Lecture Vagabonde GESIR – Vos témoignages


Complicité de talents : ce lundi 25 janvier 2016, devant une salle comble, Anne Roussel (promo 1982) nous proposait la mise en voix de sa pièce, interprétée par Isabelle Janier (Promo 1982)

Ce lundi 25 janvier, les Lectures Vagabondes ont dû refuser du monde. En plus des réservations, beaucoup de spectateurs sont venus sans prévenir. Heureusement, il y a toujours des gens qui réservent et qui oublient de se faire excuser. D’autres sont arrivés trop tard…Hélas pour eux, la salle était comble.
Merci à tous ceux qui ont pris le temps de nous exprimer leur plaisir à être là, ce soir-là.
Un joli succès pour

Le plus parlant des témoignages
un extrait filmé par
Roberto Martinez
Cliquez ICI

 

Gésir

 

Texte et mise en voix
Anne Roussel

Avec
Isabelle Janier

 

 

Merci chères Françoise et Marie-Luce pour votre attention, votre bienveillance et votre patience.
Ces lectures vagabondes sont un merveilleux espace d’expérimentation et de rencontre.
Isabelle et moi avons été littéralement portées par cette perspective.
Nous avons eu beaucoup de joie à travailler ensemble et une idéale complicité.
En tant qu’auteur, l’expérience est très riche, et le travail de mise en voix m’a passionnée.
Merci de tout coeur pour cette bonne soirée.
Anne Roussel

Chères “Lectures Vagabondes”,
Merci pour l’invitation lundi à la lecture de “Gésir”, texte de Anne Roussel, interprétation Isabelle Janier.
La modernité, la pertinence et la poésie du texte de Anne Roussel nous ont eté superbement révélées par l’interprétation de Isabelle Janier.
L’actrice a su réinventer et donner humour, férocité, émotion, rythme… à l’aventure de ce personnage, né sous la plume talentueuse de l’autrice.
Singularité, étonnement, nouveauté… Un moment fort partagé par un public sous le charme !
Merci !
Margot Abascal

Magnifique lecture d’Isabelle Janier qui illumine le texte de sa forte présence . L’écriture d’Anne Roussel est vive drôle tendre et poétique . J’ai beaucoup aimé.
Isabelle Linnartz

C’était drôle, bien écrit.
Le silence après “je ne compte pas” radical, derrière le rire vient la tristesse.
C’est fort comment Isabelle peut dire une douleur avec flegme ou en riant.
Au fond de la salle il y a certains mots que je n’ai pas saisi.
Bravo !

Simon Kobayashi

Bonjour
Merci pour cette belle proposition de lecture vagabonde.
Bravo à Anne Roussel pour ce texte fort et plein d’images qui nous touchent à différents niveaux : Intime mais aussi universel dans notre mémoire.
Un réalisme teinté de sourires et de sensibilité.
Bravo à Isabelle Janier magnifique interprète toute en subtilité dont la présence rend vivante ce monologue humain, très humain.
A très vite.

Roberto Martinez

Voir, faire voir, dire la Beauté du Monde mais aussi la Misère du Monde…. une définition de l’Art.
Merci.

Roger Roussel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *