Henning MANKELL


décédé dans la nuit du 5 octobre 2015 à 67 ans, cet auteur de romans policiers était aussi un homme de théâtre, codirecteur du Théâtre Avenida au Mozambique


Au Mozambique, depuis 1986, Henning Mankell était directeur artistique du Teatro Avenida, seul théâtre professionnel de Maputo, la capitale. Ce fut « l’aventure la plus exaltante de sa vie », selon la journaliste Kirsten Jacobsen (Mankell (par) Mankell : Un portrait, Le Seuil, 2013).

Lu dans le Figaro.fr  par Mathilde Doiezie

L’auteur suédois est décédé dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 octobre à l’âge de 67 ans, des suites d’un cancer. Reconnu pour ses romans policiers et particulièrement pour sa série mettant en scène le commissaire Kurt Wallander, il s’était également investi avec passion dans le théâtre ainsi que dans le cinéma et la télévision.

Petit-fils d’un compositeur et fils d’un juge, Henning Mankell s’est impliqué tôt dans la vie théâtrale. Au retour de plusieurs voyages entre l’Europe et l’Amérique, lors desquels il s’était engagé dans la marine marchande, il s’est installé à Stockholm où il a commencé à travailler en tant que machiniste dans un théâtre. Un travail qui l’inspira pour écrire ses premières pièces dès l’âge de 17 ans et qui lui permit rapidement de devenir assistant à la mise en scène, notamment au prestigieux Riksteatern.

Directeur artistique au Mozambique
À 20 ans, Henning Mankell s’est établi en Scanie, au sud de la Suède, où il avait obtenu la direction d’une scène. Un environnement dont il s’est nourri notamment pour camper l’univers de son héros Kurt Wallander. Mais c’est surtout en Afrique et plus précisément au Mozambique que son goût pour le théâtre se manifesta le plus intensément.

Parti découvrir l’Afrique à 24 ans, il est tombé amoureux de ce continent. Il a visité la Guinée-Bissau, la Zambie puis le Mozambique, où il s’est établi dans la capitale à Maputo en 1985. Une seconde vie débutait alors pour le romancier et dramaturge. Il y passait désormais une moitié de l’année et l’autre moitié en Suède.

Les six mois à Maputo, il les consacrait à la compagnie Mutumbela Gogo, la première troupe professionnelle du pays, établie au Teatro Avenida. Nommé directeur artistique, il partageait son temps entre écriture et mise en scène. Henning Mankell est ainsi parti en laissant une cinquantaine de pièces derrière lui.

Scénariste pour la télévision suédoise
Écrivain, dramaturge, metteur en scène, le Suédois s’était également fait remarquer en tant que scénariste. Marié à Eva Bergman, fille d’Ingmar Bergman et elle-même directrice de théâtre, il avait dernièrement développé un projet de série en quatre épisodes d’une heure sur son beau-père, avec lequel il était très proche. Un travail doit normalement être diffusé l’an prochain.

Henning Mankell a également contribué à développer deux épisodes de la série policière allemande Tatort, diffusés en 2010. Il avait auparavant écrit d’autres scénarios pour des séries suédoises dont Labyrinten (2000) et Talismanen (2003) – coécrite avec un autre grand écrivain suédois, Jan Guillou.

Des séries dans lesquelles il s’est impliqué directement, après avoir vu plusieurs de ses travaux adaptés pour la télévision. Ses romans policiers avaient ainsi fait l’objet d’une première adaptation télévisée en Suède dans les années 1990, qui s’était suivie d’une version britannique en 2008, avec Kenneth Branagh dans le rôle de l’inspecteur Kurt Wallander et connue en France sous le titre Wallander: enquêtes criminelles.

Des épisodes qui ont également donné lieu à des adaptations pour le cinéma, comme avec Wallander: Mastermind, dirigé par Peter Flinth en 2005. Un projet basé sur son ouvrage Les Chaussures italiennes est également dans les cartons, avec Kenneth Branagh, cette fois du côté de la réalisation, et Judi Dench et Anthony Hopkins au casting.


Lire aussi sur le point.fr : HENNING MANKELL, L’INDIGNÉ INTERNATIONAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *