Daniel BENOIN (publication du 20 Novembre 2008)


Si des formes de spectacles très évoluées ont vu le jour et se perpétuent sur d’autres continents et notamment en Asie, le théâtre dramatique apparaît aujourd’hui comme un art essentiellement européen, particulièrement riche dans sa diversité.  Les différences nationales n’ont cependant jamais effacé le puissant et fertile gisement commun que constitue le théâtre grec, ce dernier ayant trouvé sa véritable place tandis que les politiques en faisaient le forum de la démocratie. Depuis, le lien entre la politique et l’art est devenu incontournable.
Aujourd’hui, une crise de confiance profonde existe entre ces deux mondes et il est apparu urgent que la rencontre se fasse entre les hommes et femmes de théâtre, ceux qui les observent, ceux qui les soutiennent et c eux qui les critiquent afin qu’ils s’expliquent, apprennent à mieux se connaître et entament une réflexion pour l’avenir.
C’est à Nice que se retrouveront donc auteurs, metteurs en scène, acteurs, dramaturges, ministres, maires, journalistes, philosophes, sociologues…lors du  Forum du Théâtre Européen, présidé par Jorge Semprun, écrivain, ancien ministre de la culture d’Espagne. Du 11 au 14 décembre,  sera dressé l’état des lieux du théâtre dans trente trois pays d’Europe autour du thème : « Le pouvoir et le théâtre ».
Au cours du Forum, l’ensemble des participants tentera de faire le point sur la nature des relations entre le monde du théâtre et le monde politique et mènera une réflexion sur la considération de cet art par les hommes politiques.
Depuis plusieurs siècles en Europe, ces deux mondes sont en effet liés par des rapports de proximité et de distance, de séduction et de méfiance. Où en est-on aujourd’hui ? On constate que l’autorité politique est tentée de mesurer ou de réduire son aide au théâtre. Est-ce par méfiance devant une activité qu’elle jugerait mal supportable ou, au contraire, parce que le théâtre aurait perdu de sa capacité de mobilisation, de son pouvoir critique et de sa force symbolique ?
Le mariage des années d’après-guerre où, en France, émergea la politique de décentralisation dramatique, semble désormais remis en cause. Comment le théâtre vit-il les nouvelles conditions qui lui sont offertes et comment peut-il répondre aux contraintes économiques qui lui sont imposées ?  Alors même que l’extraordinaire développement des médias lié à celui des nouvelles technologies modifie, qu’on le regrette ou non, notre rapport au monde  et, singulièrement notre rapport au spectacle –au monde comme spectacle et au monde du spectacle-, les hommes politiques ne font il pas paradoxalement marche arrière quant à leur rapport à la création théâtrale ?
Dans ce contexte, on peut se poser plusieurs questions : le théâtre est-il en situation de résistance ou bien de reconquête ? Quels sont aujourd’hui ses pouvoirs ? Son regard sur le monde politique pèse-t-il encore ? Est-il toujours un lieu d’une possible réflexion critique ?
Afin de tenter de répondre à toutes ces interrogations, des débats seront organisés les 12 et 13 décembre sous form e de tables rondes.  L’ensemble de ces perspectives seront rassemblées puis éditées en deux volumes, en Français et en Anglais,  par les éditions Actes Sud, au début de l’été 2009.
Enfin, trois spectacles venus de pays extra-européens mais en liaison directe avec la thématique « Pouvoir et théâtre » seront présentés pour la première fois en Europe, à cette occasion,  au Théâtre national de Nice :  Le soldat, l’amour, le garde du corps…et le président, une comédie de Lacha Bugadzé par le Théâtre Naional Rustaveli de Géorgie, mise en scène par Robert Sturua ; Nostalgie, une pièce de Itzik G’uli, Immad J’Abarin et Danny Hurvitz produite par le Arab-Hebrew Theatre d’Israël,  mise en scène par Igal Ezraty ; L’Orestie,  tragédie d’Eschyle par le Théâtre Ilkhom d’Ouzbékistan, mise en scène par Mark Weil.
J’espère un grand moment de rencontre et de réflexion.
Daniel Benoin

par Martine LOGIER, responsable des cartes blanches.

 


Né le 24 octobre 1947 à Mulhouse, Daniel Benoin est comédien, metteur en scène, auteur, directeur du Théâtre National de Nice et l’organisateur du Forum du Théâtre Européen qui se déroulera du 11 au 14 décembre 2008 à Nice autour du thème «Le pouvoir et le théâtre». Il présentera à partir de décembre 2008 et jusqu’à mi-avril 2009, lors d’une tournée en France (Lyon, Marseille, Montpellier, Lille, Tours…), son diptyque formé du Nouveau Testament de Sacha Guitry et de Faces d’après John Cassavetes. Ces deux créations occuperont la scène du Théâtre des Amandiers de Nanterre du 15 mars au 15 avril 2009.
Biographie succinte de Daniel Benoin sur théâtre-contemporain.net.

 

Réactions :

  1. Sylvia Cornet (24/11/08) :
    Cher Daniel Benoin,
    Félicitation pour votre “Edito”…
    Voulez-vous, je vous prie, me fixer un entretien à ce sujet.
    En qualité d”artiste, j’ ai mené une réflexion sur le même thème que vous et j’ aimerais que nous puissions former une “synergie” et un “pôle d’ excellence” encore plus vif.
    Ma première exposition s’inspirait de l’ Œuvre de Jacqueline de Romilly “la douceur dans la pensée grecque” : PRAOS, galerie Gismondi Pastor de Monaco… en dessin…
    Je connais bien la problématique classique et les textes depuis les antiques jusque, par exemple, “mourning becomes electra” by Eugene O’ Neill…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *