Ecla Théâtre en liquidation judiciaire !


La compagnie Ecla Théâtre, dirigée par l’un de nos adhérents, Antoine Herbez (promo 1983), est contraint de fermer ses portes fin janvier 2013. Pétition en ligne.

 

Remerciements
8 février 2013

Bonjour à tous,

Malgré votre formidable soutien et votre engagement à nos côtés, Ecla Théâtre a fermé ses portes le 1er février.

Il semble qu’aux yeux des institutions, la flamme d’Ecla fut trop lourde à raviver, bien qu’elles nous aient toutes assuré de leur soutien moral.

Alors avant toute chose, laissez-nous vous exprimer notre profonde et sincère gratitude, à vous, les 4500 signataires de cette pétition.

Merci, merci infiniment pour votre présence si précieuse.

Vous nous avez redonné espoir.

Vous nous avez ainsi démontré que notre combat est possible, qu’il est souhaitable et souhaité : le combat pour une certaine culture fédératrice.

Votre soutien est notre principale subvention, sans doute la plus importante : vous nous permettez notre passion et notre sincérité.

Alors notre chemin commun ne doit pas s’arrêter là.

Ecla s’éteint mais j’aime à penser qu’un “reflet” va naître…

Se refléter, c’est s’appuyer sur la vie, c’est dire que les artistes peuvent faire grandir, et qu’ils ont eux-mêmes aussi besoin du reflet de la vraie vie pour
exister… C’est dire que nous sommes tous les miroirs des uns et des autres. Tous ensemble…

Nous commençons en effet à travailler sur l’idée d’une nouvelle Compagnie…

Nous retournons à la base, la base de notre travail “d’artistes-artisans” : repartir avec espoir et détermination sur le chemin du rêve de la “Culture pour tous”.

Nous vous tiendrons au courant, bien entendu.

Nous allons avoir besoin de vous, de votre enthousiasme.

Croyez-nous, le nôtre est intact, doublé de notre sincère détermination.

Merci encore du fond du cœur et à très bientôt.

Antoine Herbez,

Metteur en scène. 

Le 9 janvier 2013 :
Cher public, chers partenaires, 

Sans doute êtes-vous au courant que la Compagnie Ecla Théâtre sera en liquidation judiciaire en ce mois de janvier.

L’annonce de cette fermeture a déclenché un formidable élan de solidarité, et nous remercions vivement tous ceux qui nous apportent leur soutien précieux.

 

Cependant, il reste peut-être un dernier espoir de sauver Ecla Théâtre : en effet, un groupe de professeurs (que nous ne connaissons pas, mais que nous remercions ô combien) est à l’initiative d’une pétition adressée au Ministère de la Culture et à celui de l’Education Nationale. Voici le lien vers cette pétition :

 

Pétition pour qu’Ecla Théâtre vive !

 

 

Surtout, n’hésitez pas à la signer et à la faire circuler : cette victoire sera une victoire commune à nous tous !

Avec tout notre espoir,

Toute l’équipe d’Ecla Théâtre.

 


Lettre ouverte d’Antoine Herbez – Ecla Théâtre ferme ses portes.

 

Ecla Théâtre est en liquidation judiciaire… 

 

 

 

Depuis un peu plus de deux ans maintenant, nous avons repris, avec une équipe extrêmement soudée et motivée, une compagnie qui n’avait plus un sou. 

 

 

 

Mais malgré ce premier handicap de taille, nous y avons cru.

 

 

 

Parce que plus qu’une compagnie,  nous y avons vu une formidable structure permettant l’ouverture de la culture au maximum de personnes. 

 

 

 

Elle employait 150 intermittents par an, avait une équipe d’une dizaine de permanents et proposait environ 9 spectacles chaque saison, dans de magnifiques théâtres parisiens et en tournée, textes classiques ou adaptations d’œuvres incontournables.

 

 

 

Le mélange des arts de la scène, des plateaux conséquents, des spectacles d’envergure, tout était tenté pour fédérer le partage artistique entre les générations, en famille ou dans le cadre scolaire. 

 

 

 

Parce que Ecla Théâtre était aussi une institution pour les écoles : nombre d’enseignants venaient faire découvrir le spectacle vivant à leurs élèves. 

 

 

 

Avec la nouvelle équipe, nous avons tenté l’ouverture. 

 

 

 

L’ouverture sur le monde, sur les autres et sur l’avenir : nouvelles esthétiques, nouveaux metteurs en scène, adaptateurs, scénographes, costumiers, éclairagistes. 

 

 

 

Nous avons entretenu de nouvelles collaborations, de nouveaux partenariats : graphisme, résidences, coproductions, musées et édifices prestigieux. 

 

 

 

Nous avons, grâce à des associations comme Accès Culture, ouvert les portes de nos spectacles aux malentendants et à l’audio-description, tenté de favoriser l’accès aux personnes plus démunies (en particulier par une baisse conséquente de nos tarifs cette saison).

 

 

 

Nous avons également tenu à respecter toutes les règles du métier si souvent contournées, en payant plus justement nos artistes, en se mettant à jour auprès de tous les organismes référents. 

 

 

 

Nous avons tenté l’équité, l’esprit de troupe, le plaisir de la création et le partage de nos émotions.

 

 

 

Certes nous avons eu des embûches, certains jaloux de notre longévité ont tenté de nous nuire, nous avons essuyé les risques d’attentat, la neige empêchant les bus scolaires de rouler, un toit de théâtre qui s’écroule, nous avons dû annuler des représentations malgré nous, nous avons du jeter des décors, des costumes, nous avons dû abandonner des équipes, désorienter certains spectateurs par nos choix, mais nous avons résisté, malgré tout.

 

 

 

Nous avons toujours été sincères et passionnés.

 

 

 

Mais la Compagnie ne tenait que sur ses recettes ; elle n’a pour ainsi dire jamais eu d’aides ou de subventions. 

 

 

 

Malgré les retours nombreux et positifs de la part des professionnels et du public dont ont bénéficié nos derniers spectacles, malgré la fréquentation de nos salles relativement bonne au vu du contexte actuel, cela n’a pas suffit : la fameuse crise a eu raison de nous.

 

 

 

Nous ne pouvons, avec une immense tristesse, tenir nos engagements : nous ne pouvons pas finir la saison.

 

 

 

Nous sommes contraints à la liquidation.

 

 

 

Nous allons tenter de trouver des solutions pour faire perdurer certains spectacles que vous avez appréciés, mais forcément dans un autre contexte, dans d’autres conditions. Nous vous tiendrons au courant. 

 

 

 

Merci, du fond du cœur, à vous tous qui nous avez permis d’exister pendant tant de temps avec passion.

 

 

 

Avec tous mes regrets,

 

 

Antoine Herbez 

 

Metteur en scène

 

Réactions
  • 10/01/2013 – Bonjour,
    Cet article m’attriste beaucoup. Grâce aux spectacles d’Ecla Théâtre mes filles ont découvert les plus belles pièces du répertoire. Aujourd’hui adultes, elles ont gardé ce goût du théâtre qu’elles ont d’ailleurs pratiqué pendant leur adolescence. C’est certainement dû à la qualité de vos spectacles et aussi à cette possibilité d’échanger avec les comédiens.
    Juste une anecdote, j’avais accompagné une classe de CM2 pour une représentation du Bourgeois Gentilhomme, ce devait être au début des années 90. La plupart de ces enfants n’avaient jamais mis les pieds dans un théâtre. A la sortie, ils voulaient tous devenir comédiens et un petit garçon, émerveillé, m’a dit :”‘c’est bien mieux que la télé”.
    Vous pouvez être fier du chemin qui est le vôtre et je forme des voeux pour que l’aventure ne s’arrête pas ainsi.
    Bien cordialement
    Annie Madrières

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *