En janvier, peut-être…


Chère Rue du Conservatoire,

Et voici le magnifique programme que nous avons préparé pour vous. Tout est prêt. Il ne manque plus que…

Je profite de cette dernière newsletter de l’année pour rompre l’anonymat de son rédacteur.

Après 20 ans, je quitte le Théâtre 13 dont j’ai assuré la coordination, la direction administrative et financière, la gestion du personnel, la communication, la programmation musicale, l’ouverture au conte, la création et le développement du Prix Théâtre 13.

Le changement de direction dans six mois a été l’occasion pour moi de repenser mon avenir professionnel. Et je remercie la Ville de Paris et le futur directeur Lucas Bonnifait de m’avoir sincèrement proposé de poursuivre l’aventure.

Je laisse un théâtre solide, qui a su traverser cette année si particulière en protégeant artistes, salariés et collaborateurs. Je laisse une équipe formidable, compétente, joyeuse et surtout capable de porter avec enthousiasme et professionnalisme un tout nouveau projet. Et j’invite tous nos chers spectateurs à être curieux de cette nouvelle histoire qui s’écrira pour eux, dès septembre 2021. Bien entendu, je remercie Colette Nucci d’avoir eu l’audace de me demander de la rejoindre dès sa prise de poste en 2000, alors que je n’avais que 25 ans et pas beaucoup d’expérience. Je suis fier et heureux de l’avoir aidé à réaliser ses rêves.

Je quitte la maison, mais pas tout à fait… Je reviens fin mars, cette fois-ci avec ma casquette d’artiste. J’ai demandé à trois autres metteurs en scène de me rejoindre : Quentin Defalt, Justine Heynemann et Sophie Lecarpentier, qui ont écrit certaines des plus belles heures du Théâtre 13. Ensemble, nous allons créer un spectacle autour du Dieu grec Kaïros. Kaïros, c’est la prise de pouvoir individuelle sur le temps. On peut le saisir lorsqu’il se présente, mais il est impossible de le retenir une fois qu’il est passé. C’est l’instant décisif, la bascule d’une trajectoire, où l’on se connaît, se reconnaît…

Je quitte le Théâtre 13 sur la pointe des pieds, Covid oblige, et je vous prie d’accepter mes excuses pour abuser de cet espace pour vous saluer une dernière fois et vous dire à quel point j’ai été heureux de vivre cette intense et formidable aventure.

Toute l’équipe se joint à moi pour vous souhaiter de magnifiques fêtes de fin d’année.

Fabian Chappuis – (ex) directeur adjoint.

3c1f197b1bd2f

LAWRENCE D’ARABIE

Eric Bouvron / Benjamin Penamaria

Théâtre 13 / Jardin

7 janvier – 14 février 2021

 

Une épopée basée sur une histoire vraie, mélangeant l’Histoire, la tragédie et la comédie.

1916, dans le désert d’Arabie en pleine Première Guerre Mondiale, T. E. Lawrence, jeune et brillant archéologue anglais, se révèle être un précieux atout pour l’armée britannique, qui l’enrôle au sein des services du renseignement. Rapidement promu capitaine, il devient un héros dans son pays, en même temps qu’un frère d’armes pour les tribus arabes. Mais les gouvernements français et anglais ont déjà secrètement signé l’accord Sykes-Picot, qui prévoit, une fois la guerre gagnée, le découpage de la région à leur seul profit…

Une soixantaine de personnages, joués par huit comédiens, accompagnés par trois musiciens / chanteurs. Ils jouent, dansent, combattent et créent un univers oriental dans un décor minimaliste, propre au style d’Eric Bouvron, avec un clin d’œil au monde du cinéma. Un spectacle abordant les thèmes de l’amitié, de la loyauté et de la trahison, dans un contexte géopolitique fascinant dont l’écho résonne encore très fortement aujourd’hui.

 

En savoir plus et réservations

3bf58b60340f7

JE VOLE… ET LE RESTE JE LE DIRAI AUX OMBRES

Jean-Christophe Dollé / Clotilde Morgiève

Théâtre 13 / Seine

12 janvier – 14 février 2021

 

Thriller électro-poétique

Richard n’est pas un homme comme les autres. Habité par des pensées étranges, il est persuadé de posséder des pouvoirs surnaturels. Après avoir commis l’irréparable, interrogé au 36 quai des Orfèvres, il saisit un moment d’inattention de son gardien, pour s’envoler par le vasistas. Cette pièce prend corps dans l’espace de sa chute. Une seconde d’éternité où tout le chaos de sa vie lui revient.

Nous sommes le 28 mars 2002, il est 10h30. Richard Durn, se jette par la fenêtre de la salle d’interrogatoire du 36 quai des Orfèvres. Comme dans un rêve, durant cette seconde d’éternité, on assiste aux rencontres qui ont changé la vie du « tueur de Nanterre »,
celles qui l’ont fait trébucher, celles qui auraient pu le sauver. Tout reprend vie, les personnages du quotidien, les rencontres d’un soir, les héros imaginaires se côtoient et s’entrechoquent pêle-mêle dans sa mémoire.De ce chaos de la pensée, extraire un sens, trouver une explication et peut-être les miettes d’une humanité dépiautée.

 

En savoir plus et réservations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *