Souvenirs

2006-08-22
Lise DELAMARE

Lise DELAMARE

Par Kathia David
« Il te restera toujours le Théâtre ! » lança un jour Lise Delamarre à une élève venue lui confier une lourde déception personnelle ; et dans sa voix, comme dans son enseignement, le « Théâtre » était toujours en majuscules… Lise Delamare a été mon professeur, professeur aimé autant qu’admiré et respecté. Elle vient de partir… Pincement au cœur au souvenir de tout ce temps passé dans sa classe, de tout ce temps passé depuis… Sourire aussi à l’évocation de ce qu’elle m’avait recommandé un jour : « Mon petit, pour jouer Marivaux, il faut te sécher les ongles ! » Que voulait-elle me dire ? Tout simplement me faire découvrir que ce petit mouvement qui consiste à faire voleter ses doigts pour que sèche le vernis pouvait exprimer la légèreté et l’insouciance aussi bien que des mots ! Vingt ans plus tard, lors d’une séance de travail sur la complémentarité de l’expression visuelle et sonore, je me suis souvenu que cette aimable analogie, lancée au hasard d’une leçon, m’avait fait découvrir l’authenticité du « non verbal » Chère Lise, à qui je dois une de mes plus belles émotions sur scène, lorsque grâce à vos bons conseils, j’ai eu le privilège de jouer Anne Frank... Merci de tout ce que vous m’avez enseigné et, lorsqu’il y a quelques années, vous avez accepté de venir dîner en famille à la maison, merci de m’avoir permis de vous dire toute ma reconnaissance.
 
Kathia David


Note biographique :

Lise Delamare (1913-2006) est entrée à la Comédie Française le 1er janvier 1934 dans le rôle de Célimène du Misanthrope. Elle interprétera des rôles de jeune première jusqu'en 1942, date à laquelle elle quitte la troupe. Elle y reviendra en 1944 et deviendra Sociétaire en 1951. Elle la quittera en 1966 avant d’être élue sociétaire honoraire le 19 avril 1967. Elle est alors nommée professeur au Conservatoire Sa dernière apparition à l'écran se fera dans Baxter de Jérôme Boivin en 1988 où elle tenait le rôle principal.

Pas de galerie

Pas de commentaires