Gérald ROBARD

Par Catherine Azoulay et Christiane Thierry

Catherine Azoulay (27/02/2008) :

Je suis Catherine Azoulay, j’étais au Conservatoire avec Gérald Robard et j’ai fais partie de la troupe qu’il avait créée en 1970-71. Nous avons parcouru la France ensemble pour jouer un spectacle qu’il avait conçu et mis en scène « Molière 71 » conçus pour les scolaires. Leur faire connaître et aimer le théâtre était notre but. Après la représentation nous travaillions encore avec eux, les échanges étaient d’une richesse extraordinaire.
Nous faisions tout, la promotion du spectacle, les costumes, la régie, nous installions et démontions les décors (souvent deux fois dans la même journée pour changer de lieu entre le matin et l’après-midi). C’était une expérience extraordinaire, épuisante, mais la force de l’amitié nous faisait tenir, même si parfois exténués, le ton montait pour des broutilles. Nous étions jeunes, nous y croyions et c’était cela qui comptait. Nous n’avons pas gagné notre vie, loin s’en faut, mais ce n’était pas important. Avec Gérald comme guide nous serions allés au bout du monde.
Je me souviens de Gérald à la même époque jouant Caligula en tournée à St Malo, il était génial. Les remparts de la ville étaient embrasés par son interprétation.
Quand j’ai appris sa disparition j’ai eu une peine profonde, car nous avions une grande complicité quand nous travaillions ensemble. C’était un être hors du commun mais très fragile, hypersensible qui me semblait toujours se promener sur le bord d’un précipice…
Nous avons suivi un temps une étoile qui a disparu trop vite dans l’univers…
Aujourd’hui ma vie d’artiste a pris une autre direction, je travaille dans la solitude de mon atelier, je suis peintre-graveur.

  • Christiane Lejon/Thierry (15/12/2008) :

Bonjour,
Je suis Christiane Thierry (maintenant épouse Lejon-Seyfried), je voudrais réagir à la rubrique “souvenirs” du dernier bulletin. Il s’agit d’une évocation de Gérald Robard par Catherine Azoulay, datée de Février 2008, mais qui par les mystères de l’informatique nous parvient seulement maintenant.
Tous mes souvenirs (si douloureux à l’époque) m’envahissent.. Gérald, mon ami, mon frère, avec qui j’ai partagé tant de choses, bonnes et quelquefois angoissantes, ceux qui l’ont aimé auraient tant voulu être son bon ange, mais… peut-être est-ce lui qui maintenant est le nôtre.
Nous avons partagé nos années de cours chez Chamarat et avions juré de ne jamais nous quitter, la vie ou plutôt la mort en a décidé autrement.
Quel grand artiste il aurait été.
Je me souviens fort bien de Catherine Azoulay, j’ai également pris une voie parallèle et m’occupe dans le Var où je réside (Bormes les Mimosas) de festivals lyriques et essentiellement musicaux.
J’espère que cette “réplique” pourra parvenir à Catherine et peut-être à d’autres qui ont connu Gérald ou partagé ces temps mouvementés de 68. En tous cas le souvenir de Gérald pourra peut-être retisser quelques liens.
Bien amicalement à tous les “anciens” de cette époque.
Tout contact me ferait plaisir : 06 86 80 74 65.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *