Marie-France PISIER


L’actrice, scénariste et réalisatrice française, lauréate de 2 César du second rôle en 1975 et en 1976, est décédée le 23 avril 2011, à l’âge de 66 ans, à Saint-Cyr-sur-Mer dans le Var (Vidéo)

Réagir à cet article

 

Néé le 10 mai 1944 à Dalat (Indochine), Marie France Pisier a débuté sa carrière dans des films de genre de Robert Hossein. Puis engagée par le réalisateur François Truffaut, elle devient une égérie du cinéma d’auteur.

Intellectuelle engagée, sa carrière s’inscrit aussi à télévision, sur les planches et derrière la caméra.

Les débuts

C’est grâce à une photo, sur laquelle elle se promène en famille dans les rues de Nice, que Marie-France Pisier, qui fait alors partie d’une troupe de théâtre amateur, est choisie par François Truffaut, tombé sous le charme. A cette époque, le cinéaste recherche une adolescente pour donner la réplique à Jean-Pierre Léaud, alias l’Antoine Doinel d'”Antoine et Colette”, l’un des sketchs du court métrage “L’Amour à vingt ans”.

Présentation du film “Trans Europ Express” réalisé par Alain ROBBE GRILLET (1966) : Interview de celui-ci, puis de la comédienne-étudiante Marie France PISIER. Scènes de tournage avec Jean Louis TRINTIGNANT et Marie France PISIER.

Une filmographie éclectique

Elle collabore ensuite avec de nombreux réalisateurs comme Alain Robbe-Grillet, Luis Bunuel, Jacques Rivette, Jacques Demis et surtout André Techiné. Elle obtiendra grâce à ce dernier deux César du Meilleur second rôle, pour Souvenirs d’en France en 1976 et Barocco en 1977.

Extrait du film de François TRUFFAUT “L’amour en fuite” (1979) : scène dans un train avec Marie-France PISIER et Jean-Pierre LEAUD.

Partenaire de Jean-Paul Belmondo dans le film populaire “L’As des As” en 1982, dans “Le Corps de mon ennemi” d’Henri Verneuil en 1976, et dans “L’As des as” de Gérard Oury en 1982. Un an plus tard, elle joue une productrice cynique avec “Le Prix de danger” d’Yves Boisset.

L’un de ses plus beaux rôles au cinéma, est sans doute celui d’une bourgeoise en mal d’enfant, dans “Marion” de Manuel Poirier, en 1996. Elle interprète également George Sand dans “La Note bleue” et Mme Verdurin dans “Le Temps retrouvé” de Raoul Ruiz.

Marie-France Pisier connut aussi le succès à la télévision, en incarnant l’héroïne du feuilleton “Les Gens de Mogador” en 1972, et apparaît ces dernières années dans des séries plus audacieuses comme “Clara Sheller” diffusée sur France 2.

Intellectuelle engagée

Interview exclusive pour “Ni putes, ni soumises” concernant le centenaire de Simone de Beauvoir (11 janvier 2008)


Diplômée en droit et science politique, Marie-France Pisier s’est par engagée dans les combats de son époque. Elle fut en 1968 jeune étudiante à Nanterre membre du mouvement du “22 Mars”.

Elle s’est aussi penchée sur son histoire familiale : une enfance en Nouvelle-Calédonie dans “Le Bal du gouverneur”, adaptation d’un de ses romans en 1990, et le décès de ses parents dans “Comme un avion” en 2002.

Article sur france2.fr (24/4/2011)

Sa page sur cinema-français.fr
“Le réalisateur Jean-Charles Tacchella se souvient…” sur evene.fr (01/05/11)
“Décès de Marie-France Pisier” sur première.fr (24/4/2011)
“Décès de l’actrice Marie-France Pisier”, article AFP sur actu.orange.fr (24/4/2011)
“L’actrice Marie-France Pisier est décédée” hommage sur le parisien.fr (24/4/2011)
Sa filmographie sur lesgensducinema.com
Sa filmographie sur IMDb.fr
Sa fiche sur lesarchivesduspectcale.net
Son profil sur wikipedia.org
“Portrait de Marie France PISIER” dans LE PETIT CINEMA DE GEORGES DE CAUNES – 22/05/1970 – 47min16s sur ina.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *