux des armateurs la plume de mes confrères
La monnaie des aveugles les mains des muets
Ou bien encore à cause du vocabulaire et non de l’écriture
Une lettre écrite par ceux qui ont plus de vingt ans
Il me suffit de sentir l’odeur de leurs églises
L’odeur des fleuves dans leurs villes
Le parfum des fleurs dans les jardins publics
O Corneille Agrippa l’odeur d’un petit chien m’eût suffi
Pour décrire exactement tes concitoyens de Cologne
Leurs rois-mages et la ribambelle ursuline
Qui t’inspirait l’erreur touchant toutes les femmes
Il me suffit de goûter la saveur de laurier qu’on cultive pour que j’aime ou que je bafoue
Et de toucher les vêtements
Pour ne pas douter si l’on est frileux ou non
O gens que je connais
Il me suffit d’entendre le bruit de leurs pas
Pour pouvoir indiquer à jamais la direction qu’ils ont prise
Il me suffit de tous ceux-là pour me croire le droit
De ressusciter les autres
Un jour je m’attendais moi-même
Je me disais Guillaume il est temps que tu viennes
Et d’un lyrique pas s’avançaient ceux que j’aime
Parmi lesquels je n’étais pas (…)

Guillaume Apollinaire

 

Message de Claire Amchin : La Cérémonie religieuse pour Alain Ollivier aura lieu vendredi 28 mai 2010 à l’Église Saint-Roch à 10h30. Célébrée par le Père Michel Cagin de l’Abbaye de Solesmes.
Un hommage lui sera rendu par Philippe Adrien, au nom de tout le théâtre.
Merci de faire circuler l’information. Merci à vous tous, du fond du coeur, pour tous vos messages. Bien tristement, mais dans la lumière d’Alain,
Claire.


Article paru sur Libération.fr (21/5/10)

Déces du metteur en scène Alain Ollivier

Il a notamment dirigé de 2002 à 2007, le Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, l’un des principaux centres dramatiques nationaux (CDN) de la banlieue parisienne.

L’acteur et metteur en scène Alain Ollivier, ancien directeur du Studio-Théâtre de Vitry puis du Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, est décédé vendredi matin dans un hôpital parisien des suites d’une longue maladie, à l’âge de 72 ans, a-t-on appris dans son entourage.

Né le 21 février 1938 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), Alain Ollivier a fait ses débuts dans le théâtre professionnel en 1960, après avoir suivi les cours de Georges Wilson et Alain Cuny à l’école Charles-Dullin. Primé en 1967 au Concours des jeunes compagnies d’Arras pour La Poudre d’intelligence de Kateb Yacine, il interrompt cependant son activité de metteur en scène pour privilégier son parcours d’acteur. Il interprète ainsi des auteurs classiques et contemporains, notamment sous la direction de Bernard Sobel, Jacques Lassalle, Roger Planchon, Philippe Adrien, Peter Brook ou encore Antoine Vitez. La critique lui décerne le prix du meilleur acteur en 1977.

A partir de 1979, il était revenu progressivement à la mise en scène, introduisant en France le théâtre de l’Autrichien Thomas Bernhard puis celui du Brésilien Nelson Rodrigues. Il a aussi collaboré avec Pierre Guyotat à la réalisation de deux spectacles, Bond en avant en 1973 et Bivouac en 1987. De 1983 à 2002, Alain Ollivier a animé le Studio-Théâtre de Vitry (Val-de-Marne), qu’il a établi dans un entrepôt de chiffonnier de papiers reconverti par Patrick Bouchain. Ensuite, de 2002 à 2007, il a dirigé le Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, l’un des principaux centres dramatiques nationaux (CDN) installés en banlieue parisienne.

Il y a mis en scène Genet (Les Nègres), Brecht (L’Exception et la Règle), Olivia Rosenthal (Les Félins m’aiment bien), Pessoa (Le Marin), Corneille (Le Cid) et un Pelléas et Mélisande de Maeterlinck qui a été primé par la critique pour sa lumière (Dominique Bruguière) et sa scénographie (Daniel Jeanneteau). Une cérémonie religieuse aura lieu à sa mémoire en l’église Saint-Roch, la paroisse parisienne des artistes, à une date qui sera connue ultérieurement. Il sera enterré à Saint-Malo dans l’intimité familiale, a indiqué son entourage.

(Source AFP)

</p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *