Compagnie Jacques Kraemer


Compagnie Jacques Kraemer

Chers spectateurs,
notre Compagnie a suspendu,
comme tous les Théâtres petits et grands,
ses activités « visibles » pendant le confinement.
Nous préparons à présent la reprise.
Voici notre
PROGRAMME du 
STUDIO-THÉÂTRE DE MAINVILLIERS  
pour la SAISON 20/21 :

Les trois reprises de création prévues au printemps sont reportées à la rentrée.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –  
NADEJDA 
par Aline Karnauch et Jacques Kraemer
– Les 23 et 25 septembre à 20h30 et le 26 à 18h
Cette œuvre théâtrale met en scène Nadejda et  Ossip Mandelstam. 
Mandelstam,  l’un des plus grands poètes russes, fut persécuté par le pouvoir soviétique qui le fit périr au goulag et chercha à éradiquer son œuvre poétique. Elle fut sauvée par sa femme Nadejda  qui … apprit ses poèmes par cœur.  Dans les années 1970 elle écrivit  ses Mémoires «Contre tout espoir» qui révélèrent les rouages de la monstruosité stalinienne. Ici, Histoire et Poésie sont  liées, inexorablement. 
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –  
L’ATRABILAIRE AMOUREUX
par Jacques Kraemer
–  Les 30 septembre et 2 octobre à 20h30
et le 3 octobre à 18h
Un metteur en scène caractériel expose ses intentions  à la troupe de la Comédie Française où il doit réaliser l’œuvre cardinale de Molière : LE MISANTHROPE. Au prétexte de cette fiction plaisante, sont joués à la fois des fragments essentiels du chef-d’œuvre et les réflexions dramaturgiques qu’il suscite.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –  
OPAL, une enfant d’ailleurs
par Aline Karnauch
– Le 7 octobre et le 9 à 20h30 et le 10 à 18h
Née dans une famille de bûcherons de l’Orégon, maltraitée par sa mère et habitée par la rage d’écrire, OPAL WHITELEY rédigea un Journal à l’orée du vingtième siècle durant l’année de ses 7 ans. Poète sans le savoir, elle y exprime son sentiment d’être au monde, sa relation à la nature et aux animaux avec une intensité et une sensibilité exceptionnelles. Ce texte unique en son genre a été réhabilité dans les années 1980 aux Etats-Unis et nous est enfin parvenu, en France, en 2006.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –  
Nouvelle création: 

 

EMPORTÉE
de Paule du Bouchet
Une œuvre scénique de Aline Karnauch (montage, mise en scène et jeu),
avec la participation artistique de Jacques Kraemer et de Joséphine Serre
– Du 8 au 11 décembre 2020 à 20h30 et le samedi 12 à 18h
“Ce nouveau projet – une fois encore – est né de la rencontre forte avec un livre. Paru pour la première fois chez Actes Sud en 2011, Emportée (réédité cette année aux éditions des Femmes) est un récit de Paule du Bouchet qui entrelace trois histoires : la sienne propre au moment où elle perd sa mère, Tina Jolas, « emportée » par le cancer.  À ces adieux bouleversants et simples, à la portée universelle, se mêle une deuxième histoire plus ancienne constituée des réminiscences de l’enfance de Paule, marquée par cette mère toujours sur le départ, «emportée» par sa passion pour le poète René Char : «Je ne peux parler d’elle que comme de celle qui partait, alors même que sa présence, son rayonnement, son amour, je les ai aussi toujours sus».
Cette relation mère-fille complexe, faite de frustration mais riche d’un amour réciproque indéfectible, ne peut se déchiffrer qu’à la lumière aveuglante et sombre d’une troisième histoire, celle de l’amour qui unit Tina Jolas et René Char pendant 30 ans, de 1957 à 1988. «Un amour hors du commun» accompagné d’une abondante correspondance, aujourd’hui non encore publiée.
Paule du Bouchet réussit pourtant à nous faire entendre la voix de sa mère, à «l’innocence rayonnante», à travers une autre correspondance: celle de Tina adressée à son amie de cœur Carmen, dans laquelle elle évoque l’émerveillement et les déchirements provoqués par cette passion qui l’avait amenée à se séparer du père de ses enfants, le poète André du Bouchet.
J’ai découvert avec émotion dans l’une de ces lettres, une allusion à Nadejda Mandelstam que j’ai eu le bonheur d’incarner à la scène: une autre femme d’un poète déjà célèbre, Ossip Mandelstam, qui se mit au service de son œuvre tout en restant dans l’ombre jusqu’à la publication de son témoignage “Contre tout espoir”. Aujourd’hui on attend avec impatience la publication de l’immense correspondance René Char-Tina Jolas, car là est peut-être l’œuvre, pour l’instant ignorée, de cette dernière.
M’est venu le désir de partager avec les spectateurs ce texte vibrant, sensible, d’en proposer avec Jacques Kraemer et la collaboration artistique de Joséphine Serre, une incarnation scénique en correspondance avec l’univers du livre de Paule du Bouchet.”

A.K.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –  
SHYLOCK 
de et par Jacques Kraemer  (reprise)

– Les 11 et 12 mars 2021 à 20h30 et le samedi 13 mars à 18h

“J’ai consacré pas mal d’années de ma vie à voyager dans la bonne compagnie de Molière et de Shakespeare. Après «L’Atrabilaire», inspiré par «Le Misanthrope», voici ce «Shylock» suscité par «Le Marchand de Venise».  À partir de cette pièce problématique, je me livre à une sorte de bilan-réflexion sur mon parcours dans le théâtre autour du thème juif et des problématiques séculaires de l’antisémitisme.” 
J.K.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Notez bien, chers amis spectateurs, que les conditions de sécurité sanitaire
étant respectées, le nombre de places  limité, vous pouvez en toute confiance
venir au Studio-Théâtre de Mainvilliers, dans l’aile droite de la Mairie de Mainvilliers
en Eure-et-Loir (agglomération chartraine).

Réservation  obligatoire au 06.77.82.80.75 ou
par mail : compagnie.jacques.kraemer@wanadoo.fr

Cordialement
Jacques Kraemer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *