Guy-Claude FRANÇOIS


Le scénographe qui accompagna, dès ses débuts, Ariane Mnouchkine s’est éteint le 4 février 2014, suite à une longue maladie. Ses obsèques auront lieu au Père Lachaise le mardi 11 février à 14h.

Guy-Claude François, artiste, scénographe, s’est éteint le 4 février à la suite d’une longue maladie.

Né le 9 novembre 1940 à Berck (Nord), il rencontre Ariane Mnouchkine en 1968 à l’issue de ses longues études : l’Ecole du Louvre, l’Ecole supérieure des arts et techniques du théâtre (la rue Blanche).

Guy Claude François était l’un de ces scénographes qui ont participé aux aventures et expériences emblématiques et contribué à l’évolution, voire au changement radical de la conception du décor, de l’espace de représentation, du lieu théâtral.
Dès les années 1970 lorsque le théâtre sort de ses salles et s’ouvre à d’autres formes de spectacle vivant, Guy Claude François fait partie de ceux qui proposent une nouvelle structuration de l’espace en collaboration étroite avec le metteur en scène. Il incarne par sa pratique une conception ouverte de la scénographie allant de la scénographie des spectacles à celle de lieux, d’événements ou d’expositions, où l’intervention du scénographe peut prendre des formes extrêmement diverses.

Il commence sa carrière dès 1960 comme régisseur et décorateur. En 1968 il rejoint le Théâtre du Soleil où il est d’abord directeur technique puis, depuis L’Âge d’or (1975), le scénographe attitré d’Ariane Mnouchkine, associant dans sa pratique l’organisation sans cesse renouvelée du lieu et la conception esthétique de l’espace scénique.
Il a imaginé les décors de Molière, le film, dans la Cartoucherie.

Il collabore également régulièrement avec d’autres metteurs en scène comme Jean-Claude Penchenat, Otomar Krejca, Armand Delcampe…
Le registre de ses interventions ne cesse de s’élargir : opéra, théâtre de marionnettes, architecture de lieux, décors pour le cinéma, notamment pour Bertrand Tavernier.
Fondateur avec Jean Hugues Manoury en 1988 de la société Scène il réalise dans ce cadre une centaine de lieux scéniques, d’expositions, d’événements comme par exemple l’ouverture des Jeux Olympiques d’Albertville en 1992.

Sa pratique de scénographe s’est accompagnée pendant plus de 30 ans de l’enseignement de cet art en France et à l’étranger, entre autres à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, à l’École d’Architecture de Clermont-Ferrand et à Nantes, au Centre d’Études Théâtrales à l’Université de Louvain-la-Neuve en Belgique.

Les obsèques de Guy Claude François auront lieu mardi 11 février à 14h00 au Cimetière du Père Lachaise, dans la grande chapelle de la coupole  (entrée par l’accès Gambetta)

Pour en savoir plus sur Guy-Claude François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *