Jacques LEGRÉ


Le comédien et metteur en scène Jacques Legré est décédé à Paris le 8 décembre 2012, à l’âge de 75 ans.

Réagir à cet article

Né le 4 avril 1937 à Paris, Jacques Legré  est décédé à Paris le 8 décembre 2012.

 Il a fait ses études secondaires au Lycée Buffon. Il a ensuite suivi les cours de théâtre au Cours d’Art Dramatique Julien Bertheau puis à l’Ecole Jacques Lecoq.

Il entend l’appel de Pierre Mendès-France et adhère au Parti Radical en 1955 où il s’occupe activement de la Fédération Nationale des Etudiants Radicaux. Il quitte la Parti Radical en 1958 pour fonder l’Union des Forces Démocratiques, puis, en 1959, il adhère au Parti Socialiste Autonome et, en 1961, au Parti Socialiste Unifié.

Il abandonne en 1964 le militantisme actif pour se consacrer au Théâtre.

Comédien depuis 1961, Jacques Legré a été l’assistant de Nicolas Bataille lors de la mise en scène d’une vingtaine de spectacles (1961-1967). Il devient ensuite l’assistant de Peter Ustinov (1968) pour la mise en scène de Le Soldat Inconnu et sa femme (Lyon, Th. des Célestins et Paris, Th. des Ambassadeurs). Il a joué sous la direction de Julien Bertheau, Nicolas Bataille, Marcel Cuvelier, Claire Duhamel, Jacques Sereys, Henri Ronse, Jean Gillibert, Alain Scoff…

Après avoir assuré la direction artistique de la Comédie Moderne de la Sorbonne (1964-1971), il a assuré les fonctions de directeur du Théâtre de La Huchette de 1975 à 1980 avant d’en être le directeur en titre (1981-2003) puis d’en devenir le  Directeur Honoraire (depuis 2004).

En 2000, le Théâtre de la Huchette recevra, sous sa direction, un Molière d’Honneur pour le spectacle Ionesco.

Administrateur de la COPAT (Coopérative de production audiovisuelle théâtrale), il en fut le  Président Directeur Général de 1997 à 2008, avant d’en être nommé Président-Fondateur en 2008.

Jacques Legré était Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Il avait reçu en 2003 la Médaille Beaumarchais.

Cinéma :

– Pourquoi Paris (1962, réal. Denis de la Petellière)

– La Triche (1983, réal. Yannik Bellon)

– Mrs Smith (2011, réal. Thomas Devouge)

Théâtre :

Depuis 1961, Jacques Legré a joué plus de 4 500 représentations de La Cantatrice Chauve de Ionesco en France et à l’Etranger. 

Mises en scène de théâtre :

– Ballade de la Geôle de Reading (Oscar Wilde)

– Au pied du mur (Augusto Lunel)

– Un chat est un  chat (Jeannine Worms)

– La divine farce (Pierre Gripari)

– Le sommeil et la mort (hommage à Jean Cocteau)

– Chambre à louer (Marie-Claude Grail)

– Antigone (Jean Cocteau)

– Serre Royale (Gérard Bonal)

– L’araignée (Marie-Claude Grail)

– L’Empereur de Chine (Ribemont-Dessaignes)

– Dernier Tango dans la Jungle (A. Bernier-R. Maridat)

– Délire à deux (Eugène Ionesco)

– Nid d’espions (Bernier-Maridat)

– Par l’entrée de service (montage dramatique)

– Les Cerises Rouges (Jean-Claude Sergent)

– Les Mystères de Paris (théâtre d’ombres, co-mise en scène avec Nicolas Bataille)

– On ne meurt pas au 34 (Philippe David, co-mise en scène avec Nicolas Bataille)

– Sports et Divertissements (d’après Erik Satie, décor Erté, en co-mise en scène avec  Nicolas Bataille)

– Proust : j’avais toujours quatre ans pour elle !  (montage de Pierre Herman d’après la correspondance de 

  Proust)

– La pluie n’est pas du tout ce que l’on croit (Jean-Paul Daumas)

– Les Mystères de la Révolution (grand spectacle historique de Roger Défossez, inspiré d’Alexandre Dumas, co-mise en scène avec  Nicolas Bataille)

– L’Impromptu du Palais-Royal (divertissement de Jean Cocteau, mise en scène de Nicolas Bataille, coll. artistique Jacques Legré)

– Diablogues de sourds (opérette à choeur ouvert de Roland Dubillard, co-mise en scène avec Nicolas Bataille)

– Ils ont dit non ! (montage poétique sur la Résistance et la Déportation de Danielle Netter et Denis Daniel)

– Colette Music-Hall (Gérard Bonal d’après l’oeuvre de Colette)

– Tante Olga (Michel Heim) (en 2008-2009)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *