BERTHE BOVY, une Liégeoise à la Comédie Française


Annie PEREC MOSER

Petite fille déjà, Annie Perec Moser ressent une attirance profonde pour la lecture, la poésie, les beaux textes, le théâtre et le monde fascinant des légendes. L’art a toujours habité sa vie: le piano, mais surtout le monde magique de la scène.
Elle entre à 15ans au conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris. Là, elle apprend à incarner sur scène les ingénues, les jeunes premières, telle «Agnès» de l’école des femmes ou «l’élève» dans La leçon d’Eugène Ionesco. Mais, la composition l’attire. l’univers de la chanson aussi. Auteur interprète on a pu l’écouter dans les cabarets de la rive gauche comme «l’écluse», «Milord l’Arsouille», où débuta Guy Béart, ainsi que dans les cafés-théâtre, ce qui ne l’empêcha pas de passer une maîtrise de Lettres modernes et Art théâtral à la Sorbonne.
Surtout, elle écrit des contes, des livres pour enfants et de la poésie, cette poésie dont elle aime tant la petite musique mystérieuse des mots, ces  mots qui la font rêver et qu’elle aime partager avec amis ou inconnus.
Berthe Bovy, frêle silhouette, et très grande dame de la Comédie-Française est née en 1887 et décédée 90 ans plus tard. Elle est pleinement enracinée dans le 20ème siècle, dont elle a connu les immenses richesses intellectuelles et artistiques, mais aussi les terribles tragédies guerrières. Son existence en est jalonnée. De petite taille, ce qui, au théâtre, peut passer pour dévalorisant, elle remédie à ce présumé handicap par un exercice de l’art poussé à la perfection, et une sensibilité à fleur de  peau.
Annie Perec Moser, dans une biographie abondamment documentée et riche en événements, nous brosse un portrait terriblement véridique de cette « petite dame » au regard brûlant d’intelligence et de force de caractère.(Extrait de la préface d’Alain Gelfmann, journaliste et ancien président du Cercle dramatique français de Londres).Avec quel plaisir j’ai retrouvé notre Berthe Bovy, celle qu’irrévérencieusement mes camarades et moi avions baptisée «Verte Boby» surnom qui la caractérisait à la perfection … Ce récit tellement détaillé, soulignant une époque traversée par les brutalités des guerres, m’a permis de découvrir beaucoup de choses que j’ignorais, et qui renforcent l’idée des passions qui étaient les siennes.et qui la rendent encore plus exceptionnelle
Quel beau travail !(Extrait de la postface de Geneviève Casile, sociétaire honoraire de la Comédie Française). 

Fiche technique

Prix éditeur : 18,00 €

Collection : COUDRIER (LE)

Éditeur : COUDRIER (LE)

EAN : 9782930498775

ISBN : 9782930498775

Façonnage : broché

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *