J’EMPÊCHE, PEUR DU CHAT, QUE MON MOINEAU NE SORTE


J’EMPÊCHE, PEUR DU CHAT, QUE MON MOINEAU NE SORTE

LES DÉCHARGEURS
3, rue des Déchargeurs
75 001 Paris

Salle Vicky Messica – jours de représentation: Lundi, Mardi, Dimanche

Du 31/10/2021 au 23/11/2021 à 21H00

Durée: 1h40

Le Théâtre des Déchargeurs met  en place un code promo à destination les adhérents de RDC en ligne sur leur site via ce lien https://www.lesdechargeurs.fr/spectacles/jempeche-peur-du-chat-que-mon-moineau-ne-sorte/

 

CRÉATION

SYNOPSIS

Une femme aux cheveux blancs tente de se débarrasser d’une peur viscérale qui l’entrave depuis l’enfance et dont l’origine – définitivement indéfinissable – est murée sous une chape de silence. Pour ça, elle convoque le souvenir de son père, de sa mère, et celui, plus trouble, de sa sœur jumelle. Elle les incarne, entend résonner l’écho de leur voix ; elle les affronte aussi, pour reconstruire son existence.

Texte Violaine Schwartz, édité aux éditions P.O.L

Mise en scène Lucie Durand, Marceau Deschamps-Ségura
Costumes, accessoires, scénographie Leslie Moquet
Création sonore et musicale Richard Dubelski, Léa Moreau

Jeu Lucie Durand, Richard Dubelski, Léna Bokobza-Brunet en alternance avec Marion Träger

Partenaires

SPEDIDAM, Artcena, ESCA – CFA d’Asnières, FONPEPS, Jeune théâtre national (JTN), Mains d’oeuvres

PRESSE

 

 

 

 

SCENEWEB : https://sceneweb.fr/lucie-durand-et-marceau-deschamps-segura-mettent-en-scene-jempeche-peur-du-chat-que-mon-moineau-ne-sorte-dapres-violaine-schwartz/

ARTISTIKCREZO : https://www.artistikrezo.com/agenda/jempeche-peur-du-chat-que-mon-moineau-ne-sorte-une-creation-des-nouveaux-dechargeurs.html

UN FAUTEUIL POUR LORCHESTRE http://unfauteuilpourlorchestre.com/jempeche-peur-du-chat-que-mon-moineau-ne-sorte-de-violaine-schwartz-mis-en-scene-par-lucie-durand-et-marceau-deschamps-segura-les-dechargeurs/

Lien pour plus d’information

https://www.lesdechargeurs.fr/spectacles/jempeche-peur-du-chat-que-mon-moineau-ne-sorte/

 

J’empêche, peur du chat, que mon moineau ne sorte est pour nous un rituel expiatoire : une traversée visant à convoquer nos peurs, à les regarder en face pour défaire un peu de leur emprise.
Notre société entretient un rapport très ambivalent à la peur : censurée (qu’on a peur, on ne le dit pas, non), ce sentiment est instrumentalisé par les médias et par les partis politiques pour congédier l’action et la critique. Elle est pourtant, au contraire, un puissant moteur, un indicateur précieux visant à affuter les perceptions et la pensée pour nous permettre de rester maîtres et maîtresses de nous-même dans les situations où notre équilibre est menacé.
La pièce explore le kaléidoscope des récits dont cette peur peut s’habiller dans le contexte familial, pour cacher la noirceur de son origine. Une noirceur qui n’est pas celle des crimes et des malveillances, mais celle de la béance, des trou-noir : la peur fondamentale de l’inconnu, de l’oubli, de l’informe.
C’est cet inconnu que nous voulons dompter, pour ne plus être sa bête sauvage.

Marceau Deschamps-Ségura & Lucie Durand, co-metteurs en scène

Il était une fois une petite fille nommée Lilou. Non, dit le Docteur ès peur.
Il était une fois une vieille dame nommée Lola. Non plus, dit le Docteur ès peur.
Il était une fois une vieille petite fille nommée Lola à la recherche de sa sœur jumelle nommée Lilou dans les tiroirs de sa mémoire. Mais non, c’est le contraire, dit le Docteur ès peur.
Le père éclata de rire.
La mère essuya quelques larmes.
La salle à manger changea brutalement de couleur.

J’empêche, peur du chat, que mon moineau ne sorte
Violaine Schwartz

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *