Amiri BARAKA (LeRoi Jones)


À l’avant-garde d’une forme de théâtre engagé, LeRoi Jones s’était fait le chantre de la révolte des Noirs américains contre l’ordre et l’hégémonie de la culture blanche.

LeRoi Jones, l’intellectuel nationaliste noir le plus virulent des années 60 aux Etats Unis, s’est éteint mercredi dans un hôpital de Newark (New Jersey) à l’âge de 79 ans. A l’origine du mouvement Black Arts, pendant artistique du courant politique Black Power, Everett LeRoi Jones aura durant toute sa carrière alimenté la révolte des Noirs américains contre l’establishment et la culture blanche dominante.

Quand, dans les années 50, Everett LeRoi Jones s’installe à Greenwich Village, quartier de New York alors en plein bouillonnement artistique, il y découvre toute la folie du jazz et de la Beat Generation. C’est par le biais de la petite maison d’édition qu’il fonde alors, Totem Press, qu’il publie à l’époque deux auteurs majeurs de ce courant littéraire, Jack Kerouac et Allen Ginsberg, revendiquant bien haut des convictions communistes qui lui étaient reprochées lors de son passage dans l’armée.

Tour à tour poète, écrivain, musicien et critique musical, il livre notamment le Peuple du blues (Blues People, Negro Music in a White America), premier ouvrage écrit par un Noir sur le blues, qui reste encore aujourd’hui l’une des analyses des plus pertinentes sur l’histoire de cette musique.

Les pièces de théâtre de LeRoi Jones ont également connu un grand succès, ainsi en 1964, Dutchman lui vaudra un Obie Award. Un an plus tard, en 1965, sa carrière d’écrivain engagé et en vue sera violemment transformée par l’assassinat du leader Malcolm X, dont il était devenu un disciple. LeRoi Jones se renomme alors Amiri Baraka et radicalise son discours. Il quitte le Village pour Harlem, où il rejoint le mouvement nationaliste noir. Il se convertit à l’islam, tout en poursuivant une intense activité artistique. Il crée notamment à l’époque la maison de disques Jihad Productions, où il publie et coécrit une série d’albums de spoken word aujourd’hui considérés comme annonciateurs du hip-hop.

La vie de LeRoi Jones – Amiri Baraka, aujourd’hui salué comme un artiste marquant du XXe siècle, ne fut qu’un long combat concentré sur la question de l’identité des Afro-Américains. Dans son autobiographie publiée en 1984, il résumait cette ligne difficile en écrivant : Je sais que l’Amérique est ma maison, aussi douloureuse et compliquée soit-elle.

 

LIBÉRATION
ENCYCLOPEDIA UNIVERSALIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *