Michael GOUGH


Michael Gough, grand acteur shakespearien, vu au cinéma dans les productions Hammer et plus tard chez Tim Burton, est décédé le jeudi 17 mars 2011 à l’âge de 94 ans.

Réagir à cet article

 

Si les encyclopédies du cinéma risquent bien d’oublier le nom de Michael Gough, éternel second couteau, les planches où il interpréta un nombre considérable de pièces de Shakespeare s’en souviendront longtemps. Malgré une carrière discrète au cinéma, cet acteur a tourné dans plus de 170 films depuis les années 50. Il est décédé le jeudi 17 mars 2011 à l’âge de 94 ans.

Né en novembre 1916 à Kuala Lumpur, dans le vaste empire colonial britannique, Michael Gough a débuté sa carrière à la télévision avant de percer au cinéma dans le Anna Karénine (1948) de Julien Duvivier. Par la suite, il apparaît dans des rôles secondaires de grands films anglais comme L’homme au complet blanc (1951), le Richard III (1955) de Laurence Olivier tout en continuant une carrière télévisée.

Toutefois, à partir de 1958, il a enchaîné les participations à des films d’horreur, la plupart du temps produits par la Hammer. Parmi ses films les plus célèbres, on trouve le Cauchemar de Dracula (1958) de Terence Fisher ou Le fantôme de l’Opéra du même réalisateur. On l’a également vu dans Crimes au musée des horreurs (1959) ou encore Le crâne maléfique (1965) de Freddie Francis. Fort de ses prestations devenues cultes pour des générations, Michael Gough se retrouve par la suite invité à participer à des productions plus prestigieuses comme Promenade avec l’amour et la mort (1969) de John Huston, Le messager (1970) de Joseph Losey, L’habilleur (1983) de Peter Yates ou Out of Africa (1986) de Sidney Pollack.
Alors qu’il est déjà très âgé, le réalisateur Tim Burton fait appel à lui pour jouer le majordome associé à Batman dans Batman (1989), Batman, le défi (1992) (puis les deux autres films de la série tournés par Joel Schumacher). On le retrouve également dans Sleepy Hollow (1999), tandis que sa voix illumine Les noces funèbres et Alice au pays des merveilles. Ce film constitue donc la dernière contribution de cet artiste modeste, mais au talent indéniable. RIP.

Son profil sur wikipedia.org
Sa filmographie sur IMDb.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *