Georges VITALY


Georges VITALY, comédien et metteur en scène qui créa et dirigea le Théâtre de la Huchette à Paris, est mort mardi 2 janvier 2007, à l’âge de 89 ans. Ses obsèques ont eu lieu mardi 9 janvier, à 10 h 30 au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne).

Né Vitali Garcouchenko, le 15 janvier 1917, à Simféropol, en Crimée, il a une vocation précoce : dès l’âge de 9 ans, il déménage les meubles de ses parents – qui ont émigré à Paris afin de fuir la révolution en Russie – pour “monter des spectacles”. A partir de 1934, Georges Vitaly se forme comme comédien au cours Paupélix. Puis, après la guerre, il devient chef de troupe et metteur en scène.

C’est avec Le mal court, de Jacques Audiberti, refusé par tous les directeurs de Paris, qu’il fait ses débuts officiels en juin 1947 au Théâtre de Poche. La pièce remporte un grand succès, ainsi que son interprète principale, Suzanne Flon, dans le rôle d’Alarica. Grâce à cette pièce, Georges Vitaly obtient le Grand Prix des jeunes compagnies, ce qui lui permet de monter Les Epiphanies, d’Henri Pichette, au Théâtre des Noctambules, avec Gérard Philipe, Roger Blin et Maria Casarès.

Encouragé par ses succès auprès de la critique, Georges Vitaly souhaite travailler en toute liberté. Il trouve un local rue de la Huchette et y aménage une petite salle d’à peine cent places. La Fête noire et Pucelle, d’Audiberti, La Quadrature du cercle, de Kataïev, Monsieur Bob’le, de Schéhadé, Edmée, de Bréal, La Belle Rombière, d’Hanoteau, font de ce minuscule Théâtre de la Huchette un des hauts lieux de l’art dramatique.

En 1952, Georges Vitaly quitte la Huchette, d’abord pour l’Œuvre et le Grand-Guignol – où il monte La Farce des ténébreux, de Ghelderode -, puis pour le Théâtre La Bruyère, à partir de 1954. Jusqu’en septembre 1982 il va y reprendre le rythme de ses créations en privilégiant son auteur fétiche, Jacques Audiberti – avec notamment Les Naturels du Bordelais, L’Effet Glapion, Cavalier seul, Quoat-Quoat -, ou de nouvelles découvertes comme Un cas intéressant, de Dino Buzatti, dans une adaptation d’Albert Camus, Le Mariage de M. Mississipi, de Friedrich Dürrenmatt, ou encore Le Divan, de Remo Forlani.

Tout en continuant à diriger le La Bruyère, Georges Vitaly prend la direction de la Maison de la culture de Nantes, de 1970 à 1975. En avril-mai 1981, il monte Le Merveilleux Complet couleur de glace à la noix de coco, de Ray Bradbury, à Châteauvallon. Il a également créé les “Spectacles d’aujourd’hui”, qui ont présenté notamment des pièces d’Arrabal, de Boris Vian, de Pierre Bourgeade. Sa dernière mise en scène date de 1995, avec La Société des alloqués, de Guy Foissy, au Lucernaire.

Article d’Edouard Masurel paru sur lemonde.fr du 4 janvier 07

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *