Le FORUM DU BLANC-MESNIL EN DANGER


La nouvelle mairie UMP de la commune de Seine-Saint-Denis estime la programmation de cette salle de spectacles trop élitiste. Les artistes se mobilisent

Lu dans le sceneweb

du 17 octobre 2014



Le Forum de Blanc-Mesnil, scène conventionnée est en danger. La nouvelle mairie UMP de la commune de Seine-Saint-Denis estime la programmation de cette salle de spectacles trop élitiste. Elle aimerait y voir du boulevard, de la variété et du stand-up. Les projets pour 2015 sont en suspens, le public se mobilise ainsi que des artistes qui viennent d’écrire au Maire, Thierry Meignen.
Voici le courrier.




Monsieur le Maire,



Tous les artistes de cette lettre ont été en résidence ou en création au Forum, scène conventionnée de Blanc-Mesnil. Nous en gardons des souvenirs très forts, humains et artistiques car ce lieu fut emblématique d’une ambition artistique au service de tous les habitants.



Le Forum du Blanc-Mesnil ne fait pas partie des institutions historiques liées à la décentralisation dramatique. Son histoire en est d’autant plus atypique et remarquable. Nous sommes heureux et fiers d’y avoir participé et d’avoir quotidiennement travaillé avec l’ensemble des Blancmesnilois et au-delà.



Aujourd’hui nous sommes inquiets de vos déclarations publiques et de l’absence de perspectives claires pour cet établissement exemplaire d’une politique de démocratisation culturelle et d’accompagnement des artistes.



Dans le Parisien du 7 octobre 2014, vous parlez d’une offre élitiste peu adaptée aux Blancmesnilois et de la création payée par des gens aux faibles revenus. Ces affirmations populistes, plus fréquemment répandues dans la bouche d’élus Front national, nous choquent car elles ne correspondent nullement à la réalité que nous avons vécue. Elles témoignent, à notre sens, de la méconnaissance totale du travail qui fut le nôtre et celui des équipes du Forum au cours de ces vingt dernières années.



Le projet artistique et culturel du Forum n’a rien d’élitiste. Il est généreux et ambitieux. Il consiste à mettre en relation directe les artistes en résidence avec les habitants de votre ville et du territoire proche. En somme, il s’agit de partager la création d’aujourd’hui (théâtre, danse, musique, arts plastiques) avec l’ensemble des populations.



Comment ? Tout au long de leurs résidences, les artistes que nous sommes ont arpenté vos quartiers, vos associations, vos établissements scolaires, vos maisons de retraite, vos équipements municipaux, pour y mener, en relation avec les spectacles qu’ils répétaient, des ateliers, des rencontres, des spectacles itinérants, des performances… Pour y inventer des projets mêlant professionnels et amateurs, des histoires au long cours avec les gens. Autant d’actions nombreuses et originales, pour rencontrer et sensibiliser des habitants qui, pour beaucoup, n’allaient pas dans les institutions culturelles et qui ont pu ainsi y prendre goût, s’approprier ce service public pour l’Art et la Culture qu’est le Forum.



Le Forum n’a nullement été une tour d’ivoire, froide, austère et prétentieuse, « élitiste », c’est votre mot. Tout au contraire : ce fut un projet ardant, nécessitant de l’implication et de l’engagement à chaque instant sur un territoire réputé difficile et âpre. Tous convaincus que les Blancmesnilois avaient le droit au « meilleur », à l’excellence artistique. Le générique des jeunes artistes passés par le Forum, qui y sont restés fidèles, et qui ont rencontré et travaillé avec vos administrés est éloquent et trouve peu d’exemple comparable.



Oui, Monsieur le Maire, nous sommes convaincus qu’au Forum, la démocratisation culturelle a été à l’œuvre et qu’elle n’est pas restée un vain mot. On peut vivre en banlieue, en Seine-Saint-Denis, et avoir droit à une offre culturelle de grande qualité.



Ce travail exemplaire a, du reste, été reconnu et soutenu de manière importante (800.000 euros annuels) par le Ministère de la Culture, le département de Seine-Saint-Denis et la Région Ile-de-France. Le Forum du Blanc Mesnil, votre théâtre Monsieur le Maire, est une des scènes les plus importantes du paysage francilien d’aujourd’hui.



La Culture est un bien commun qui a longtemps fait l’objet d’un consensus républicain dépassant les clivages politiques. L’idéologie qui préside à son développement, aujourd’hui encore, est très largement héritée du programme du Conseil national de la résistance.



La saison est aujourd’hui en danger. Des centaines d’emplois, des créations, des spectacles, des compagnies sont en jeu.



Votre statut d’élu vous confère bien entendu la légitimité de pouvoir détruire ce travail et cette histoire exceptionnelle. Ce serait clairement très dommageable pour le rayonnement de votre ville auquel le Forum contribue indéniablement. Ce n’est pas un hasard si le journal Le Monde se fait écho de nos inquiétudes.



C’est pourquoi, nous en appelons à votre sens républicain pour trouver très rapidement la voie du dialogue et de la raison. Le Forum a besoin d’un avenir.



Bien à vous,



Nacera Belaza, chorégraphe

Philip Boulay, metteur en scène

Michel Cerda, metteur en scène

Thierry Collet, magicien

Gilles Coulon, photographe, pour le collectif Tendance Floue

Olivier Coulon Jablonka, metteur en scène

Pablo Decina, chorégraphe

Emmanuel Demarcy-Mota, metteur en scène, directeur du Théâtre de la Ville et du Festival d’Automne

Herman Diephuis, chorégraphe

Stéphane Facco, metteur en scène, Collectif DRAO,

Myriam Gourfink, chorégraphe

Benoît Lambert, metteur en scène, directeur du Théâtre Dijon Bourgogne, centre dramatique national


Marie-José Malis
, metteure en scène, directrice du Théâtre de la Commune, centre dramatique national d’Aubervilliers

Arnaud Meunier, metteur en scène, directeur de La Comédie de Saint-Etienne, centre dramatique national

Julie Nioche, chorégraphe

Lisa Pajon & Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, metteurs en scène

Serge Ricci, chorégraphe

Alban Richard, metteur en scène

François-Xavier Roth, chef d’orchestre, et les 71 musiciens des Siècles

Philippe Quesne, metteur en scène, directeur du Théâtre Nanterre-Amandiers, centre dramatique national

Frédéric Sonntag, metteur en scène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *