Marcel HANOUN


Marcel Hanoun, réalisateur de plus de 70 films et théoricien du cinéma expérimental, est décédé samedi 22 septembre 2012, à l’âge de 82 ans.

 

Réagir à cet article

Par CinéObs avec AFP 
24 septembre 2012

En mai 2010, la Cinémathèque lui avait consacré un rétrospective, évoquant « une œuvre unique dans l’histoire du cinéma français. » « Auteur de nombreuses expériences cinématographiques, il a subverti les règles du récit classique  » et sa filmographie « constitue la preuve qu’une œuvre magistrale peut advenir entièrement hors des circuits commerciaux, » ajoutait-on de même source.

Le sujet central de sa filmographie était l’identité du film en train de se construire. En France, il resta largement méconnu du grand public mais fut « très important pour des générations de cinéphiles et étudiants actuels en cinéma, » selon Les Films du Bosco.

Il rencontra également un certain succès dans les universités américaines et les cinémathèques. A New York notamment, le réalisateur d’origine lithuanienne et figure de l’Underground Jonas Mekas était l’un de ses grands admirateurs.

Né en 1929 à Tunis, dans une famille juive, Marcel Hanoun, lui-même grand admirateur de Robert Bresson, s’était installé en France après la Libération. Son premier long métrage, « Une simple histoire », a été récompensé en 1959 par le Grand prix Eurovision à Cannes et a suscité l’admiration de Jean-Luc Godard.

Parmi ses autres réalisations figurent « Le Huitième jour », avec Emmanuelle Riva, sorti en 1960 (sa seule expérience dans le système), « L’Authentique procès de Carl Emmanuel Jung » (1967, portrait d’un personnage imaginaire qui pourrait être celui d’un criminel de guerre nazi), « Jeanne, aujourd’hui » (2000), « Insaisissable image » (2007) ou « Déconstruction » (2009).

Marcel Hanoun est également l’auteur de nombreux ouvrages, notamment « Cinéma Cinéaste, Notes sur le cinéma » en 2001, « Libertad » (2008), « Le ravissement de Natacha » (2009), « Le Cri » (2010).

Une rétrospective de ses oeuvres sera programmée au cinéma Le-Saint-André-des-arts à Paris en octobre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *