“L’Enfant et la Nuit” Texte Olivier Balazuc (promo 2001)


“L’Enfant et la Nuit” Texte Olivier Balazuc

(promo 2001)

Musique Franck Villard. Illustrations Emmanuel Polanco. Gallimard Jeunesse, collection Giboulée

Magnifique conte lyrique pour les enfants.

Chers amis,

Je serais très heureux de vous accueillir, avec ou sans enfants, lors des signatures de mon livre-disque L’Enfant et la Nuit, conte lyrique, paru chez Gallimard Jeunesse, dans la collection Giboulées :
Le dimanche 20 mai, de 11h à 12h30
à la librairie La Petite Boucherie
65, rue Monge.75005 Paris
Je serai accompagné du compositeur Franck Villard et de l’illustrateur Emmanuel Polanco. La signature sera précédée d’une lecture-concert avec le maestro Franck Villard au piano et la chanteuse Sandrine Sutter (interprète du rôle de Noctilia).
Le samedi 26 mai, de 11h à 13h
à la librairie L’Ouvre-boîte
20, rue des Petites-Écuries.75010 Paris
Je serai toujours accompagné d’Emmanuel Polanco, mais la lecture-concert se fera cette fois-ci avec le concours d’une chaîne hi-fi… (pas mal quand même !)
En espérant avoir le plaisir de vous retrouver « en famille » à cette occasion !
Le plus amicalement du monde,
Olivier Balazuc

L’Enfant et la Nuit

Texte Olivier Balazuc

Musique Franck Villard

Illustrations Emmanuel Polanco

Gallimard Jeunesse, collection Giboulées

 
Extraits de presse
  • « Ecrivain, metteur en scène et comédien, Olivier Balazuc fait partie de ces rares auteurs à créér des contes lyriques pour un jeune public. Avec ce magnifique texte en sept scènes et quatre tableaux, où la féérie associée à une musique envoûtante de Franck Villard donne le ton, c’est toute une galerie de personnages qui défile. Dans la chambre que Virgile partage avec sa soeur, c’est l’heure de dormir. Mais la petite fille a peur du noir et leur mère, malade, se repose à l’extrémité du couloir. Virgile traverse alors une nuit peuplée de créatures magiques, dont un scientifique, un chasseur de rêves et un clown triste. Une pièce lyrique, hymne à l’imaginaire et à la vie. »
    LE NOUVEL OBSERVATEUR (29/01/2012)
  • « Difficile, en effet, de ne pas être séduit par l’écriture ciselée du livret, les références aux cercles de l’enfer de Dante, à La Nuit obscure de Saint-Jean-de-la-Croix, aux travers de la société actuelle (la quête de jeunesse éternelle ou la toute-puissance d’un « Dieu capital ») mais aussi à l’univers du conte (Grimm, Perrault) ou de Walt Disney. En écho à ce mélange des genres, la musique de Franck Villard – où les chanteurs alternent moments parlés et chantés accompagnés par deux pianistes et deux percussionnistes – mêle elle aussi toutes sortes d’influences. De la Flûte enchantée de Mozart aux airs de tango ou de valse en passant par la légèreté de l’opérette, la douceur de la comptine et la vivacité du cirque, les numéros s’enchaînent dans une grande fluidité. »
    Florence Pagneux, LA CROIX (30/12/2012)
  • « Fruit de la collaboration du compositeur et chef d’orchestre Franck Villard et du librettiste et metteur en scène Olivier Balazuc, L’Enfant et la Nuit est en réalité une relecture contemporaine, en version conte de fées décalé, de La Flûte enchantée de Mozart. Le conte de fées, c’est évidemment à destination des enfants (…) Quant au contemporain, il est plutôt réservé aux adultes – tout comme la langue, très littéraire et travaillée, et les nombreuses citations musicales qui jalonnent la partition (…) Non pas une parodie, mais bien plutôt une variation, imaginative et fort bien construite, du chef-d’œuvre de Mozart. »
    Jérémie Szpirglas, MEDIAPART (31/01/2012)
  • « Olivier Balazuc a puisé dans le grand coffre des peurs enfantines pour en faire jaillir une œuvre onirique et entêtante, un mini-chemin de formation truffé d’humour et de références (on y croise un clown sinistre nommé Yorick, une reine obsédée par la jeunesse, la malfaisante Noctilia) Certes, c’est pour les petits, mais quiconque a frémi de reconnaissance en lisant les mots de Proust sur la solitude du malade, la nuit, dans un hôtel inconnu, devrait s’y retrouver. La musique de Franck Villard, théâtrale et expressive, fait le reste, et l’on embarque pour le pays des songes. Les grands panneaux scéniques d’Emmanuel Polanco, qui empruntent aux collages surréalistes, figurent le mystère et la noirceur de l’œuvre jouée. »
    Elisabeth Franck-Dumas, NEXT/LIBÉRATION (04/02/2012)
  • « En voilà une œuvre atypique, audacieuse, revigorante, qui dépoussière le genre en s’adressant aux plus jeunes ! »
    Nicolas d’Estienne d’Orves, FIGAROSCOPE (08/02/2012)
  • « Récit initiatique et conte lyrique, L’Enfant et la nuit offre à son public un spectacle total ; spectacle dans un fauteuil, qu’il pourra lire, voir et écouter en une association subtile (…) Emmanuel Polanco ajoute au conte des illustrations à la fois sobres et recherchées qui laissent place à l’imaginaire et à l’interprétation (…)L’Enfant et la Nuit s’adresse aux enfants en leur proposant un voyage unique où ils trouveront peur, amusement, surprises et références. Cette œuvre a tout pour charmer. Simple et exigeante pour un public qui ne l’est pas moins s’il on veut bien se donner la peine de le séduire, de l’amuser et de l’effrayer ; de lui donner le meilleur en définitive. »
    Myriam Bendhif-Syllas, LA CAUSE LITTÉRAIRE (07/02/2012)
  • « Ce « conte lyrique tout-public dès 7 ans » est une fable sombre, macabre et drolatique, pleine de terreur et d’espoir, de ricanement et de tendresse (…) Et c’est là la force de ce texte qui ne prend pas le jeune public pour des gnous (…) La partition de Franck Villard jongle entre les pastiches et les clins d’œil mais obéit à l’unité intrinsèque de l’œuvre. »
    Nicolas d’Estienne d’Orves, CLASSICA (mars 2012)
  • « Ce conte lyrique pour chanteurs, comédiens et choeur d’enfants nous fait passer de l’autre côté du miroir, dans un monde fantastique où les mots, les mélodies et les voix agissent comme des charmes et où, au final, le rire est libérateur. Les magnifiques images en noir, blanc et sépia du grand album qui accompagne le CD envoûtent nos mirettes ! »
    Gilles Avisse, PARIS-MÔMES (avril-mai 2012)
  • « Ésotérisme, éducation, élévation de l’âme par la fréquentation de l’art et de la beauté, L’Enfant et la Nuit, conte philosophique, hymne à la fraternité et histoire d’amour d’une mère pour ses enfants, recèle de merveilles formelles. (…) On notera que les dessins en noir et blanc, sépia et couleurs plus vives d’Emmanuel Polanco contribuent à rendre plus merveilleuse encore cette histoire de sortilèges à l’usage de tous les humains de bonne volonté. »
    Jean-Rémi Barland, LA VOIX DU LUXEMBOURG (29/03/2012)

Se procurer l’ouvrage

https://www.babelio.com/livres/Balazuc-Lenfant-et-la-nuit/354982

https://www.amazon.fr/LEnfant-Nuit-lyrique-scènes-tableaux/dp/2070643530

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *