Catherine JOURDAN


L’actrice Catherine Jourdan, lancée par Alain Robbe-Grillet, a succombé à une embolie pulmonaire le 18 février 2011 à l’âge de 65 ans.

Réagir à cet article

 

L’actrice Catherine Jourdan, née Mignon, lancée par Alain Robbe-Grillet, a succombé à une embolie pulmonaire le 18 février à l’âge de 65 ans, a annoncé aujourd’hui à l’AFP le photographe et cinéaste Alain Fleischer, dont elle fut l’égérie et la compagne. Elle a été inhumée jeudi 24 au Père Lachaise dans la plus stricte intimité.

Née le 12 octobre 1948 à Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), Catherine Jourdan était arrivée dans la capitale comme mannequin avant de se lancer au cinéma, notamment à deux reprises dans de petits rôles aux côtés d’Alain Delon dans “Le Samouraï” (1966) et “La motocyclette” (1967).

Mais c’est Robbe-Grillet, cinéaste et écrivain –l’un des papes du Nouveau roman– qui, avec “L’Eden et après”, l’installe comme actrice culte qui compte d’ailleurs encore de nombreux fans. Catherine Jourdan a aussi tourné avec Jean-Pierre Melville et Jean-Luc Godard, Jacques Baratier et d’autres, moins connus, comme Michel Mardore ou Ariel Zuniga (cinéaste mexicain) et Sergio Gobbi.

Modèle et actrice pour Alain Fleischer, elle a tenu les rôles principaux de ses films: “Les rendez-vous en forêt” (1971), “Dehors Dedans” (1975) et “Zoo Zéro” (1978). “Elle a mené une carrière très singulière, à la fois culte et marginale, reconnue d’un cinéma d’auteur, expérimental”, a rappelé M. Fleischer, qui évoque sa coupe courte et blonde, et surtout “son teint diaphane qui accrochait extraordinairement la lumière”.

Depuis la fin des années 70, elle s’était retirée du cinéma et menait une existence discrète, “considérant qu’on ne lui proposait plus de rôle à la hauteur de ses attentes”, a poursuivi Alain Fleischer, qui l’avait lui-même un peu perdue de vue.

Réactions

  1. 2/03/2011 – Paix à son âme. Nous avons partagé un tournage difficile, « Le petit matin » de Jean Gabriel Albicocco.
    Il y eut plusieurs accidents dont un avec la disparition du jeune et prometteur comédien Jean-Jacques Ruysdaël. Elle-même se cassa le nez et le film s’interrompit le temps de sa convalescence. Dans cette adaptation du roman de Christine de Rivoyre elle était une Nina très convaincante. Sa nature rebelle avait du mal avec un certain cinéma dit commercial où elle se retrouvait en porte à faux, notamment sur ce film. Comme comédien j’ai eu du plaisir a jouer avec elle.
    J’ai le souvenir d’un être qui se débattait avec ses contradictions.

    Christian BALTAUSS
    (www.christian-baltauss.fr)  lui écrire 
  2. 21/07/2011 – Avec retard je découvre que Catherine nous a quittés,  m’a quitté. J’ai  eu le plaisir d’être son partenaire dans une série TV de Gaspard Huit  tourné en Roumanie. Elle était belle, simplement belle, vraie, trop
    vraie, discrète, trop discrète. J’ai aimé la comédienne, j’ai aimé la  femme avec ses contradictions.
    A bientôt Catherine,
    Robert BENOIT  lui écrire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *