René GONZALEZ


René Gonzalez, directeur du Théâtre de Vidy à Lausanne, est décédé le 18 avril 2012, à l’hôpital de Morges, à l’âge de 69 ans. La cérémonie a eu lieu le 23 avril au Centre funéraire de Montoie à Lausanne en Suisse.

Réagir à cet article

Article de Céline Pochat sur 24heures.ch

«Vingt et un an de collaboration et d’amitié ne se résument pas facilement. Rendons hommage à l’action, la passion, la curiosité et le courage de René Gonzalez.» Philippe Mentha, directeur du théâtre de Kléber-Méleau, ne cachait pas son émotion ce matin, à l’annonce de la triste nouvelle. René Gonzalez, directeur du Théâtre de Vidy, est décédé cette nuit des suites d’une longue maladie combattue avec fougue.

«Je suis guéri, sauf coup de théâtre », avait clamé René Gonzalez en 2010. Le crabe aura gagné. Le rideau est tombé cette nuit, laissant une vive émotion dans le milieu culturel. Première à réagir, la Ville de Lausanne a salué « avec une vive émotion la mémoire de René Gonzalez et rend hommage à une personnalité unique». Du côté du canton, Brigitte Waridel, cheffe des affaires culturelles, avait également la gorge nouée. «Il laisse un grand vide. On s’y attendait mais ça ne change rien. Je suis bouleversée. René Gonzalez nous a tous marqués. Aujourd’hui, on est tous en deuil.»

Artiste français passionné, ancien comédien, père de trois enfants et cinq fois grand-père, il avait travaillé à Saint-Denis, Bobigny, et à l’Opéra Bastille, avant de venir s’établir à Lausanne. Il avait repris les rênes du théâtre il y a 21 ans, après avoir secondé pendant une année l’ancien directeur Matthias Langhoff. Reconnu loin à la ronde pour ses qualités de gestionnaire, l’homme au regard aigu aura permis à Vidy de se hisser au rang des théâtres européens les plus renommés : outre les 550 représentations données à Lausanne en une saison, on compte jusqu’à 700 représentations en tournée sur une année. Ces tournées, parties dans plus de 50 pays, auront apporté au théâtre et à la ville une aura internationale.

«Si je pouvais lui dire une dernière chose, ce serait merci», a souligné Grégoire Junod, municipal lausannois de la culture.

Présentée le 21 mai prochain au public, la saison 2012-2013 de Vidy sera celle de René Gonzalez: il a pu terminer son travail avant de quitter son théâtre au bord de l’eau.

Réactions

  1. 24/04/2012 – J’étais hier à la cérémonie d’hommage à René Gonzales. Que dire?
    Arrivée au théâtre, le lac démonté, de son gris électrique que nous lui connaissions parfois. Une vague de souvenirs m’envahit, souvenirs de travail et d’aventure. Et l’impression forte que René est toujours là, dans le hall, assis à une table, nous regardant, bienveillant. Il est là, c’est sûr.

    Lui qui se disait programmé plus que programmateur et se définissait comme un portier, un ouvreur de portes ” Mon souci est d’ouvrir grandes les portes, le plus grand possible, René les a ouvertes grandes, les portes de son théâtre au bord du lac, et en a ouvert de nouvelles sans que jamais son théâtre ne prenne l’eau.
    ” René était bien et prêt à partir “, a confié sa fille, Laetitia, ayant tout préparé, nous laissant quelques consignes, avant d’ouvrir sa nouvelle porte sans fermer les autres.
    D’abord ce mot d’ordre pour sa cérémonie d’adieu ” Buvez, dansez et puis allez bosser!

    Puis ce fax ” À l’éternelle enfance de l’Art “, fax retrouvé sur son bureau par sa fille et lu par son ami Michel Piccoli

    « Vous qui avez charge d’ancrer dans la réalité tant d’utopie, prenez le temps de lire, de questionner. Il y a tant et tant à faire. Des aventures, espérons singulières, inattendues, risquées, populaires et non populistes, au cœur de l’inhumanité du théâtre de la vie. A l’éternelle enfance de l’art, René Gonzalez. »

    Elodie CHANUT (promo 1991)    Lui écrire

“René Gonzales, directeur de théâtre : la mort d’un seigneur”, article de Jean-Pierre Thibaudat sur Rue89.com
Le Communiqué de presse sur le site du théâtre Vidy Lausanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *