La Comédie-Française apporte son soutien aux intermittents qui réclament la prolongation d’un an de l’année blanche


La Comédie-Française apporte son soutien aux intermittents qui réclament la prolongation d’un an de l’année blanche

La prestigieuse troupe de la Comédie-Française a apporté mardi son soutien aux intermittents du spectacle qui réclament au gouvernement de prolonger leur indemnisation au-delà d’août 2021 en raison de la crise sanitaire.

Article rédigé par

France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Comédie-Française, place Colette (BRUNO DE HOGUES / ONLY FRANCE)

“Depuis l’interruption de nos spectacles, nous ne pouvons que constater la baisse d’au moins 50% de l’engagement des intermittents qui travaillent chaque année avec nous”, a indiqué un communiqué de la troupe. “Comment ne pas comprendre le désarroi de beaucoup d’intermittents qui subissent de plein fouet les annulations ou reports en cascade de cette année?”, s’interroge la Comédie-Française qui a apporté mardi son soutien aux intermittents du spectacle.

Une prolongation de l’année blanche jusqu’à août 2022 ?

En 2020, le président Emmanuel Macron avait décidé d’accorder une année blanche aux intermittents qui, en raison de la fermeture des théâtres et des cinémas et de l’annulation des grands festivals d’été, n’avaient pas pu faire les 507 heures qui leur sont requises sur douze mois pour toucher des indemnités. Ce dispositif arrive à terme en août et les intermittents réclament qu’ils soient prolongés jusqu’à août 2022 en raison des incertitudes sanitaires.

“La saison prochaine, à supposer qu’elle puisse se dérouler à peu près correctement, comportera des reports de spectacles, et donc une diminution vraisemblable, et nous l’espérons exceptionnelle, des créations dans la majorité des théâtres”, préviennent les comédiens et comédiennes du Français, rappelant l’importance de cette “exception française”.

Une mission dresse actuellement un diagnostic de leur situation pour “proposer une réponse adaptée”, selon le gouvernement.

Près d’une centaine de théâtres en France sont “occupés”, notamment par des intermittents qui réclament également le retrait de la réforme de l’assurance chômage qui entre en vigueur en juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *