Manif pour la culture à Paris : «On est tous unis face aux décisions absurdes du gouvernement»


Manif pour la culture à Paris : «On est tous unis face aux décisions absurdes du gouvernement»

A l’appel de la CGT spectacle, des rassemblements avaient lieu dans plusieurs villes françaises mardi, et notamment à Paris, sur une place de la Bastille noire de monde, où professionnels, étudiants et sympathisants ont fait part de leur colère face à l’«injustice époustouflante» que subit le secteur culturel.

Rassemblement place de la Bastille pour la réouverture des lieux de culture, ce mardi à Paris.
Rassemblement place de la Bastille pour la réouverture des lieux de culture, ce mardi à Paris. Photo Lucile Boiron pour Libération

Premier jour de (semi)-déconfinement : la culture est aux abois. Les musées, cinémas et salles de spectacle resteront fermés au moins jusqu’au 7 janvier alors qu’il sera possible de se mouvoir, et dès ce mardi sans attestation, dans des galeries marchandes surpeuplées ou des trains bondés pour les fêtes de fin d’année. Face à «cette injustice époustouflante», plusieurs centaines de professionnels de la filière, étudiants et sympathisants se sont réunis mardi midi à l’appel de la CGT spectacle sur la place de la Bastille à Paris, en attendant le dépôt au Conseil d’Etat mercredi d’un référé-liberté pour exiger la réouverture des établissements culturels. Dans cette foule bigarrée – on croise aussi bien des clowns Youtubeurs que Benjamin Biolay. Tous font part des mêmes incompréhensions : «Pourquoi les lieux culturels favoriseraient-ils plus la propagation du virus qu’un centre commercial en plein Black Friday ? Et pourquoi une église, une synagogue ou une mosquée seraient des lieux plus “essentiels” que les salles de spectacle dans un pays qui prône la laïcité ?»

«Là pour dénoncer un projet politique»

C’est pour dénoncer l’absurdité de ces décisions gouvernementales qui risquent à terme d’asphyxier des pans entiers du secteur culturel que Véronique Bellin, directrice adjointe du Nouveau Théâtre de Montreuil, brandit haut et fort sa banderole «On va mourir et même pas sur scène» avec une de ses collègues : «Nos lieux ne sont pas des foyers de contamination. Nos protocoles sanitaires sont adaptés, nous n’avons pas cessé de le prouver.» De nombreux directeurs de salles nationales ont tenu également à faire le déplacement : la MC93 de Bobigny, le Théâtre-Sénart à Lieusaint ou encore la Scène nationale de Malakoff.

«Le gouvernement promet qu’il nous soutiendra financièrement, mais nous, si on n’est pas là, ce n’est pas dans une logique budgétaire mais pour dénoncer un projet politique qui répond de plus en plus à “travail, famille, patrie”», dénonce Christophe Blandin-Estournet à la direction de la Scène nationale de l’Essonne.

A lire aussiMobilisation à Strasbourg pour la culture : «Et dire qu’il y a tout ce monde dans les magasins…»

La variété des statuts dans le secteur culturel fait que tous les acteurs ne sont pas soumis aux mêmes réalités économiques. Sur un camion, les différents syndicats (CGT spectacle, Synptac-CGT, SFA, etc.) prennent la parole pour demander l’extension de l’année blanche pour les intermittents et des protections sociales satisfaisantes pour les artistes-auteurs. Sans activité depuis janvier, certains ne pourraient déjà plus bénéficier de congés maternité ou maladie. Face à la scène, l’association des écrivains associés du théâtre agite sa bannière. Parmi eux, «aucun ne vit uniquement de l’écriture à cause de la précarité du statut et la crise sanitaire ne va rien arranger», ironise Dominique Paquet, autrice jeunesse et docteure en philosophie.

A paris, le 15/12/2020, Rassemblement place de la Bastille en faveur de la réouverture des lieux de culturePhoto Lucile Boiron pour Libération

«De l’air, de l’air, de l’air pour la culture !»

Les voitures ne peuvent déjà plus circuler sur la route qui sépare l’Opéra de la colonne de la Bastille, désormais noire de monde. On danse et on chante dans une ambiance bon enfant au rythme des tambours : «De l’air, de l’air, de l’air pour la culture !» Parmi les pancartes : «La Culture, nourriture essentielle» ou «l’art est une arme de construction massive», on voit ici ou là quelques drapeaux EE-LV ou Génération·s. Des élus socialistes, communistes et insoumis dont Clémentine Autain ou Eric Coquerel ont également tenu à être présents. «Les professionnels de la culture ont une culture de la lutte mais cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu autant de monde à un rassemblement, se félicite Ghislain Gauthier, secrétaire général adjoint de la CGT spectacle, c’est rare qu’il y est à la fois des organisations patronales et des syndicats comme le nôtre. On n’a pas exactement les mêmes revendications mais on est tous unis face aux décisions absurdes du gouvernement.»

Tous ici s’accordent au moins sur une chose : la fermeture des cinémas, musées et salles de spectacle résulte d’un choix politique assumé. «Le gouvernement privilégie la société marchande et les cultes à la culture, méprise plus généralement les intellectuels et les universitaires et stigmatise les espaces où l’on essaye de penser autrement», dénonce Chloé, administratrice dans les arts plastiques. Sur plusieurs affiches, on peut lire «Misère de la culture». Et c’est probablement pour être à la hauteur de ce renversement des valeurs que la manifestation finit par prendre des airs de carnaval. Une projectionniste balance sa tête au rythme de la musique, de longues pellicules lui font office de perruque et deux marionnettes géantes tentent de passer en vain les cordons de CRS qui encerclent la place, dans un ultime geste de subversion désespéré – et avorté manu militari, dans le calme.

A paris, le 15/12/2020, Rassemblement place de la Bastille en faveur de la réouverture des lieux de culturePhoto Lucile Boiron pour Libération

Annabelle Martella  

Article paru dans Libération https://next.liberation.fr/culture/2020/12/15/manif-de-la-culture-a-paris-on-est-tous-unis-face-aux-decisions-absurdes-du-gouvernement_1808762?utm_medium=Social&xtor=CS7-50-&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2qavitSB-HtCB1SjRguS4OpKyitaIgDI6gnIphg0sbmZGlvRGOk2qrksI#Echobox=1608060368

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *