Nos dernières critiques : Le Grand Inquisiteur, Les serpents, Diane self portrait, Toi tu te tais….


 
---
---

Nos dernières critiques théâtre !

---

A l’Odéon en ce moment !

Critique

Le Grand Inquisiteur d’après Fédor Dostoïevski, traduction André Markowicz, adaptation et mise en scène de Sylvain Creuzevault

Une adaptation plus erratique que dialectique, qui rejoint notre époque à travers une forte dimension farcesque.

Le Grand Inquisiteur d’après Fédor Dostoïevski, traduction André Markowicz, adaptation et mise en scène de Sylvain Creuzevault

Quelques semaines avant Les Frères Karamazov, qui sera créé à L’Odéon le 12 novembre 2020, Sylvain Creuzevault porte à la scène l’un des passages emblématiques du roman, Le Grand Inquisiteur. Une adaptation plus erratique que dialectique, qui rejoint notre époque à travers une forte dimension farcesque.

Lire la suite.

---

A l’Olympia-CDN de Tours

Critique

Les Serpents de Marie NDiaye, mise en scène de Jacques Vincey

Un conte cruel et fantastique d’une grande intelligence

Les Serpents de Marie NDiaye, mise en scène de Jacques Vincey

Dans une mise en scène de Jacques Vincey, Hélène Alexandridis, Bénédicte Cerutti et Tiphaine Raffier font siffler Les Serpents de Marie Ndiaye. Elles donnent à entendre la grande intelligence de ce conte cruel et fantastique, au détriment parfois de sa dimension sensible.

Lire la suite.

---

Aux Plateaux sauvages

Critique

Diane Self Portrait de Fabrice Melquiot, mise en scène de Paul Desveaux

Une mise en scène épurée et soignée qui peine à restituer l’originalité transgressive de la photographe américaine.

Diane Self Portrait de Fabrice Melquiot, mise en scène de Paul Desveaux

Après Jackson Pollock (Pollock, 2009) puis Janis Joplin (Pearl, 2013), le metteur en scène Paul Desveaux clôt sa trilogie américaine en créant Diane Self Portrait autour de la figure de Diane Arbus. Une mise en scène épurée et soignée qui peine à restituer l’originalité transgressive de la photographe américaine.

Lire la suite.

---

Au Théâtre Trèvise

Critique

Toi tu te tais de Narcisse, mise en scène de Gérard Diggelmann

Les mots prennent corps et les idées prennent vie dans ce spectacle original et envoûtant.

Toi tu te tais de Narcisse, mise en scène de Gérard Diggelmann

Narcisse interprète des textes et musiques de sa composition, accompagné à la guitare et au piano par Robin Pagès. Les mots prennent corps et les idées prennent vie dans ce spectacle original et envoûtant.

Lire la suite.

---

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *