GERTRUD de Einar Schleef traduit par Marie-Luce Bonfanti


 

Gertrud, Monologue pour chœur de femmes, traduit de l’allemand par Marie-Luce Bonfanti et Crista Mittelsteiner
accompagné de Gertrud – Bribes de mémoire, création musicale pour 6 comédiennes et instruments de Henry Fourès
Postface d’Elfriede Jelinek.
Illustration : © Adagp, Paris, 2016. Schleef Einar, Selbstildnis, Ende der 60er Jahre.
ISBN : 979-10-92364-25-5
Format : 140 x 180 mm
Nombre de pages : 86
Prix public : 20 euros
Disponible le 30 novembre 2016Je tâtonne sur une vaste surface, mes yeux collés, pieds nus, cendre entre doigts de pieds, ma robe courte, brune, élimée, me cogne les jambes. Mon châle à poussier autour de la tête, je suis amaigrie, les seins creux, ma robe semble être une blouse brune une vague blouse brune, nouée avec une corde, la desserrer tant elle coupe profondément dans la chair, sens ma peau, sillons et côtes, frotte les yeux penchée en avant, la crasse tient bon, paupières collent, les nuages doivent être sombres, s’ils dérivent, se baisser jusqu’au sol, ma main le touche, je sens de la cendre, mais ça doit remonter à une éternité, quelque chose travaille en moi, pousse en avant, mais qui est-ce. Je frappe la poitrine et tâtonne à nouveau. Si j’avais un bâton. Des bâtiments à l’horizon. Ou une lumière. Ça brille doucement, vaguement, oui je sens déjà les rayons sur le visage. Mes cheveux sont blancs, je trébuche, la cendre est tendre. Doucement. Les nuages semblent dériver vraiment rapidement. De la fumée. Derrière du jaune, c’est le soleil. Mais pourquoi ça ne se précise pas. Pluie commence. Silence, juste un fin goutte-à-goutte, pourquoi la cendre ne se mouille pas. Ça viendrait des bâtiments, dans les étages se reflète le soleil, voilà pourquoi il ne m’atteint que de temps en temps.

***

Ce livre est publié avec le soutien du Centre national du livre, le concours de la région Île de France, et en association avec la compagnie inExtremis.

Une première présentation de ce texte inédit a eu lieu lors d’un après-midi d’hommage à Einar Schleef sous la direction de Crista Mittelsteiner, intitulée J’étais là, mais le théâtre était parti, lors du Festival d’Avignon 2008 dans le cadre des Rencontres d’Été à la Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon. La traduction de ce texte a également bénéficié de l’aide de Transfert Théâtral, du CnT et du CNES-Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon.

Ce livre-CD a reçu le Label « Rue du Conservatoire », association des élèves et anciens élèves du CNSAD.

***

La création musicale pour 6 comédiennes et instruments de Henry Fourès qui accompagne ce livre a fait l’objet d’une commande de Le Ver à soie, Virginie Symaniec éditrice. Elle a bénéficié des soutiens de l’Adami, de la Cité de la Voix, de Musique Française d’Aujourd’hui (MFA) et du Goethe Institut. Elle a été réalisée en coproduction avec la Compagnie inExtremis et le Gmem – Centre National de Création Musicale de Marseille.

***
Tous nos remerciements vont également aux généreux donateurs qui ont soutenu la réalisation de ce projet exceptionnel.

Fiche technique

Prix éditeur : 20,00 €

Collection : Les Germanophonies

Éditeur : VER À SOIE (LE)

EAN : 9791092364255

ISBN : 9791092364255

Parution :

Façonnage : carré/collé

Poids : 140g

Pagination : 86 pages

 

Marie-Luce Bonfanti

Toute la carrière de Marie-Luce Bonfanti est vouée au théâtre : comédienne, scénographe, pédagogue, auteur et traductrice. Née à Bruxelles, d’un père corse et d’une mère belge, elle a toujours cultivé cette mixité culturelle qui lui confère, d’après elle, une liberté de « langage » dans l’écriture scénique – que ce soit dans son métier d’interprète ou dans ceux d’auteur ou de scénographe. Eternelle nomade, se partageant entre Bruxelles et Paris, en passant par la Corse et  l’Allemagne, parmi les nombreux metteurs en scène avec lesquels elle a travaillé, elle évoque plus particulièrement Antoine Vitez – dont elle a été aussi l’éléve au CNAD, Michel Dubois, Carlos Wittig-Montero, André Steiger, Arturo Corso, Derek Goldby, Marc Liebens, Jean-Claude Drouot, Stéphanie Loïk, Matthias Langhoff, Crista Mittelsteiner, Marcel Delval…. Marie-Luce Bonfanti a (co-)traduit des pièces de Manfred Karge, Elfriede Jelinek, Frank Wedekind, Heinrich von Kleist, Oliver Bukowski, Einar Schleef. Elle a traduit, à partir du grec ancien, la Médée  d’Euripide. Elle est également l’auteur de plusieurs pièces de théâtre et de nouvelles, dont deux ont été primées.

https://www.maisonantoinevitez.com/fr/auteurs-traducteurs/marie-luce-bonfanti-538.html

 

Pour se procurer le livre en ligne

https://livre.fnac.com/a10265455/Einar-Schleef-Gertrud

https://www.leverasoie.com/boutique/index.php/traducteurs/product/42-gertrud-d-einar-schleef-le-livre-cd

 

https://www.decitre.fr/livres/gertrud-9791092364255.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *