Des créations théâtrales dont le report est attendu en 2021.


Des créations annulées en novembre/décembre dont le report est attendu en 2021 ! Les Théâtres concernés vous informent au fur et à mesure.

---
La réponse des hommes de Tiphaine Raffier

A partir de huit histoires inspirées de l’Évangile, la jeune et talentueuse Tiphaine Raffier s’interroge sur la possibilité de faire le bien. Initialement à l’affiche du Festival d’Avignon 2020, qui fut annulé, cette création voit le jour à La Criée à Marseille.

Lire la suite.

---
Avant la retraite de Thomas Bernhard, mise en scène d’Alain Françon

Catherine Hiegel, Noémie Lvovsky et André Marcon gravissent ensemble les versants escarpés de l’œuvre dramatique de Thomas Bernhard. Dans une mise en scène d’Alain Françon, les trois comédiens créent Avant la retraite au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Lire la suite.

---
Ton père d’après Christophe Honoré, mise en scène et adaptation Thomas Quillardet

Le metteur en scène Thomas Quillardet signe une adaptation théâtrale de Ton père, roman autobiographique publié par le cinéaste Christophe Honoré en 2017. L’histoire d’un homme qui n’a pas voulu que son homosexualité l’empêche de devenir le père qu’il a toujours rêvé d’être.

Lire la suite.

---
Christian Benedetti retrouve Tchekhov. Rencontre.

Quarante ans après l’avoir rencontré, Christian Benedetti retrouve Tchekhov et continue d’explorer son œuvre de jour en jour, de soir en soir, de pièce en pièce…

Lire la suite.

---
Bajazet de Racine, mise en scène d’Eric Ruf

Quatre ans après la mise en scène donnée au Théâtre du Vieux-Colombier, Eric Ruf et la troupe de la Comédie-Française proposent une nouvelle version, comme pour extraire la substantifique moelle du texte. Un plat raffiné mais un peu sec.

Lire la suite.

---
Le Jeu des Ombres

Initialement destinée l’été dernier à la Cour d’honneur et à son impressionnant mur de pierre, la pièce commandée par Jean Bellorini à Valère Novarina fut reprise dans le cadre de la Semaine d’art en Avignon, une belle réussite arrêtée vendredi 30 octobre par le reconfinement. Le Jeu des Ombres compose une ardente pérégrination, accompagnée par de merveilleux comédien, chanteurs et musiciens. Le divin chant d’Orphée réinventé, L’Orfeo sublime de Monteverdi et la langue de Novarina qui caracole composent un alliage de toute beauté.

Lire la suite.

---
Alabama Song de Gilles Leroy, adaptation et mise en scène de Guillaume Barbot

Guillaume Barbot adapte pour la scène le roman Alabama Song de Gilles Leroy, dont l’héroïne est la romancière Zelda Fitzgerald, épouse du célèbre Francis Scott. Entre théâtre et concert, cette pièce pêche par sagesse, peu appropriée à son sujet.

Lire la suite.

---
La Noce de Bertolt Brecht traduction de Magali Rigaill, mise en scène d’Olivier Mellor

Animée par l’esprit de troupe, la compagnie du Berger conduite par le metteur en scène Olivier Mellor crée une Noce chorale, musicale et engagée dans l’esprit du cabaret.

Lire la suite.

---
Derviche de Bab Assalam

Depuis 15 ans, le groupe franco-syrien Bab Assalam déploie un riche univers entre Orient et Occident. Dans Derviche, ils rendent avec le circassien Sylvain Julien un bel et tournoyant hommage à la tradition soufie.

Lire la suite.

---
À la vie !

Après Saint-Félix en 2019, Elise Chatauret revient à La Tempête avec la même équipe pour sa nouvelle création autour des questions liées à la fin de vie et la manière dont notre société l’appréhende.

Lire la suite.

---
La Mouette d’après Anton Tchekhov, mise en scène de Cyril Teste

En 2019, il s’emparait brillamment d’Opening Night de John Cassavetes*. Aujourd’hui, Cyril Teste se tourne vers Anton Tchekhov. Dans une nouvelle traduction d’Olivier Cadiot, le cofondateur du Collectif MxM crée une version de La Mouette qui cherche à éclairer les zones d’absolue intimité contenues dans cette œuvre.

Lire la suite.

---
Catarina et la beauté de tuer des fascistes et Chœur des amants de Tiago Rodrigues

En programmant en même temps sa nouvelle création, Catarina et la beauté de tuer des fascistes, et une recréation de sa première pièce Chœur des amants, Les Bouffes du Nord proposent une traversée de l’univers de Tiago Rodrigues. Un voyage entre passé et présent, où l’amour côtoie de près la violence.

Lire la suite.

---
Muriel Mayette-Holtz monte Chat en poche de Georges Feydeau et Feuilleton Goldoni d’après Carlo Goldoni sur une traduction Ginette Herry

Pour sa première saison à la tête du Théâtre National de Nice, Muriel Mayette-Holtz décuple les possibilités de rencontre avec le public et transforme le théâtre en lieu de foisonnement créatif.

Lire la suite.

---
Rousseau et Jean-Jacques d’après Les Confessions mise en scène de Marjorie Nakache

Marjorie Nakache met en scène le texte adapté des Confessions par Xavier Marcheschi, qui interprète le philosophe en dialogue avec son enfance et les événements qui forgèrent son œuvre et son caractère.

Lire la suite.

---
Les Couleurs de l’air d’Igor Mendjisky

Igor Mendjisky invente une fiction très librement inspirée de sa propre quête sur les traces de son père. Entre souvenirs et imagination, la quête de soi croise le deuil et le rire se mêle à l’émotion.

Lire la suite.

---
Mauvaise de debbie tucker green, mise en scène de Sébastien Derrey

Figure de l’avant-garde dramatique anglaise, debbie tucker green a obtenu le prix Laurence Olivier de la révélation théâtrale en 2004 pour Mauvaise (Born bad). Nouvellement traduite, la pièce est portée sur les planches par le metteur en scène Sébastien Derrey. Huis-clos familial, la pièce touche au tabou de l’inceste.

Lire la suite.

---
Danse Delhi d’Ivan Viripaev, mise en scène de Gaëlle Hermant

La metteure en scène Gaëlle Hermant s’attaque à l’écriture musicale et corrosive d’Ivan Viripaev. Une pièce en sept variations autour de la mort et de l’amour. Explications.

Lire la suite.

---
Solaris de Stanislas Lem, mise en scène de Pascal Kirsch

Pour sa nouvelle création, le metteur en scène Pascal Kirsch s’empare d’un classique de la science-fiction : Solaris écrit en 1961 par l’auteur polonais Stanislas Lem.

Lire la suite.

---
Bartleby d’après Herman Melville, mise en scène de Katja Hunsinger et Rodolphe Dana

Rodolphe Dana et Katja Hunsinger portent à la scène la célèbre nouvelle d’Herman Melville, où le personnage éponyme refuse inexplicablement l’ordre du monde. Une énigme qui ouvre une multitude de pistes.

Lire la suite.

---
Royan de Marie Ndiaye, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia

Fidèle aux écritures contemporaines en général et à celle de Marie NDiaye en particulier, Frédéric Bélier-Garcia met en scène un flamboyant monologue intérieur sur la violence scolaire, dont il confie l’interprétation à sa mère, Nicole Garcia.

Lire la suite.

---
Le Monde et son contraire de Leslie Kaplan, mise en scène Élise Vigier

L’auteure Leslie Kaplan et la metteure en scène Élise Vigier entretiennent toutes deux des rapports étroits avec l’œuvre de Kafka. Dans Le Monde et son contraire, elles creusent ensemble cette passion commune à travers un portrait très vivant.

Lire la suite.

---
RVI de Maryse Meiche

La nouvelle création de la compagnie Combines esquisse, par le biais autobiographique, le tableau d’un milieu en plein bouleversement, celui du monde ouvrier. Une évocation personnelle et une histoire singulière à portée universelle, dont les résonnances actuelles sont multiples.

Lire la suite.

---

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *