Hubert GIGNOUX


Le Théâtre national de Strasbourg a annoncé le décès à l’âge de 93 ans du metteur en scène et comédien Hubert Gignoux, qui fut son premier directeur

.

“Cet acteur, marionnettiste, metteur en scène, pédagogue, directeur de théâtre, découvreur infatigable de talents dont Bernard-Marie Koltès et Laurent Gaudé ne furent pas les moindres, a participé aux plus grandes heures du théâtre d’après-guerre et notamment à la magnifique aventure de la Décentralisation théâtrale”, écrit l’équipe du TNS dans un communiqué.
M. Gignoux avait reçu un Molière d’honneur en 2000.
Strasbourg fut une de ses nombreuses étapes puisque de 1957 à 1971, il fut le directeur de ce qui était le Centre Dramatique de l’Est avant de devenir en 1968 le Théâtre national de Strasbourg. (source AFP)

Hubert Gignoux

Tout en poursuivant ses études de droits et de sciences politiques, il fait son apprentissage du théâtre de 1932 à 1939, aux Comédiens Routiers et au Théâtre de l’Oncle Sébastien, sous la direction de Léon Chancerel. Prisonnier durant la Seconde Guerre mondiale, il met en scène des spectacles variés suivant cet enseignement, puis réalise des spectacles de marionnettes, prémices de la Compagnie des marionnettes des Champs-Elysées qu’il fonde avec Henry Cordreaux en 1947. En 1945, nommé instructeur national d’art dramatique, il définit la formule de stages de formation destinés au Théâtre amateur. Sa rencontre avec les Jeunes Comédiens de Rennes (lauréats du concours des Jeunes compagnies) l’amène à fonder en 1949 le Centre dramatique de l’Ouest qu’il dirigera jusqu’en 1957, année où il prend la direction du Centre dramatique de l’Est.
Il inaugure le “Théâtre de Comédie” le 1er octobre 1957, avec une représentation d’Hamlet de Shakespeare. Le bâtiment est l’œuvre de l’architecte et scénographe Pierre Sonrel. En décembre 1957, le circuit des Tréteaux du CDE se met en place avec la tournée de Neuf Images de Molière. La tournée comprend 42 petites villes et villages de la région. C’est aussi la première tournée ” professionnelle ” des Cadets, jusqu’à présent recrutés parmi les élèves de l’Ecole.
Son répertoire de metteur en scène au CDE est très varié, allant d’Eschyle à Brecht et Claudel, en passant par le théâtre classique français et étranger, Labiche, Ibsen, Pirandello, O’Neill et Genet. Mais il a noué des liens particuliers avec quelques auteurs contemporains : Morvan Lebesque, Max Fritsch et, surtout, Friedrich Dürrenmatt. Gignoux est un des pionniers de la décentralisation théâtrale, fondant sa pratique sur une conception éthique du théâtre : volonté de faire un théâtre généreux, ouvert sur le monde, de créer dans un esprit de troupe, de traiter le public en véritable interlocuteur.
En 1961, le syndicat de la critique dramatique et musicale décerne son prix pour la saison parisienne à deux spectacles du CDE mis en scène par Hubert Gignoux : Mille francs de récompense de Victor Hugo (création mondiale) et La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt, l’un des auteurs-associés du CDE.
En 1971, il en abandonne la direction pour redevenir comédien. Il est pensionnaire à la Comédie-Française de 1983 à 1986.
En 1984, il a publié un livre de mémoires et de réflexion : Histoire d’une famille théâtrale (l’Aire théâtrale, Lausanne).

Evelyne Ertel
d’après Le Dictionnaire encyclopédique du Théâtre
de Michel Corvin. – Paris : Larousse, 2001, p. 728

Hubert Gignoux. – Histoire d’une famille théâtrale. Edition de l’Aire / ANRAT, 1993. 440 p.

Répertoire au CDE/TNS

Saison 1957-1958
L’Amour parmi nous de Morvan Lebesque
Hamlet de William Shakespeare

Saison 1958-1959
Romulus le Grand de Friedrich Dürrenmatt

Saison 1959-1960
L’Echange de Paul Claudel

Saison 1960-1961
La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt
Mille francs de récompense de Victor Hugo

Saison 1961-1962
Le Mariage de Monsieur Mississipi de Friedrich Dürrenmatt

Saison 1962-1963
Horace de Pierre Corneille
Les Chemins de fer d’Eugène Labiche

Saison 1963-1964
Le Singe velu d’Eugene O’Neill

Saison 1964-1965
Les Physiciens de Friedrich Dürrenmatt

Saison 1965-1966
Dormez je le veux de Georges Feydeau
Le Soulier de satin de Paul Claudel
Comment naît un scénario de cinéma de Cesare Zavattini

Saison 1966-1967
Joël Brand, histoire d’une affaire de Heinar Kipphardt
L’Ecole des femmes de Molière

Saison 1967-1968
La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt

Saison 1968-1969
Nekrassov de Jean-Paul Sartre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *