LA COMÉDIE FRANÇAISE SOUTIENT LES INTERMITTENTS

Pour information, voici le texte qui est lu avant chaque représentation à la Comédie Française et par lequel la Troupe exprime son soutien à la lutte des intermittents.


« La Troupe de la Comédie-Française tient à faire savoir sa solidarité avec les coordinations d’intermittents, et son soutien à leur mouvement, à Montpellier comme ailleurs. Le régime d’intermittence que nous avons connu, que nous voulons défendre comme on défend une valeur et un honneur, nous a tous permis de faire notre métier, de créer, de participer et d’aider à la création, d’éprouver notre appartenance au monde artistique en son entier, monde qui va de la compagnie émergente aux théâtres nationaux, de la recherche expérimentale aux ors et rouges des salles académiques. C’est très exactement ce régime qui autorise à la fois une solidarité de fait, une efficacité de production, une liberté d’agir, et un esprit, qui seul aujourd’hui nous fait encore penser et dire que la culture en France est vivante, créative et partagée.

 
Si nous, Sociétaires et Pensionnaires de la Comédie-Française, ne sommes pas directement des intermittents, (quoique en dehors du système d’indemnisation, nous cotisons, en sommes heureux et fiers), nous savons naturellement que nous serons tôt ou tard appelés à le redevenir, et qu’il est essentiel à la survie artistique et sociale de nos professions (acteurs et techniciens de théâtre, de cinéma ou de télévision, circassiens, musiciens et danseurs, etc) que ce système soit maintenu dans sa spécificité, telle que la régissent les annexes 8 et 10.

Il faut faire admettre une fois pour toutes qu’en Art les plus « précaires » des agents sont organiquement liés aux plus « installés » de ceux-ci, car c’est la même cause, le même idéal que nous servons, pièce, ballet, film, spectacle ; aucune entreprise artistique, la plus riche, la plus prestigieuse soit-elle, ne se fait sans intermittent, et sans intermittent « précaire » ; des uns aux autres, il y a interdépendance, solidarité, communauté de vue et de destin. Utopie ? Oui, de ce point de vue, chaque film, chaque pièce, chaque spectacle est une utopie réalisée. Il faudrait une fois pour toutes arracher des têtes pensantes mais ignorantes que l’intermittent précaire serait le moins légitime et que l’exclusion de celui-ci affermirait et le régime et la profession. Cette grave erreur de perception semble hanter les esprits que le régime d’intermittence agace.

Nous savons que les faibles économies qui seraient tirées de la refonte proposée en ce moment auraient des conséquences catastrophiques. Il est bien désolant d’avoir à redire tout cela, qui était supposé connu depuis 2003, à la différence près que le gouvernement était à droite.

Les coordinations ont des propositions, faisons en sorte qu’elles soient écoutées. Sortons de cette situation rapidement, l’urgence est réelle, si nous ne voulons pas aboutir au même résultat qu’il y a onze ans.

Nous, Troupe de la Comédie-Française, ne défendons pas un intérêt corporatiste. C’est ni plus ni moins la Culture en tant que valeur et en tant que réalité sociale qui est ici en cause. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *